L'Opinion Maroc - Actuali
Consulter
GRATUITEMENT
notre journal
facebook
twitter
youtube
linkedin
instagram
search


   
Agora

Le sort du peuple palestinien, propagande et conflits d’intérêts


Rédigé par Salem AlKetbi le Vendredi 2 Septembre 2022



Le sort du peuple palestinien, propagande et conflits d’intérêts
Plusieurs médias ont récemment abordé les raisons pour lesquelles le Hamas n’a pas participé aux récents affrontements militaires dans la bande de Gaza entre l’armée israélienne et le Jihad islamique. Certains rapports ont cité des raisons qui, selon eux, ont empêché le Hamas de participer et d’intervenir dans les combats.

Il s’agit notamment du boom économique dans la bande de Gaza à la suite de la récente période de calme, ou de ce que certains ouvrages décrivent comme la politique de « l’économie contre le calme ».

Il s’agit notamment des permis de travail incitatifs délivrés par la partie israélienne aux Palestiniens, qui représentent un soutien important pour l’économie de Gaza, et de l’accent mis par le mouvement sur la reconstruction de son pli populaire, qui a été diminué par l’ampleur de la destruction dans la bande de Gaza à la suite de la série de crises engendrées par le mouvement extrémiste.

Il y a aussi le désir des dirigeants du Hamas de restaurer leur profil international et régional et de se concentrer sur l’action politique et diplomatique dans le cadre du conflit interne, que ce soit avec l’AP ou d’autres mouvements.

Mon opinion personnelle est que l’héritage des crises palestiniennes n’indique pas la possibilité de la convergence des deux partis extrémistes (Hamas et Djihad) sur le même champ de bataille, malgré le fait qu’ils sont le produit du même ventre : les Frères musulmans terroristes.

En outre, le Hamas n’a pas encore retrouvé la capacité militaire d’agir et de lancer davantage de frappes contre Israël, qui mène depuis un an une guerre au cours de laquelle il a été durement touché par les frappes israéliennes.

La direction du mouvement dans la bande est pleinement consciente que toute escalade à ce stade ne sera pas soutenue par la population de Gaza, qui n’a pas encore guéri les blessures de la dernière bataille. Il y a un désir de la part de la population de la bande de Gaza de continuer le calme, le travail et la reconstruction. Le groupe extrémiste Hamas est le dirigeant de facto de la bande de Gaza.

Son silence lors de la récente escalade militaire soulève donc de réelles questions, et la connaissance de l’ensemble des raisons de l’abstention du Hamas, telles qu’elles ont été spécifiquement rapportées par les médias palestiniens, peut expliquer la position du mouvement.

Mais cela soulève également des doutes sur les intentions du mouvement extrémiste Jihad et de ses rivaux dans la bande de Gaza. Sont-ils délibérément en train d’attirer la bande de Gaza dans une nouvelle crise qui sape les gains de calme de la dernière période ?

En tout cas, loin d’être spéculative, malgré l’unité supposée des buts, des intérêts et des objectifs des deux mouvements extrémistes qui prétendent opérer sous la bannière de la « résistance » palestinienne, la différence était évidente.

Cela souligne que toute la question est une lutte d’intérêts politiques pour le pouvoir, l’influence et le statut, et parmi tout cela, il n’y a pas de place pour que les intérêts du peuple palestinien soient pris en compte par l’une ou l’autre partie lorsqu’elle décide de pacifier ou d’escalader, sauf lorsque ces intérêts correspondent à ceux d’un mouvement ou d’une organisation.

Les récents affrontements dans la bande de Gaza ne sont pas la seule preuve de la divergence des agendas, des objectifs et des intérêts des mouvements palestiniens. Dans tous les cycles précédents d’escalade, le Hamas avait le monopole de la confrontation avec Tsahal pour lui-même. Le mouvement rival s’est contenté de regarder et de suivre.

Hier, la scène s’est reproduite avec un changement du côté palestinien. Le mouvement « Jihad » a fait la une de l’actualité, avec l’absence totale du mouvement qui contrôle et gouverne la bande de Gaza. Ses dirigeants se sont contentés d’exprimer leur solidarité sans s’impliquer, de sorte que cela ressemblait à une occasion pour chaque camp de connaître les capacités de l’autre.

En d’autres termes, la gestion de la confrontation avec Israël et de ses résultats est devenue l’une des cartes du jeu interne palestinien. C’est quelque chose qui vaut la peine de s’y atta‎rder. Tout ce qui précède montre que les intérêts du peuple palestinien, scandés par tous ceux qui animent la scène palestinienne et parlent en son nom, ne figurent pas en tête des priorités de ces dirigeants.

Des représentants du Djihad se sont rendus en Iran et au Liban, tandis que la diplomatie égyptienne a intensifié ses efforts pour atténuer les conséquences des nouvelles frappes militaires israéliennes contre la bande de Gaza.

Personne ne sait quel est le débat entre les représentants de ce mouvement palestinien et leurs homologues des Gardiens de la révolution et du Hezbollah libanais, et comment ils pensent que l’Iran ou d’autres pays peuvent les soutenir politiquement ou militairement dans ces circonstances géopolitiques éprouvantes.

C’est pourquoi il est temps pour de nombreux Palestiniens d’arrêter de politiser la cause et le peuple palestinien. Ils réalisent que le jeu de l’escalade et de la désescalade en fonction des objectifs de ces mouvements et du diktat qui vient de leurs soutiens régionaux doit cesser.

Les Palestiniens attendent ceux qui cherchent pour eux leurs droits justes et légitimes avec sincérité, sans jeux de « résistance », de prétentions à l’héroïsme, de propagande et de calculs d’intérêts qui changent non seulement d’un mouvement à l’autre, mais aussi d’un leader à l’autre au sein du mouvement.





Salem AlKetbi
Politologue émirati et ancien candidat au Conseil national fédéral



Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 25 Septembre 2022 - 08:49 L’Humeur : Les accros de L’Boulevard

Samedi 24 Septembre 2022 - 22:10 Prix du pétrole et concurrence internationale






🔴 Top News