Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Culture

Le nouveau film « Jbal Moussa » ou le registre spirituel de Driss MRINI


Rédigé par Anwar CHERKAOUI le Mardi 28 Septembre 2021



Des diatribes enflammées entre deux amis qui se cherchent. Le premier est instituteur et le second handicapé. Sur ce dernier planent de nombreux mystères. Adulte balloté à son insu entre deux mères. Des citations de grands penseurs arabes et occidentaux, Des questionnements et des affrontements à tout bout de champ et en dehors du champ. Des simulations, des dissimulations ainsi que des simulacres tels sont les ingrédients du nouveau film « Jbal Moussa » de Driss MRINI.

Il nous surprend et il nous surprendra encore et encore, ce géniteur, qui donne naissance à des films toujours originaux. Avec cette audace de choisir des thèmes aussi différents les uns des autres, il est inclassable. Il passe d’un genre à un autre, avec une aisance et une maîtrise qui surprennent plus d’un.

De « Bamou », une fresque amoureuse sur fond de lutte contre l’occupation étrangère, il nous plonge avec « Larbi, la perle noire » dans la vie d’un footballeur marocain qui n’a pas eu la gloire qu’il mérite. Puis, il nous fait voyager dans le film « Aida » avec une juive marocaine vivant en occident, qui, une fois atteinte de cancer, revient au Maroc à la recherche de ses origines.

Sacré Driss ! Du film historique et dramatique, voilà qu’il nous fabule d’une comédie, qui, en termes de nombre de spectateurs, constitue un véritable blockbuster national. Sa comédie « Lahnech », l’histoire d’un flic ripoux, est la preuve évidente qu’une excellente comédie peut encore  attirer le spectateur marocain vers les salles obscures.

Driss Mrini, un enfant de la télé, que des pseudo critiques trop orthodoxes voulaient cloîtrer dans la petite lucarne, taxée comme étant un art mineur, a montré qu’il  était également un bon réalisateur de téléfilms.

A la Télé marocaine, à ses débuts, Driss Mrini avec son émission « watiqa » ou « parchemins » a osé s’attaquer à des sujets politiques, que peu d’hommes osaient traiter. Cela avait conduit à la censure en direct et pour la première fois d’une émission TV. L’invité de l’émission était Mehdi Benaboud, homme de foi, libre penseur et un des rares médecins marocains à l’époque que l’on pouvait compter parmi les intellectuels. Au cours de l’émission, une de ses petites phrases avait déplu à feu le Roi Hassan II. Un coup de téléphone royal ‘makhzani. avait signé l’arrêt de mort de l’émission « watiqa ».

La boîte de Pandore de ce réalisateur est pleine de petits bijoux. Voile qu’il s’essaye aux émissions de variétés à la télévision Marocaine avec l’émission culte « Naghma Wa atay » « mélodie et thé ». Cette émission réalisée dans un cadre convivial, souvent enregistrée dans des maisons et des riads d’architecture typiquement Marocaine, restera dans l’histoire de la télévision Marocaine comme l’émission familiale la plus regardée. Et les responsables de notre télévision nationale, gagneraient énormement à faire revivre ce sphinx télévisuel.

Le savoir-faire cinématographique de Driss Mrini trouve également une véritable illustration dans les documentaires qu’il a réalisé pour des départements très sensibles de l’état marocain. Jbal Moussa, le dernier opus cinématographique de Driss Mrini, en plus de l’originalité du traitement de sa thématique, se caractérise par une bande son d’une grande maîtrise technique et une cadence servi par un montage qui coupe le  souffle au spectateur.

Gageons que Driss Mrini nous surprendra dans un de ces prochains films, en s’attaquant à un sujet encore plus tabou pour la société marocaine, avec une audace qui frôlera l’indécence. Cela n’est nullement étonnant. Les corsaires sont connus par leurs sorties inopinées.

Quelques privilégiés ont pu voir l’avant-première de « Jbal Moussa » dans une salle de projection totalement rénovée du centre cinématographique marocain (CCM), équipée d’un matériel de projection dernier cri. Si Jbal Moussa, risque d’intriguer le spectateur marocain, il n’en demeure pas moins que tout le monde sera captivé, du début à la fin, par le jeu parfaitement haut de gamme des acteurs en complète symbiose avec les directives de celui qui est derrière la caméra. Qu’il s’agisse des rôles féminins campés par Saadia Azgoun et Siham Assif ou les rôles masculins qui accompagnent le spectateur presque durant tout le film, profondément et magistralement interprétés par Younes Bouab et Abdenbi Elbeniwi… A travers ce film au contenu spirituel, on sent une parfaite complicité entre le réalisateur et ses acteurs et ses actrices. Au final, « Jbal Moussa », c’est l’itinéraire d’un corsaire à la quête des cimes.