Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Les théories complotistes mettent à mal le déploiement de la 5G


Rédigé par Oussama ABAOUSS le Mardi 28 Avril 2020

Des théories complotistes qui lient la propagation du Coronavirus à la 5G ont engendré des actes de destruction d’infrastructures dans plusieurs pays européens.



Les théories complotistes mettent à mal le déploiement de la 5G
Ces dernières semaines, quelque 70 infrastructures et d’antennes relais de la 5G ont été volontairement incendiées aux Pays-Bas, en Belgique, à Chypre et au Royaume-Uni. La cause ? Des théories conspirationnistes qui ont fait leur apparition sur internet pour « établir » un lien entre la 5G et la propagation du Coronavirus. Si cette nouvelle technologie a, depuis ses débuts, inspiré des craintes par rapport à ses impacts potentiels sur la santé -voire parfois sur l’environnement- la pandémie et les théories complotistes viennent mettre à mal les déploiements de la 5G dans les pays touchés par les actes de sabotage. Pourtant la 5G s’impose comme une solution « naturelle » à l’évolution des usages et des terminaux. La très haute définition, l’industrie 4.0, les jeux en ligne, les objets connectés… Autant de nouveaux usages qui passent de plus en plus par les appareils mobiles et qui sollicitent des capacités réseau hors normes.

Un impact de la 5G sur la santé ?

L’Organisation Mondiale de la Santé a pourtant souligné que les ondes électromagnétiques utilisées dans la téléphonie mobile n’ont pas d’impact néfaste sur la santé, pour des fréquences inférieures à 300 mhz (ce qui est le cas de la 5G). « L’OMS précise cependant qu’il y a eu-jusqu’à présent- peu d’études sur les fréquences qui seront utilisées par la 5G. Il n’y a donc pas de quoi s’alarmer dans l’immédiat, mais il faudra garder un oeil sur les études de santé qui se font dans ce domaine », nous explique Youness Haffane expert en transformation digitale. Au-delà de la question de l’impact des ondes électromagnétiques sur la santé, les théories qui ont causé les saccages d’antennes-relais accusent les infrastructures de la 5G d’être carrément à l’origine « d’affaiblissement des défenses immunitaires » qui ont causé la propagation du virus. Aussi invraisemblable que puissent paraître cette théorie farfelue, des milliers de personnes y croient mordicus, en témoignent les actes de destruction d’infrastructures qui ont été constatés ces dernières semaines dans diverses régions du vieux contient.

Une technologie « révolutionnaire »

Les pays touchés par ces actes prennent cette affaire avec beaucoup de sérieux. En plus des dégâts financiers, ce phénomène perturbe le déploiement d’une technologie dont les enjeux dépassent le cadre de l’amélioration des services « récréatifs » -le streaming et les jeux en ligne- pour toucher des domaines économiques et techniques vitaux. « La 5G est surtout attendue pour accompagner le développement de l’industrie de la donnée. De plus en plus de secteurs de notre économie vont commencer à produire d’énormes volumes de données à travers des objets intelligents connectés, dont l’analyse et l’exploitation débouchent sur une meilleure prise de décision en temps réel » souligne Younes Haffane. « L’usine 4.0 est l’illustration la plus courante d’un champ d’application de la 5G. On peut aussi citer l’agriculture de précision, la gestion de l’énergie, la télémédecine, les maisons connectées ou les villes intelligentes comme applications potentielles », explique l’expert en transformation digitale.

Les points faibles de la 5G

En plus d’engendrer des craintes concernant un éventuel impact sur la santé, la 5G enregistre deux autres réserves plus « raisonnables » cette fois: la sécurité et les risques d’exacerber la fracture numérique. « Concernant la sécurité, deux types de réserves peuvent apparaître à ce niveau. La première concerne la sécurité de l’équipement qui sera utilisé. La deuxième concerne l’augmentation des risques de cyber-attaques avec la multiplication des objets connectés et donc des cibles potentielles », souligne Youness Haffane. Concernant la fracture numérique, l’expert considère que cet aspect pourra être mitigé si « les opérateurs baissent les barrières d’entrée à l’internet mobile pour une meilleure inclusion digitale des plus démunis ».

En attendant de limiter les risques liés à la sécurité et de se pencher sur une démocratisation de la 5G, les États et les opérateurs semblent devoir d’abord trouver une solution aux théories complotistes nées dans le virtuel et qui pourtant impactent de plus en plus le réel.

Oussama ABAOUSS

3 questions à Younes Haffane expert en transformation digitale

Younes Haffane
Younes Haffane
« La 5G sera importante pour maintenir notre compétitivité »

Afin de mieux cerner les enjeux de la 5G nous avons posé nos questions à Younes Haffane expert en transformation digitale.

- Que représente la 5G en termes de technologie ?
- Le passage de la 4G à la 5G est l’équivalent au passage du modem à l’ADSL, il y a 2 décennies. La 5G, dernière génération des réseaux de téléphonie mobile, utilise des fréquences qui permettent de transporter un volume important de données plus rapidement et avec moins de latence.

- Avons-nous vraiment besoin de la 5G ?
- La 5G sera importante pour maintenir notre compétitivité sur les secteurs industriels que nous avons investis durant la dernière décennie. Nous n’en avons peut-être pas besoin dans l’immédiat en tant qu’individus mais, en tant que nation, nous devons commencer à l’adopter de façon opportuniste. La 5G fait partie des infrastructures de base pour l’industrie 4.0 et des secteurs comme l’énergie et les mines par exemple peuvent utiliser cette technologie pour réduire les coûts opérationnels et optimiser la production, la logistique et les revenus.

- Les inquiétudes suscitées par la 5G sont-elles fondées ?
- La 5G a soulevé principalement des inquiétudes par rapport à la santé humaine et à la sécurité des réseaux. Concernant la santé, l’OMS a déclaré que les ondes électromagnétiques utilisées dans la 5G ne sont pas néfastes pour les humains. Pour la sécurité, il est sûr que la multiplication des objets et capteurs intelligents va augmenter les risques d’attaques malveillantes. Les directeurs de sécurité informatique devront s’adapter pour mitiger ces risques.

Recueillis par O. A.

  


Dans la même rubrique :
< >