L'Opinion Maroc - Actuali
Consulter
GRATUITEMENT
notre journal






International

Mali : La montée en force de l'imam Dicko


Rédigé par L'Opinion le Lundi 30 Mai 2022

Le Mali a connu ces derniers jours une série de sorties politiques dans le camp de l’imam Mahmoud Dicko. Certains s'interrogent sur le fait que l’imam soit - de fait - devenu le chef de l’opposition.



Lors de la 22ème édition du forum de Bamako, l’imam Dicko a dénoncé, jeudi, l'arrogance des autorités de la transition et l'orgueil de la communauté internationale.

«De quelle paix parle-t-on ? de quelle sécurité et de quel développement ? Dans une situation particulière pour le Mali. Pendant que le peuple malien est pris en otage par des gouvernements arrogants, je dis bien arrogants, on ne cherche pas une solution et la communauté internationale par leur orgueil. Nous, nous sommes dans notre arrogance et le peuple est en train de mourir. Vous venez parler de paix et de sécurité et de quoi ici ? », a laissé entendre, l'imam Mahmoud Dicko.

Et d'ajouter, « respectez un peu ce peuple. C'est pourquoi j'ai parlé de l'arrogance de nos dirigeants et de l'orgueil de la communauté internationale. C'est le peuple malien qui est entrain de payer ça. C'est extrêmement grave, une classe politique qui ne bouge pas, qui n'existe plus, une société qui a cessé d'exister et le peuple est en train de trembler entre les gens qui veulent une transition indéfinie ».

Après avoir participé à la chute de l’ex-président IBK en août 2020, l’imam Mahmoud Dicko avait affirmé qu’il retournait dans sa mosquée. Il est maintenant plus que jamais de retour sur la scène politique locale. Il a pris le premier la parole lors d’un récent forum à Bamako pour critiquer la junte malienne. Quelques jours après, ses partisans se sont réunis à Bamako et sont allés plus loin dans la critique en déclarant que « le Mali est dans une impasse ».

Selon plusieurs sources, des formations politiques, des associations maliennes seraient même prêtes à mettre en place avec lui « une structure de veille ». Ses objectifs seraient de dénoncer « les dérives » du pouvoir, rassembler les Maliens afin de trouver des solutions idoines à « la crise multidimensionnelle » que traverse le pays.

Une autorité morale

« L’urgent, explique un proche de l’imam, est d’avoir un calendrier clair de sortie de crise ». Pour y parvenir, il faut que « les dirigeants actuels arrêtent d’être arrogants » et que la communauté internationale soit plus compréhensive, assure ce proche.

Alors Mahmoud Dicko va-t-il devenir la figure de proue de l’opposition malienne ? Dans un premier temps, comme à l’époque du M5 (le mouvement de contestation contre le régime de IBK), il accepterait selon ses proches d’être l’autorité morale de cette coalition. Pour la suite, « on verra », disent-ils.

L’une des forces de l’imam est de pouvoir mobiliser les foules. Dans le communiqué publié à l’issue de leur rencontre samedi 28 mai, ses partisans demandent aux uns et aux autres d’attendre son « mot d’ordre ».