Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Culture

Littérature - Comme une histoire de Mustapha Bencheikh : le trésor et la vie


Rédigé par Nabil EL JABBAR le Jeudi 21 Octobre 2021

Il y a un an, paraissait Comme une histoire, le tout premier récit de l’essayiste et universitaire, Mustapha Bencheikh. Une fiction qui nous conduit dans les couloirs feutrés d’un grand organisme privé où règne sans partage une bande de gestionnaires avides d’argent et de pouvoir. La mission qui leur a été confiée est pourtant de la plus haute importance : sortir le pays du marasme sanitaire qui le menace.



Littérature - Comme une histoire de Mustapha Bencheikh : le trésor et la vie
Comme une histoire n’est toutefois pas un roman à clef. « Toute ressemblance avec des personnes ou événements existants ou ayant existé ne serait que pure coïncidence », prévient l’auteur en ouverture de son livre. À l’organisme dont il dévoile les agissements secrets, il attribue un nom peu allusif pour l’observateur local, Big data, et il affuble ses dirigeants de surnoms tout aussi péjoratifs qu’improbables : Nomo, le directeur, Kiki, sa dame de compagnie, Rahabus et Lémiste. L’auteur réserve tout le mordant de sa plume aux portraits caustiques qu’il dresse de ces personnages omnipotents qui conspirent et manigancent en se drapant de compétence usurpée et de fausse vertu.

On comprend vite que la Santé et la médecine n’ont absolument rien à espérer d’une telle coterie. Dans le monde de Big data, les plus courtisans sont les plus méritants. Servitude et autorité vont en effet de pair. Servitude à l’égard de plus fort que soi et autorité qui n’admet aucune résistance. En une décennie, le tandem au pouvoir réussit à « imposer sa banalité dans le paysage universitaire médical et rendu acceptables ses minauderies à un entourage ivre d’hypocrisie et suspendu à l’ardent désir de gagner une confiance consentie au prix d’un asservissement sans retour ».

Grisé par sa toute-puissance, le clan Nomo ne sent pas la fin venir. Une lettre anonyme dévoile sa malfaisance et précipite sa fin. Mais il ne laisse derrière lui qu’une « terre brûlée en guise de revanche ». « Tout était fait pour que le chaos soit toujours aux portes de tout changement et hypothèque définitivement l’avenir ». Le CHU dont il avait pris la commande ne se relèvera pas de sitôt de ce gâchis.

Quelle leçon tirer d’une telle histoire ?

Le pays aurait-il à ce point mal à son élite ? En guise de réponse, l’auteur nous donne à méditer cette réplique camusienne : « Si le Trésor a de l’importance, alors la vie humaine n’en a pas ». La mise en garde est à peine voilée contre les chantres d’un libéralisme débridé qui, voulant tout miser sur le trésor et le rendement, finissent par attiser les ambitions les plus égoïstes et les plus perfides. « Une société basée sur l’argent, dit encore Camus, ne peut prétendre à la grandeur ou à la justice ».


Nabil EL JABBAR
Professeur de littérature

  


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 8 Décembre 2021 - 08:25 Rita El Khayat : Variations poétiques

Mercredi 8 Décembre 2021 - 08:17 Culture : Les non-dits des arts plastiques au Maroc