Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Nasser Bourita explique la diplomatie marocaine


Rédigé par le Lundi 12 Octobre 2020

Dans une interview accordée à la chaîne émiratie Sky News Arabia, le ministre des Affaires étrangères a établi les positions du Royaume concernant plusieurs questions primordiales.



L’interview, qui a été diffusée dans la soirée du dimanche 11 octobre, a porté sur plusieurs questions importantes, notamment le rôle positif que joue le Maroc dans la résolution de la crise libyenne, la migration clandestine vers l’Europe et les relations diplomatiques entre le Maroc et l’Algérie ou encore l’Iran.
 
Un avancement positif remarquable des négociations inter-libyennes
 
A ce propos, le ministre des Affaires étrangères, Nasser Bourita, a mis en exergue le rôle important que joue le Royaume, et ce, depuis le début de la crise, soulignant les communications non-interrompues entre Maroc et l’ancien émissaire de l’ONU pour la Lybie, Bernardino Leon, qui avaient abouti après plusieurs réunions, à la signature de l’accord de Skhirate en 2015.
« Nous refusons le rôle de médiateur, nous ne proposons pas de solutions et n’intervenons pas dans les affaires internes de la Lybie. Le rôle que joue le Maroc est le suivi des négociations entre les deux parties », a insisté M. Bourita, ajoutant que le Maroc y gagne uniquement en termes de stabilité et de sécurité dans la région. « Toute instabilité, atteinte à la paix ou intervention étrangère en Lybie impacte négativement la région du Maghreb, y compris le Maroc », a-t-il expliqué.

Le Maroc remplit pleinement son rôle dans la lutte contre  la migration clandestine
 
Concernant ce point, le ministre a relaté les trois points principaux du dossier. A commencer par la réfutation d’une fausse ampleur médiatisée du phénomène que les pays d’accueil, notamment dans l’Union Européenne, instrumentalisent pour des buts politiques et électoraux.
 
 Pour éclaircir l’image, M. Bourita a souligné que parmi les 270 millions migrants du monde, seuls 14% sont africains, soit 36 millions de personnes, dont 80% ne quittent pas le continent africain. Il a donc expliqué que 1,5 million Africains migrent sur d’autres continents, dont 20% uniquement vers l’Europe.
 
Le ministre a également insisté sur la responsabilité commune des pays de départ, des pays de passage et des pays d’accueil, et sur l’importance de mutualiser leurs efforts pour faire face aux réseaux d’immigration clandestine.
Le chef de la diplomatie a également mis en avant le rôle accompli du Maroc dans la question, rappelant la régularisation et l’intégration de plus de 50.000 migrants subsahariens, ainsi que la facilitation de leur accès aux systèmes d’éducation, de santé et de l’emploi.
 
Clarté, transparence et ambition dans les relations diplomatiques
 
Ce sont là les mots du ministre des Affaires étrangères en réponse à une question concernant l’évolution des relations entre Rabat et Téhéran, qui ont été rompues le 1er mai 2018 en raison des liens militaires entre Téhéran et le mouvement séparatiste du Polisario. M. Bourita a précisé que la rupture des relations persistera tant que ses causes ne sont pas encore levées.
 
Concernant les relations avec l’Algérie, le ministre a rappelé la main tendue de SM le Roi à l’occasion du discours du 6 novembre 2018.
 
Nasser Bourita a affirmé que le Royaume entretenait des relations excellentes avec les autres pays du voisinage et « a l’espoir d’améliorer les relations avec l’Algérie, afin de mener ensemble les nouveaux défis qui interviennent dans la région ».