Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Monde

Liban : Le traumatisme des enfants à Beyrouth


le Mercredi 12 Août 2020

Au moment de l’explosion, Abed Itani, 3 ans, jouait avec ses Lego, et puis il était aux urgences bondées de blessés ensanglantés. Il n’aime plus le rouge.



Liban : Le traumatisme des enfants à Beyrouth
Lorsque l’énorme explosion a déchiré Beyrouth la semaine dernière, elle a brisé les portes vitrées près de l’endroit où Abed Itani, 3 ans, jouait avec ses blocs Lego. Il a subi une blessure à la tête et des coupures à ses petits bras et pieds, et il a été emmené aux urgences, où il s’est assis au milieu d’autres personnes qui saignaient.

Dans les jours qui ont suivi, Abed n’a plus été le même. Comme des milliers d’autres au Liban, il est traumatisé.

« Quand je suis arrivé à l’hôpital, je l’ai trouvé assis dans un coin de la salle d’urgence, tremblant à la vue de personnes gravement blessées autour de lui, du sang coulant sur le sol », a déclaré sa mère, Hiba Achi, qui était au travail lorsque l’explosion a frappé le 4 août et l’avait laissé sous la garde de sa grand-mère.

« Il déteste le rouge maintenant. Il refuse de porter ses chaussures rouges », a déclaré Achi, ajoutant qu’Abed insiste pour qu’elle les lave.

Selon Save the Children, pas moins de 100.000 enfants ont été déplacés de leurs foyers, nombre d’entre eux étant traumatisés.

 Tout bruit le fait sursauter maintenant. Il ne mange plus bien », dit Achi. « C’était un garçon heureux, très sociable. Maintenant, il ne parle à personne ». Joy Abi Habibi, experte en santé mentale chez Save The Children, affirme que les jeunes traumatisés peuvent réagir différemment. « Les maux de tête, les nausées, l’énurésie nocturne et les problèmes digestifs sont des symptômes physiques que les parents ont tendance à négliger », a-telle déclaré. « Ils deviennent collants et extrêmement nerveux ».

Les filles de Zeinab Ghazale, Yasmine, 8 ans, et Talia, 11 ans, ont refusé de dormir seules dans leur chambre depuis l’explosion, qui a cassé les fenêtres de leur appartement et fait voler du verre dans leur chambre.

« Nous avons miraculeusement survécu », a déclaré Ghazale, qui a dû déplacer ses filles hors de leur maison pendant quelques jours jusqu’à ce que les fenêtres soient réparées. 

La psychologue Maha Ghazale, qui n’a aucun lien de parenté, a soigné de nombreux enfants après l’explosion. Elle a dit que beaucoup vivent dans l’incertitude «et ils continuent de se demander si cela se reproduira».

Un hymne sur l’explosion

« De nombreux enfants refusent de rentrer chez eux, de s’approcher d’une porte ou d’une fenêtre en verre », a ajouté Ghazale.

Ricardo Molaschi visitait l’appartement de ses grands-parents à Beyrouth avec son père italien et sa mère libanaise. Lorsque l’explosion a frappé, l’enfant de 6 ans a été coupé par du verre volant, ce qui a nécessité des points de suture. Son grand-père, Kazem Shamseddine, a été tué.

Le jeune a eu des éclats de colère récurrents envers ceux qui auraient causé l’explosion. 

« Je veux les mettre dans un volcan et les laisser exploser », a-t-il déclaré. 

 Mon fils, Fares, continue de jouer à un jeu où il y a un incendie et il doit s’échapper », explique Rania Achkar, mère de deux enfants. Sa fille de 4 ans, Raya, a transformé l’hymne national libanais en une chanson sur l’explosion.

« Le monde entier a explosé », chante-t-elle, « il y a un incendie partout, tout le monde parle de nous à la télévision ».

Le traumatisme peut se répéter si les enfants sont exposés aux nouvelles et aux conversations des adultes à ce sujet, dit Ghazali, qui conseille de les isoler et de demander de l’aide.

Une génération est traumatisée à jamais

« Les enfants sont résilients, mais un traumatisme non traité peut entraîner une anxiété accrue, des problèmes de comportement, cela devient une partie de leur vie et peut conduire plus tard à des mécanismes d’adaptation négatifs », dit-elle.

Rétablir un sentiment de sécurité, de normalité et de routine aidera, dit Ghazali.

Hiba Achi dit qu’elle a décidé de quitter le Liban avec son fils et de rejoindre son mari qui travaille à Dubaï. C’est un sentiment partagé par beaucoup.

« Cet endroit n’est pas sûr pour Abed, il ne l’a jamais été, ne le sera jamais », dit-elle, « je ne veux plus rester ici, c’est tout ». Sa culpabilité est partagée par de nombreux parents, en particulier ceux qui ont vécu la guerre civile au Liban de 1975 à 1990 et ont l’impression d’avoir laissé tomber leurs enfants.

« Notre génération est traumatisée à jamais », déclare Achkar, mère de deux enfants, faisant référence à ceux qui ont grandi au Liban après la guerre. “Mais pourquoi nos enfants doivent-ils aussi vivre cela ?”

  


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 25 Novembre 2020 - 15:51 Ethiopie : Appels à protéger les civils