Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Culture

Le droit de vivre : une mobilisation culturelle contre la peine de mort


Rédigé par Kawtar Chaat le Jeudi 30 Septembre 2021

Organisée depuis 2003 le 10 octobre de chaque année, la Journée internationale contre la peine de mort est marquée cette année par une exposition qui rassemble les œuvres de treize artistes plasticiens marocains plaidant en faveur de l'abolition de la peine capitale.



Intitulée « le droit à la vie », l'exposition sera inaugurée le samedi 9 octobre au Musée d’art et de culture de Marrakech (MACMA) et ouvrira ses portes au public jusqu'en février 2022.

Le même jour, un livre  du même titre sera présenté au public à la Maison Denise Masson à Marrakech. Cet ouvrage inclut, en plus des reproductions des œuvres présentées dans l’exposition, des textes originaux de trente-sept écrivains et intellectuels marocains défendant l’abolition de cette peine inhumaine.

La présentation du livre se fera lors d'une table ronde où s'exprimeront des personnalités et associations abolitionnistes nationales et internationales, suivie d'une conférence du philosophe Ali Benmakhlouf. D'autres activités sont prévues dans les prochains mois, indique un communiqué des organisateurs de l'exposition.
 
La campagne, qui prône l'abolition de la peine de mort, a pour objectif de mobiliser les intellectuels et les artistes à utiliser la culture pour élargir le soutien populaire à cette cause.
 
Les fers de lance de l'initiative sont Driss El Yazami, ancien président du Conseil national des droits de l'Homme (CNDH), Younes Ajarrai, directeur artistique de Marrakech 2020  et Mahi Binebine, un écrivain et artiste qui estime que la peine de mort est inhumaine et injuste.

Un environnement paradoxal

Pour les critiques, cependant, plusieurs « cette initiative citoyenne intervient dans un environnement national marqué par plusieurs paradoxes ». En raison d'un moratoire de facto sur la peine capitale au Maroc, notre pays n'a pas connu d'exécutions capitales depuis l'exécution du commissaire Tabet en 1993.

​Soutien populaire à la peine de mort

Malgré tous les arguments juridiques et institutionnels contre la peine capitale au Maroc, il y a eu des occurrences régulières et nombreuses sur les réseaux sociaux pour appeler à la reprise des exécutions et au maintien de la peine de mort pour des crimes ignobles, notamment après l'horrible crime de viol puis l'assassinat de Adnane l'année dernière à Tanger.