Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Les efforts du Maroc en faveur des migrants et réfugiés hautement applaudis par l'UNHCR


Rédigé par N.L le Mardi 6 Octobre 2020

​Le Haut-Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), Philippo Grandi, s'est félicité mardi de la qualité de la coopération avec le Maroc, mettant en avant l'engagement et les efforts du Royaume en faveur des réfugiés et des migrants dans le plein respect de leurs droits fondamentaux.



« Je remercie le Maroc et me réjouis de la qualité de la coopération avec les autorités marocaines, qui continuent de gérer une population mixte importante, de réfugiés et de migrants, en respectant pleinement leurs droits fondamentaux », a affirmé le Haut Commissaire des Nations unies pour les réfugiés, Filippo Grandi, qui réagissait à la déclaration prononcée par l'ambassadeur représentant permanent du Maroc au près des Nations unies à Genève, Omar Zniber, à l'occasion de la 71ème Session du Comité Exécutif du Programme du HCR.

M. Grandi a également indiqué avoir pris note des remarques de l'ambassadeur Zniber au sujet de la situation des populations sahraouies à Tindouf et du refus de l'Algérie de procéder à leur recensement en violation des principes et règles internationaux.

Dans son intervention, M. Zniber a souligné que l’interaction entre le HCR, à travers son bureau à Rabat, et les autorités marocaines compétentes a conduit à des résultats positifs en termes de protection des réfugiés et des demandeurs d'asile, y compris un accès complet à la santé et l'éducation, ainsi qu’un large éventail d'opportunités de formation professionnelle, de travail indépendant et d’accès au marché du travail.

« En fondant sa réponse du COVID-19 sur une approche inclusive et fondamentalement humaine, le Maroc a mené conjointement avec le HCR deux initiatives importantes pour traduire ce principe en actes concrets, à savoir : l’évaluation globale de l’impact socio-économique du COVID-19 sur les réfugiés, et l’accord de partenariat conclu avec le Conseil national de l'ordre des médecins, en vue de faciliter l’accès aux soins spéciaux de santé pour les demandeurs d’asile et les réfugiés", a-t-il rappelé.

Ces deux initiatives s’inscrivent dans l’approche multipartite et de partenariat, préconisée par le Pacte mondial sur les réfugiés, et réitérée en décembre 2019 au Forum mondial sur les réfugiés à Genève, a expliqué l'ambassadeur.

Par ailleurs, M. Zniber a mis en avant les actions de solidarité entreprises par le Maroc sur le plan international et dans le contexte de la pandémie de Covid-19, rappelant que SM le Roi a lancé une initiative pragmatique, orientée vers l’action pour soutenir les efforts de lutte contre la pandémie en Afrique.

« Cette initiative a donné lieu à l’acheminement de l’aide médicale et de l’assistance humanitaire à de nombreux pays africains frères et amis, appartenant à toutes les sous-régions du continent », a-t-il dit. L’action de solidarité du Royaume, a poursuivi l'ambassadeur, a récemment concerné les populations touchées par la tragique explosion dans le port de Beyrouth, à travers l'envoi urgent de 17 avions cargo humanitaires au Liban, transportant plus de 400 tonnes de médicaments et produits alimentaires, ainsi que le déploiement d’un hôpital militaire de campagne pour fournir des soins médicaux aux populations sinistrées par ce drame.

S'agissant de la situation dans les camps de Tindouf, M. Zniber a pointé la persistance de l'Algérie à s’opposer au consensus international sur la nécessité de dissocier les questions humanitaires aux considérations politiques.

Il a attiré l'attention de la dévolution par les autorités algériennes de leurs compétences à un acteur non étatique et séparatiste sur son territoire. Il a, de même, dénoncé la militarisation des camps de Tindouf, en violation des conclusions de ce Comité exécutif du HCR stipulant que les Etats hôtes assument la responsabilité de veiller au caractère civil et humanitaire de l'asile.

« S'agissant du nombre des populations retenues dans les camps de Tindouf, la seule certitude qui devrait être établie et celle qui découlera du recensement formel de ces populations selon les critères et les normes établis par le HCR, et par sa longue expérience et pratique dans ce domaine », a ajouté M. Zniber.

Avec MAP