L'Opinion Maroc - Actuali
Consulter
GRATUITEMENT
notre journal
facebook
twitter
youtube
linkedin
instagram
search





Actu Maroc

Le hacker français Sébastien Raoult, arrêté au Maroc en 2022, plaide coupable aux USA


Rédigé par L'Opinion Vendredi 29 Septembre 2023

Le Français Sébastien Raoult, extradé en janvier du Maroc vers les États-Unis, a finalement plaidé coupable d'escroquerie informatique et d'usurpation d'identité aggravée et sera jugé le 11 janvier, a indiqué l’AFP jeudi.



Le hacker français Sébastien Raoult, arrêté au Maroc en 2022, plaide coupable aux USA
Visé par neuf chefs d'accusation, il avait plaidé en janvier non coupable lors de sa première comparution, assisté par un avocat commis d'office, devant un tribunal de Seattle (nord-ouest) à la suite de son extradition par le Maroc, où il avait été arrêté en mai 2022.


«Sébastien change sa ligne de défense et plaide coupable», a déclaré son père, Paul Raoult, à l'AFP à Paris. Il l'a fait mercredi devant un juge fédéral de Seattle qui prononcera sa peine le 11 janvier, selon des documents judiciaires. L'accord conclu avec les procureurs prévoit l'abandon des poursuites pour les sept autres chefs d'accusation. L'escroquerie informatique est passible d'une peine de prison pouvant aller jusqu'à 27 ans et l'usurpation d'identité aggravée d'un minimum de deux ans.

Comme l’a annoncé le parquet du district ouest de l’Etat de Washington, mercredi 27 septembre, Sébastien Raoult a en effet reconnu sa culpabilité pour deux infractions : la fraude électronique (wire fraud) et le vol aggravé d’identité. Deux délits passibles, selon le communiqué, d’une peine maximale de vingt-sept ans pour le premier et d’une peine minimale de deux ans pour le second. Il était initialement visé par sept autres chefs d’inculpation. On ignore pour le moment quand le quantum de la peine sera déterminé.

Pourtant, comme il l’a admis, Sébastien Raoult a bien fait partie des ShinyHunters, un gang de hackeurs hexagonaux. Actif entre avril 2020 et juillet 2021, selon la temporalité retenue par la justice américaine, ce groupe compterait également, selon l’accusation, deux autres jeunes Français dans ses rangs : Abdel-Hakim El-Ahmadi et Gabriel Bildstein. Restés en France, ils n’ont pas été extradés.

«Parfois ShinyHunters menaçait de faire fuiter ou de revendre des dossiers sensibles si la victime ne payait pas une rançon», ont précisé les autorités judiciaires américaines dans un communiqué. «Ils ont volé des centaines de milliers de fichiers de clients et causé des pertes pour des sociétés estimées à plus de six millions de dollars», ont-elles indiqué.

Après avoir piraté leurs victimes, les hackeurs détournaient la puissance de calcul de leur ordinateur pour faire tourner des logiciels de cryptominage, ou faisaient tout simplement main basse sur des données confidentielles, par exemple des numéros de carte bancaire.

Ces informations étaient ensuite mises en vente sur des marchés noirs en ligne ou utilisées pour extorquer une rançon – l’une d’entre elles a atteint les 425 000 dollars (402 500 euros). Les pertes des entreprises visées par les ShinyHunters, notamment l’application de retouche de photo Pixlr, l’enseigne de vêtements nord-américaine Bonobos, le service d’édition de PDF Nitro ou le site d’e-commerce indonésien Tokopedia, ont été évaluées à plus de 6 millions de dollars (5,7 millions d’euros).

(Avec AFP)



Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 28 Février 2024 - 20:09 Mairie de Rabat: Asmaa Ghlalou démissione







🔴 Top News