Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Conso & Web zone

Le régime de fruits : Ange… ou démon ?


Rédigé par Meryem EL BARHRASSI le Dimanche 4 Juillet 2021

Pauvres en calories et reconnus pour leur effet détoxifiant, les fruits constituent d’excellents alliés minceur même s’ils constituent un apport en sucres non négligeable. Un régime riche en fruits a donc pour but de vous aider à garder la ligne. En quoi consiste-t-il ? Est-il vraiment efficace ? Quels avantages et inconvénients ? Nous avons mené l’enquête pour vous.



Le régime fruits, ou régime fruitarien, est une méthode minceur qui consiste à ne consommer que des fruits. Ainsi, l’apport en calories est très faible, d’où la perte de poids rapide. Une action dépurative de l’organisme se met en place. Par ailleurs, la sensation de faim est contournée grâce aux fibres rassasiantes et aux vitamines contenues dans les fruits. « Bien que la fructivorie puisse être considérée comme un mode de vie, le fructose que les fruits et aliments inclus contiennent, ne doit pas être toléré à l’aveuglette », précise Dr. Yousra Moustafid, nutritionniste.

Le principe est simple : les fruits peuvent être mangés à volonté à condition de respecter une durée de deux heures entre chaque fruit consommé dans le but de faciliter l’assimilation. Certains fruits sont à privilégier comme l’ananas tandis que d’autres sont à proscrire comme la banane. « Le régime de fruits consiste à ne manger que des fruits, sauf les bananes, jugées trop sucrées, et les légumes et cela à volonté », explique la nutritionniste.

Or, il n’existe pas de définition catégorique d’un régime fruitarien et cela déclenche des confusions, des malentendus et des spéculations. « Chaque personne pratiquante adopte le régime différemment, en l’adaptant à son propre temps et suivant son point de vue personnel. Malgré que les noix, les graines et les céréales ne sont pas bannies, on suit fréquemment la règle qu’entre 55% et 75% l’alimentation doit être constituée principalement de fruits crus », détaille Dr. Moustafid.

Des doses de fructose extrêmes

Pour certaines personnes, même une petite quantité de fruits peut être problématique. Ces personnes sont intolérantes au sucre naturel présent dans les fruits (fructose). « La consommation de fructose diffère d’une personne à une autre. Elle peut entraîner des symptômes intestinaux, notamment une gêne abdominale, de la diarrhée et des ballonnements », indique la spécialiste. « L’alimentation riche en fructose provoquait une fuite des bactéries intestinales vers le sang et vers le foie. En d’autres termes cela signifie que le fructose rend l’intestin perméable, ce qui est une véritable catastrophe pour la santé », poursuit-elle.

Selon Dr. Moustafid, le fructose est métabolisé dans le foie, où il est converti en glucose, glycogène, lactate et acides gras. Une surconsommation entraîne alors une hypertriglycéridémie, un dépôt de graisses dans le foie et les muscles, et une diminution de la sensibilité hépatique à l’insuline. Les effets du fructose sur les lipides sanguins sont observés pour des quantités ingérées de 50-100 g/jour. Une réduction des apports en fructose est donc souhaitable pour les personnes en surpoids, diabétiques et à risque de maladies cardio-vasculaires.

Des carences

Personne ne peut contester le fait que les fruits sont des bombes vitamineuses. « Si vous suivez le régime fruitarien, vous risquez des carences nutritionnelles de vitamine B12, de calcium, de fer, de zinc, d’acides gras oméga-3 et de protéines », souligne la nutritionniste. En plus de ce que nous considérons généralement comme des fruits, les fruitariens peuvent aussi manger des tomates, des concombres, des poivrons et de l’avocat. Certains des énumérés, comme l’avocat, assurent une contribution importante à l’apport en graisses, tandis que les noix et les graines fournissent des protéines.

Bien que le régime fruitarien soit sain, il est loin d’être équilibré car il est très restrictif. Les fruits sont, sans doute, riches en vitamines, minéraux et antioxydants protecteurs. Mais l’inclusion de certains autres aliments est une contribution alimentaire précieuse pour la plupart des gens. « Il est recommandé de consommer au moins cinq portions de fruits et légumes, en mettant l’accent sur les deuxièmes, chaque jour », conseille Dr. Moustafid.

Plusieurs chercheurs partagent l’avis qu’il y a un lien entre les apports très élevés de fructose et certains cancers, bien que des recherches supplémentaires soient nécessaires dans ce domaine avant de pouvoir tirer des conclusions. « On est unanime que les fruits entiers doivent être consommés dans le cadre d’une alimentation équilibrée et variée, car ils fournissent des avantages nutritionnels importants, y compris des fibres alimentaires », informe la nutritionniste. Pour sa part, la teneur naturelle en sucre du fruit peut exposer les gros consommateurs à un risque accru de carie dentaire, en particulier lorsque le fruit est pressé.
 
Meryem EL BARHRASSI

Tout est question d’équilibre
 
La recommandation des 5 fruits et légumes par jour a eu l’avantage d’inciter les gens à augmenter leur consommation de fruits et légumes. En contrepartie, comme bien souvent quand on met en avant les avantages que confère un aliment, certaines personnes pensent abusivement qu’il faut en manger de grandes quantités voire exclure tous les autres aliments pour avoir une alimentation saine ou pour une tentative de perdre du poids.

A l’inverse les aliments « plaisirs » sont injustement connotés comme de « mauvais aliments » ou encore des aliments « grossissants ». Le simple fait de les consommer entraînerait la prise de poids. Or c’est l’excès d’aliments plaisirs qui fait prendre du poids et c’est l’équilibre alimentaire, c’est-à-dire consommer un peu de tout : protéines, féculents, fruits et légumes, produits laitiers, etc. qui correspond à une alimentation santé car suffisante pour apporter tous les éléments nécessaires au bon fonctionnement de l’organisme.
 

  


Dans la même rubrique :
< >