L'Opinion Maroc - Actuali
Consulter
GRATUITEMENT
notre journal
facebook
twitter
youtube
linkedin
instagram
search





Actu Maroc

Le Maroc upgrade sa défense anti-aérienne


Rédigé par Souhail AMRABI le Mardi 23 Novembre 2021

Le Royaume continue de renforcer son dispositif de défense en se focalisant davantage sur la modernisation de la défense aérienne. Dernière acquisition en date : le système « SkylockDome », fabriqué par la société SkylockSystemps, qui détecte, vérifie et neutralise les drones non autorisés. Eclairage.



Au cours de la dernière décennie, les Forces Armées Royales (FAR) n’ont pas ménagé leurs efforts pour moderniser le dispositif de défense aérien du Maroc. Avec la montée des tensions régionales, les nouveaux défis des réseaux criminels transfrontaliers et l’agitation injustifiée du régime algérien, qui continue d’apporter un soutien militaire aux séparatistes du polisario, le processus de modernisation de la défense nationale est passé à la vitesse supérieure, comme en témoigne les cinq systèmes anti-drones acquis dernièrement par le Maroc, dont le dernier en date est le dispositif de protection israélien «SkylockDome» fabriqué par SkylockSystems, filiale du groupe israélien Avnon.

Ce dernier vient s’ajouter au système ukrainien anti-drones «Bukovel-AD», au radar français «Thales Ground Master 400», sans oublier le système de défense américain Patriot, les drones turcs de combat «Bayraktar TB2», ou encore les drones «SeaGuardian MQ-9B» qui peuvent servir diverses opérations de surveillance navale et littorale.

La commande du système «SkylockDome» par le Royaume a été confirmée par le Forum Far-Maroc, canal de communication semi-officiel des Forces Armées Royales (FAR), qui précise que cette acquisition entre dans le cadre du renforcement des capacités de l’armée marocaine visant à protéger les installations critiques et sensibles du Royaume, qu’elles soient civiles ou militaires.

En effet, «la protection des sites névralgiques nécessite désormais de se doter de systèmes d’armes spécifiques pour contrer les attaques de drones», nous affirme Nizar Derdabi, analyste en stratégie internationale, défense et sécurité, ajoutant que l’industrie de défense israélienne, qui est une des industries de pointe dans le domaine des drones à côté des américaine et turque, dispose également d’un des systèmes les plus aboutis et les plus compétitifs en matière de prix. (Voir 3 questions à…)

SkylockDome» : kezako ?

Exposé initialement en février 2021 aux Emirates Arabes Unis lors de l’International Defence Exhibition and Conference (IDEX), ce système anti-drone, commandé par le Maroc, offre une protection à 360° de l’espace aérien contre les menaces de drones, selon Skylock, ajoutant qu’il est également efficace pour surveiller les zones nécessitant une large couverture telles que les frontières, les aéroports, les bases militaires et les événements nationaux. Il offre également une plate-forme complète pour anticiper et répondre rapidement et efficacement aux incursions illégales de drones malveillants et aux attaques de drones. Le système radar définit les mesures de distance, d’élévation et de vitesse, et détecte également les drones miniatures caractérisés par une vitesse et une altitude de signature faibles.

Le système de Skylock propose également des plates-formes anti-drone mobiles, capables d’assurer une protection efficace en plein mouvement. Autre avantage, est que le système peut être activé et entièrement opérationnel en 30 minutes.

Le package du groupe israélien comprend également un système de détection RF qui est utilisé dans les environnements urbains où la détection des drones est plus complexe. Celui-ci est composé d’antennes directionnelles à gain élevé qui cherchent en continu les fréquences aériennes les plus couramment utilisées, offrant une couverture à 360°. Reste le problème des drones autonomes préprogrammés, qui sont connus pour être les plus difficiles à intercepter et qui rendent les systèmes de brouillage conventionnels inutiles.

Le système de sécurité du groupe Skylock dispose d’un dispositif avancé, autonome ou semi-autonome baptisé «DRONELOCK» qui est utilisé pour intercepter une cible unique ou un essaim de drones. Une fois que le système radar détecte un drone non autorisé, ce dernier est rapidement déployé pour intercepter la cible en mouvement. Avec un ensemble de capteurs intégrés, le système drone contre drone suit la cible, la verrouille et la désactive par collision.
 
Le système de défense aérienne Patriot est destiné à sécuriser un espace beaucoup plus étendu.

Cela dit, l’acquisition de ce système anti-drones entre dans le cadre d’une modernisation générale de l’arsenal de l’armée marocaine qui sera consolidée davantage durant les années qui viennent, comme en témoigne l’augmentation continue du budget général de la Défense nationale, qui est passé de 35,1 milliards de DH en 2019 à 45,4 milliards en 2020, puis à 45,1 milliards de DH, selon les Projet de Loi des Finances 2022. Un montant qui regroupe les budgets alloués au personnel (37,7 milliards de DH) et au matériel et dépenses diverses (7,3 milliards de DH), auxquels devrait s’ajouter 10,8 milliards de DH programmés pour l’acquisition et la réparation des matériels des FAR.

A cela s’ajoute le budget du ministre délégué chargé de l’Administration de la Défense qui est autorisé à engager 115,5 milliards de DH de dépenses en acquisition de matériel militaire. L’enveloppe prévue pour 2022 devrait s’établir ainsi à 12,8 milliards de dollars, soit près de 4,3% du PIB et plus de 12% des dépenses publiques du Royaume.

