Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Les États-Unis s'apprêtent à vendre des drones SeaGuardian MQ-9B au Maroc


Rédigé par Hajar Lebabi le Vendredi 11 Décembre 2020

Efficaces pour la surveillance des frontières, les drones SeaGuardian MQ-9B seront bientôt à disposition du Royaume, rapporte l'agence de presse Reuters, ajoutant que le Congrès devrait discuter de la vente des gros drones aériens sophistiqués dans les prochains jours.



Les États-Unis s'apprêtent à vendre des drones SeaGuardian MQ-9B au Maroc
Il semblerait que les États-Unis sont sur le point d'achever la vente d'au moins quatre drones MQ-9B SeaGuardian au Maroc. Citant trois sources américaines «familières avec les négociations», Reuters a rapporté aujourd'hui que le Congrès devrait discuter de la vente des gros drones aériens sophistiqués dans les prochains jours.

Les mêmes sources ont déclaré que l’accord était en cours depuis des mois, soulignant que le département américain avait bel et bien autorisé la vente des quatre drones aériens sans pilote au Maroc, certes, néanmoins il ne savent pas si les autorités américaines ont approuvé l'exportation de drones avec des armes attachées.

Cela dit, l'une des sources a déclaré que le «Congrès devait en principe approuver l'accord et pourrait en recevoir une notification dès vendredi»

General Atomics Aeronautical Systems est le fabricant des quatre drones SeaGuardian MQ-9B que le Maroc pourrait recevoir des États-Unis. Avec une portée de 6000 miles nautiques (11100 kilomètres), les drones peuvent surveiller d'immenses étendues de mer et de désert, mais sont également conçus pour opérer dans l'espace aérien civil.

Les drones SeaGuardian MQ-9B peuvent servir diverses opérations de surveillance navale et littorale, y compris la guerre anti-surface, la guerre anti-sous-marine, la recherche et le sauvetage, l'aide humanitaire et les secours en cas de catastrophe, la surveillance des frontières et l'application de la loi.
Le Maroc étant une plaque tournante de transit clé pour les migrants qui tentent d'atteindre l'Europe via l'océan Atlantique et la mer Méditerranée, pourrait rechercher les drones MQ-9B SeaGaurdian pour améliorer les efforts visant à freiner la migration irrégulière.

L’accord annoncé entre les États-Unis et le Maroc serait l’une des premières ventes de drones après la réinterprétation par l’administration Trump du régime de contrôle de la technologie des missiles (MTCR), un accord international de contrôle des armements.

Reuters rapporte que la réinterprétation a permis à l'administration Trump de vendre plus de drones à plus de pays, mais les sénateurs américains ont introduit une législation pour bloquer l'exportation, le transfert ou le commerce de nombreux drones avancés vers des pays qui ne sont pas de proches alliés des États-Unis. Les ventes sont autorisées aux membres de l'OTAN, à l'Australie, à la Nouvelle-Zélande, à la Corée du Sud, au Japon et à l'Etat sioniste.

Malgré la législation du Sénat, les États-Unis ont récemment achevé la vente de drones à Taiwan et aux Émirats arabes unis.

Les États-Unis viennent de vendre 50 de leurs précieux avions de combat F-35, 20 drones MQ-9 Reaper, 14 000 bombes et des munitions aux Émirats arabes unis dans le cadre d'un contrat d'armement de 23 milliards de dollars.