Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Environnement

Le tourisme, levier de sauvegarde des oasis


Rédigé par La rédaction le Samedi 1 Février 2020

8ème édition du Forum International du Tourisme Solidaire (FITS)



Du 27 au 30 janvier, Ouarzazate a abrité
le Forum international du tourisme
solidaire. Le thème de cette édition est
«Résilience climatique, développement
durable et tourisme solidaire dans les
oasis du monde : un tourisme sobre
pour un développement durable».
Au Palais des congrès d’Ouarzazate, 400
représentants de plus de 30 pays ont
participé lundi 27 janvier au lancement
de la 8ème édition du forum International
du Tourisme Solidaire (FITS). Placé
sous l’égide du ministère marocain du
Tourisme, le FITS est organisé par le
Conseil provincial de Ouarzazate, la
ville de Ouarzazate, l’Agence Nationale
pour le Développement des Zones Oasiennes
et de l’Arganier (ANDZOA) et
le Comité provincial du Tourisme de
Ouarzazate.
Sauvegarde des oasis
Selon les organisateurs, cette huitième
édition a «pour but de renforcer le plaidoyer
en faveur de la sauvegarde des
oasis du monde, en voie de dégradation
accélérée alors que leurs écosystèmes
sont des modèles de résilience dans
un environnement hostile, modèles
dont on devrait s’inspirer à l’heure des
bouleversements climatiques. Elle vise
également à promouvoir et développer
un modèle touristique sobre, vecteur
de développement local durable pour
les espaces fragiles». L’évènement ambitionne
par ailleurs de contribuer à
préparer et à réaliser «un plan d’action
concerté visant, par la mobilisation internationale,
à favoriser la mise en place
de projets de sauvegarde des oasis et de
développement touristique durable de
ces espaces».
Dans le même sens, plusieurs participants
ont souligné mercredi que
le tourisme peut constituer un levier
de développement de l’espace oasien,
insistant pour qu’un intérêt particulier
soit accordé aux oasis dans le but
de permettre à ces espaces vitaux de
contribuer à la promotion des conditions
de vie de leurs habitants sur les
plans économique et social. Parmi les
participants, Saïd Afroukh, président
du Conseil provincial de Ouarzazate, a
souligné que cette province se distingue
par ses caractéristiques naturelles et
possède des potentialités importantes
sur le plan touristique susceptibles de
constituer des leviers de développement
des espaces oasiens. Le responsable a
également mis l’accent sur la position
géographique de Ouarzazate avec ses
oasis, montagnes et zones désertiques,
plaidant pour une meilleure exploitation
de ces atouts naturels en vue de
renforcer l’attractivité touristique de
cette destination. M. Afroukh a évoqué,
par ailleurs, un certain nombre de défis
qui doivent être relevés pour développer
davantage le tourisme à Ouarzazate,
notamment l’amélioration de la connectivité
aérienne avec des destinations internationales,
ainsi que la commercialisation
du produit touristique local.
Dynamiser le développement
économique
De son côté, Ali Oubarhou, directeur
du développement oasien à l’ANDZOA
(Agence Nationale pour le Développement
des Zones Oasiennes et de l’Arganier),
a passé en revue les différentes
mesures prises par l’agence pour le
développement socio-économique de
ces espaces. Il a relevé que la stratégie
de l’ANDZOA en la matière a pour objectif
de dynamiser le développement
économique et territorial dans ces zones
en fédérant les efforts de tous les acteurs
locaux concernés. M. Oubarhou a
noté que le but est aussi de favoriser un
développement durable d’un point de
vue économique, social, culturel, environnemental
et humain, conformément
aux orientations et stratégies décidées
et identifiées en coordination avec les
institutions publiques et privées, les
ONG, les Conseils élus et les organismes
concernés.
Fatima Aït Benalla, de la Coopération
belge au développement, a présenté un
exposé sur le partenariat avec le Maroc
en matière de développement des zones
rurales. Elle a précisé que le mode d’intervention
de l’agence belge est toujours
basé sur une formulation et une exécution
conjointes des projets avec les partenaires
et met l’accent sur une présence
rapprochée auprès des bénéficiaires ou
des groupes cibles.
Oussama AbAOuss

​Oasis, des espaces en voie de disparition

L’alerte avait été donnée lors de la COP 22 organisée à Marrakech.
En l’espace d’un siècle, le Maroc a perdu deux tiers
de ses oasis. Véritables remparts contre la désertification,
ces îlots de vie et de verdure souffrent non seulement des
aléas inhérents aux changements climatiques, mais aussi du
fait de l’action humaine. Récemment, Greenpeace a tiré la
sonnette d’alarme en rappelant les menaces qui continuent
à peser de par le monde sur les espaces oasiens marocains.
Dans un court métrage diffusé en décembre 2019 couplé
d’une pétition intitulée « Protégeons les oasis marocaines »,
l’ONG internationale engagée dans la protection de l’environnement
adopte un ton des plus alarmistes en soulignant
que : « Ce dont les oasis marocaines sont témoins est un
exemple de l’impact du changement climatique à travers
le monde, la disparition complète des civilisations et des
peuples et la perte de l’environnement naturel ».
(avec MAP)

Brèves

Dayet Aoua célèbreles zones humides
La Direction Régionale des Eaux et Forêts du Moyen Atlas (DREF/MA) célébrera la Journée mondiale des zones humides dimanche 02 février 2020 à Dayet Aoua. Sous le thème : « Zones humides et biodiversité», la Journée sera organisée en partenariat avec l’Association
marocaine pour l’environnement et le développement social de Meknès.
Au programme : Un exposé sur les zones humides au Maroc suivi par l’organisation de cinq ateliers thématiques au profit des élèves et adhérents de l’association partenaire.

Olivier et changement climatique
Le mardi 28 janvier à Rabat s’est déroulée une journée de concertation sous le thème : «Pour une recherche collaborative à l’échelle méditerranéenne sur la résilience des agroécosystèmes oléicoles et l’adaptation de l’olivier au changement climatique». L’événement a été organisé par le Collège Sciences et Technologies du Vivant de l’Académie Hassan II des Sciences Techniques en présence de l’INRA Maroc, de l’INRA Montpellier, du Conseil Oléicole International et de 4 universités nationales.

Conseil d’administration de l’IRESEN
Lors de son12ème Conseil d’administration, l’Institut de Recherche en Energie Solaire et Energies Nouvelles (IRESEN) a annoncé la finalisation de la dernière phase du Green & Smart Building Park qui «intégrera un simulateur de réseaux électriques intelligent de la ville de demain développé en partenariat avec la coopération sud-coréenne». L’IRESEN a également dévoilé les nouvelles plates- formes de recherche en cours de développement et de réalisation : le Green Energy Park Maroc-Côte d’Ivoire et le GreenH2A.