Souhail AMRABI

L'info...Graphie

Le Maroc upgrade sa défense anti-aérienne

Système anti-roquettes


L’hypothèse Dôme de fer
 
Ce système de défense développé par l’industrie d’armement israélienne et mis en avant comme le bouclier anti-missile ultime contre les attaques du Hamas et ses alliés contre les villes israéliennes a connu un succès mitigé.

En effet, si le gouvernement israélien déclare que ce système intercepte près de 90 % des roquettes lancées, lors de la reprise des hostilités en mai 2021 entre le Hamas et l’Etat israélien, les vulnérabilités du Dôme de fer sont apparues au grand jour.

« En effet, ce système qui doit neutraliser des roquettes tirées à courte distance doit avoir une capacité de réaction très rapide. Mais dès qu’un nombre important de projectiles sont tirés simultanément, le système est rapidement saturé et plusieurs roquettes parviennent à atteindre leur objectif », explique Nizar Derdabi, analyste en défense et sécurité.

Par ailleurs, le coût de ce système est exorbitant car, d’après les experts, chaque interception coûte entre 50.000 et 100.000 dollars, pour contrer des roquettes dont la capacité de destruction demeure négligeable dans un conflit de haute intensité.

Système Patriot


L’option de la haute intensité
 
La première version de ce système de défense anti-missile de fabrication américaine est apparu au grand jour lors la première guerre du Golfe de 1991. Composé de radars de dernière génération et de plusieurs batteries de missiles qui ciblent des altitudes différentes, la batterie Patriot permet la détection et la riposte automatisée contre toute menace aérienne, provenant de missiles balistiques et d’avions à haute altitude ou bien de missiles de croisière et d’aéronefs volant à basse altitude.

Le système Patriot dans sa version PAC-3 constitue avec le système russe S-400 les systèmes de défense aériens les plus performants sur le marché. « L’acquisition d’un système Patriot PAC-3 par le Maroc permettra aux FAR de se prémunir contre toute attaque aérienne, mais surtout d’annihiler la puissance de frappe en profondeur que procurent les missiles ennemis », précise Nizar Derdabi, analyste en défense et en sécurité.

A noter que le système Patriot PAC-3 est déployé dans plusieurs pays de l’Europe de l’Est, dont la Pologne, pour contrer les missiles Iskander-M et E russes, reconnus comme étant une arme redoutable.

« Des missiles qui ont par ailleurs été acquis récemment par l’armée algérienne dans le but de se doter d’une capacité de frappe à distance très puissante. Sanctuariser le territoire national contre toute attaque aérienne avec ce système sera difficile, car le territoire est très vaste et qu’il faudrait plusieurs systèmes Patriot déployés sur l’ensemble du territoire marocain », souligne Derdabi.

 

3 questions à Nizar Derdabi, analyste en défense et sécurité


«Sanctuariser le territoire national contre toute attaque aérienne avec ce système sera difficile»
 
- Quels sont les avantages opérationnels du système de défense anti-drone « SkylockDome », récemment acquis par le Royaume ?

- Les drones constituent à l’heure actuelle un défi permanent pour les forces armées en matière de défense opérationnelle du territoire (DOT) et de protection contre les menaces visant les installations critiques et sensibles, aussi bien militaires que civiles.

La protection des sites névralgiques nécessite donc désormais de se doter de systèmes d’armes spécifiques pour contrer les attaques de drones. Un rôle que peut remplir le système SkylockDome dont le pouvoir de riposte repose sur des capacités de guerre électronique qui permettent de brouiller les instruments de guidage des drones pour les neutraliser et intercepter les drones autonomes.


- Existe-t-il une complémentarité entre le SkylockDome et le système Patriot et pourrait-on arriver à terme avec l’ensemble de ces systèmes à sanctuariser le territoire national ?


- A l’inverse du système de défense anti-drone, qui permet uniquement la protection localisée d’un site précis ou d’une zone restreinte, le système de défense aérienne Patriot est destiné à sécuriser un espace beaucoup plus étendu.

L’acquisition d’un système Patriot PAC-3 par le Maroc permettra surtout à nos forces armées d’annihiler la puissance de frappe en profondeur que procurent les missiles ennemis. Sanctuariser le territoire national contre toute attaque aérienne avec ce système sera difficile. Néanmoins, stationnés dans des emplacements stratégiques, ces nouveaux systèmes de défense permettront de prémunir de larges zones du territoire de toute agression ennemie.


- Il serait également question d’une possible acquisition du Dôme de fer, en complément des autres systèmes de défense, est-ce, à votre avis, une option viable ?


- Pour l’heure, aucune source officielle n’a à ma connaissance confirmé cette information. A mon avis, ce système, conçu pour parer en priorité à des roquettes ou des missiles à faible portée, n’est pas approprié pour la DOT marocaine qui doit couvrir un large territoire. Pour instaurer une zone aérienne de déni d’accès et se prémunir d’attaque de missiles en profondeur, la combinaison entre des systèmes de défense comme le système Patriot PAC-3 et le renforcement de la flotte aérienne par des avions de chasse F-16 Block 72 serait une solution plus judicieuse.
 
Recueillis par A. A.

 








🔴 Top News










 
Other