Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Le Président du gouvernement espagnol, Pedro Sanchez attendu au Maroc le 17 décembre


Rédigé par le Dimanche 29 Novembre 2020

Cinq ans après le dernier sommet bilatéral Marocco-Espagnol, le Président du gouvernement espagnol, Pedro Sanchez est attendu à Rabat le 17 décembre, indique l’agence de presse EFE.



Le chef du gouvernement, Saad Eddine El Othmani, et son homologue espagnol coprésideront la XIIe réunion de haut niveau. L’édition précédente de cette réunion entre les chefs de gouvernements des deux royaumes remonte au 5 juin 2015 à Madrid.
 
A cette l’occasion, Pedro Sanchez sera accompagné par une importante délégation de décideurs économiques, dont Antonio Garamendi, président de la Confédération espagnole des organisations entrepreneuriales, et Joé Luis Binet, président de la Chambre du commerce.
 
De plus, plusieurs ministres du gouvernement espagnol devront également se rendre avec le président à Rabat. Leurs noms ne sont, toutefois, pas encore révélés.
 
Il sied de noter que cette réunion intervient dans un contexte compliqué aux Iles Canaries. Rappelons que le ministre de l’Intérieur espagnol, Fernando Grande-Marlaska avait rencontré, le 20 novembre à Rabat, son homologue Abdelouafi Laftite afin de discuter la situation actuelle dans les Iles Canaries, marquée par un afflux d'immigrés clandestins. Lors de cette réunion, les deux parties ont établi diverses mesures visant à poursuivre leurs actions dans la lutte contre la migration clandestine et le crime organisé.
 
Selon les chiffres du ministère espagnol de l’Intérieur, les autorités marocaines ont permis de réduire de 50% le flux des migrrants irréguliers vers le voisin du nord en 2019. Les réseaux d’immigration irrégulière se sont, de ce fait, orientés vers les Iles Canaries.
 
La XIIe réunion de haut niveau intervient également après les propos du 2e vice-président du gouvernement espagnol, Pablo Iglesias qui plaidait pour un « référendum au Sahara », au lendemain de l’opération des Forces armées royales du 13 novembre à El Guerguerat.