L'Opinion Maroc - Actuali
Consulter
GRATUITEMENT
notre journal






International

Monkeypox : Doit-on s’en inquiéter ?


Rédigé par L'Opinion le Lundi 23 Mai 2022

Les responsables de la santé mondiale tirent la sonnette d’alarme au sujet du nombre croissant d’infections par la variole du singe (monkeypox) en Europe et ailleurs. 92 cas avaient été confirmés et 28 autr es étaient en cour s de vérification dans 12 pays .



Monkeypox : Doit-on s’en inquiéter ?
L’infection virale Monkeypox est la plus courante en Afrique occidentale et centrale. L’Organisation mondiale de la santé a déclaré qu’en date de samedi, une centaine de cas de monkeypox avaient été confirmés et que 28 autres cas étaient en cours de vérification dans 12 pays où ce virus n’est pas considéré comme endémique.

Les Nations Unies ont ajouté qu’elles s’attendent à découvrir davantage de cas de monkeypox tout en élargissant la surveillance dans les pays où la maladie n’est généralement pas détectée, et qu’elles fourniront plus d’orientations et de recommandations dans les prochains jours aux pays sur la manière de limiter la propagation du monkeypox.

Le ministère argentin de la Santé a déclaré dimanche avoir détecté un cas suspect de monkeypox à Buenos Aires, alors que l’inquiétude mondiale grandit quant à une augmentation des cas en Europe et ailleurs de l’infection virale la plus courante en Afrique de l’Ouest et centrale. Un responsable américain de la santé publique a déclaré vendredi aux journalistes que les risques pour le grand public étaient actuellement faibles.

Les récentes épidémies seraient atypiques

Le monkeypox est un virus qui peut provoquer des symptômes tels qu’une forte fièvre et des douleurs et qui se présente sous la forme d’une éruption cutanée caractéristique. Cette maladie est liée à la variole mais est généralement plus bénigne, en particulier la souche ouest-africaine du virus qui a été détectée lors d’une infection aux États-Unis, qui a un taux de mortalité d’environ un pour cent. La plupart des gens se rétablissent complètement en deux à quatre semaines, a déclaré le responsable.

Le virus ne se transmet pas aussi facilement que le virus «SARS-Cove-2» qui a stimulé la pandémie de Corona à l’échelle mondiale. Les experts qui estiment que l’épidémie actuelle de monkeypox se propage par contact direct avec la peau d’une personne présentant une éruption cutanée active, déclarent que cela faciliterait la maîtrise de sa propagation une fois l’infection identifiée. Mais si «Le coronna se propage par le système respiratoire et est très contagieuse. Cela ne semble pas être le cas avec la variole du singe», a déclaré le Dr Martin Hirsch du Massachusetts General Hospital.

«Ce qui semble se produire maintenant, c’est qu’il a atteint la population sous la forme de maladies sexuelles ou (via) les organes génitaux, et qu’il se propage comme des maladies sexuellement transmissibles », a souligné pour sa part à Reuters, David Heymann, un responsable de l’Organisation mondiale de la santé et spécialiste des maladies infectieuses. Cela a amplifié sa transmission dans le monde entier. De quoi les experts de la santé se soucient-ils ? Selon l’Organisation mondiale de la santé, les récentes épidémies enregistrées jusqu’à présent sont atypiques car elles surviennent dans des pays où le virus ne se propage généralement pas.

Lancement de campagnes de vaccination ?

Les scientifiques cherchent à comprendre l’origine des infections actuelles et si quelque chose à propos du virus a changé. Les responsables de l’OMS ont exprimé leur inquiétude quant au fait que davantage d’infections pourraient apparaître alors que les gens se rassemblent pour des festivals, des fêtes et des vacances au cours des prochains mois d’été en Europe et dans d’autres régions.

La Grande-Bretagne a commencé à vacciner les travailleurs de la santé, qui peuvent être à risque lorsqu’ils soignent des patients, avec le vaccin contre la variole, qui peut également protéger contre la variole du singe. Le gouvernement américain affirme avoir suffisamment de vaccins contre la variole en stock pour vacciner l’ensemble de la population américaine.

Un porte-parole du département américain de la Santé et des Services sociaux a déclaré dans un communiqué qu’il existe des médicaments antiviraux contre la variole qui peuvent également être utilisés pour traiter la variole du singe dans certaines conditions.

Plus largement, les responsables de la santé disent que les gens devraient éviter tout contact étroit avec une personne qui a une éruption cutanée ou qui semble malade. Les personnes qui soupçonnent qu’elles ont la variole du singe doivent s’isoler et consulter un médecin. «Les virus ne sont pas nouveaux et ils sont attendus», a déclaré Angela Rasmussen, virologue à l’Organisation des vaccins et des maladies infectieuses de l’Université de la Saskatchewan au Canada, avant d’ajouter qu’un certain nombre de facteurs ont précipité l’émergence et la propagation des virus, notamment l’augmentation des voyages dans le monde et le changement climatique. Elle a déclaré que le monde était également plus attentif aux nouvelles épidémies de tout type de virus à la suite de la pandémie de Corona.

 


ONU : Attention à la discrimination et à l’homophobie !
 
Le Programme commun des Nations Unies sur le VIH/sida a averti dimanche que les propos racistes et homophobes parfois tenus à propos du monkeypox pourraient « rapidement saper les efforts de lutte contre l’épidémie ». Une grande partie des centaines de cas de monkeypox confirmés par l’Organisation mondiale de la santé ou les autorités sanitaires nationales sont liés à des homosexuels ou à des bisexuels, comme l’indique le programme, expliquant que l’infection se transmet par contact étroit avec une personne malade et donc «tout le monde peut attraper ce virus».

« Ces stigmates et ces reproches minent la confiance et la capacité de répondre efficacement à l’épidémie de cette maladie », a déclaré Matthew Kavanaugh, directeur adjoint du Programme commun des Nations Unies sur le VIH/sida.

L’agence des Nations unies, qui s’appuie sur sa longue expérience du sida, estime que ce type de discours peut très vite saper les efforts scientifiques de lutte contre la maladie. Le responsable souligne que ces campagnes racistes ou anti-homosexuelles «provoquent un cycle de peur qui pousse les individus à éviter les centres de santé pour n’importe quelle raison».