Menu
L'Opinion L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Edito & Chronique

Marhaba 2022 : Le Maroc rouvre ses bras à l’Espagne


Rédigé par Majd EL ATOUABI le Jeudi 5 Mai 2022


Marhaba 2022 : Le Maroc rouvre ses bras à l’Espagne
Après deux années de gel de son étape espagnole, officiellement à cause de la pandémie du Covid mais officieusement en raison du coup de froid glacial qui soufflait sur les relations entre le Maroc et l’Espagne, Marhaba, l’une des plus importantes opérations de migration dans le monde qui organise depuis 1986 la traversée de plusieurs millions de voyageurs et des centaines de milliers de véhicules entre les deux rives de la Méditerranée, reprend son cours cet été.

Conséquence directe du réchauffement des relations bilatérales consacré lors de la récente visite d’État effectuée à Rabat par le chef du gouvernement espagnol, Pedro Sánchez, sur invitation de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, la relance de l’Opération Marhaba s’inscrit en continuité de la reprise récente du trafic maritime de passagers avec le voisin ibérique, ainsi que de l’inversement des flux gaziers à travers le Gazoduc Maghreb-Europe (GME).

En attendant d’autres actions majeures comme par exemple la relance du fameux projet de liaison fixe entre les deux rives du détroit de Gibraltar, elle reste la première et la plus importante concrétisation des clauses de l’ambitieuse feuille de route visant à jeter les bases d’une collaboration bilatérale fructueuse, respectueuse et pérenne entre les deux Royaumes, élaborée à la faveur de la visite de Sánchez au Maroc.

Trois millions de voyageurs dans les deux sens, 700.000 véhicules, 16.000 agents de sécurité et d’encadrement espagnols et sans doute le double ou le triple du côté marocain… Ce sont entre autres indicateurs des chiffres qui donnent un aperçu clair sur le gigantisme de cette opération dans son édition 2022. D’autres indicateurs liés à l’importance des flux financiers générés par cette traversée hors du commun renseignent sur son importance stratégique pour les deux pays.

On rappellera à ce propos le coût faramineux de la suppression de l’étape espagnole de Marhaba en 2020 et 2021 estimé à plus d’un milliard et demi de dollars de manque à gagner par année pour l’économie espagnole, et certainement plus pour l’économie du Maroc qui a dû en plus supporter le surcoût du subventionnement de la traversée de ses ressortissants par voie aérienne ainsi que via les ports français et italien de Sète, de Marseille et de Gènes.

C’est dire les enjeux de la reprise de cette opération qui, outre sa dimension humaine, revêt une portée économique vitale que le Maroc n’a pas hésité un seul instant à sacrifier, en pleine crise pandémique et économique mondiale, au profit de sa souveraineté et de son intégrité territoriale.




Majd EL ATOUABI

  



Dans la même rubrique :
< >