Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Le Maroc deuxième marché de microcrédit dans le monde arabe


Rédigé par Kawtar Chaat le Vendredi 20 Août 2021

Selon un nouveau rapport sur la stabilité financière du Fonds monétaire arabe (FMA), le Maroc est le deuxième marché arabe en termes de portefeuille de crédits accordés par les associations de microcrédit à fin 2020.



Les associations marocaines de microcrédit sont parmi les plus dynamiques du monde arabe. Le Maroc est en fait juste après l'Egypte en termes de portefeuille de prêts. A fin 2020, l'encours accordé au niveau national était de 760 millions de dollars contre 1,23 milliard de dollars alloués en Egypte, révèle le rapport sur la stabilité financière du Fonds monétaire arabe, qui trace une évolution positive du microcrédit dans le monde arabe à la fin de 2020.
 
Cette performance reflète le rôle du secteur dans la promotion de l'inclusion financière. Ainsi, on note une augmentation de 6,3% du portefeuille de crédits dans le monde arabe, atteignant un encours de 3,4 milliards de dollars à fin 2020. Le montant moyen dû par client sur la même période était de 1 308 dollars par client.
 
"Le secteur du micro-crédit constitue un acteur majeur de l'inclusion financière au Maroc, en fournissant des services aux catégories économiquement vulnérables, notamment celles ayant des difficultés à traiter avec les banques", souligne le rapport.
 
En termes de clients actifs, le Maroc occupe à nouveau la deuxième place avec 910 000 clients d’associations de microcrédit marocaines comptabilisés sur les 5,54 millions de clients recensés dans le monde arabe.

Il est à noter que le Maroc attache une grande importance au développement du secteur du microcrédit, compte tenu du rôle qu'il joue dans l'inclusion financière. Le cadre juridique régissant cette activité a été récemment réformé. L'entrée en vigueur de la loi n°50-20 a insufflé un nouveau souffle à ce secteur considéré comme un levier majeur dans la lutte contre la précarité. Cette loi se veut en effet un mécanisme ouvert à toutes les parties prenantes. Elle définit par décret le plafond du microcrédit et clarifie le régime de liquidation des associations de microfinance dont l'agrément n'a pas encore été retiré.
 
Ladite loi vise à adapter les dispositions de la présente loi aux dispositions de la loi bancaire et à assurer une représentation unique des établissements de microcrédit quelle que soit leur forme juridique. A noter que cette réforme intervient après la révision réglementaire du microcrédit en 2019. Cette révision a fixé un nouveau plafond pour l'activité de micro-crédit en le rehaussant à 150.000  dirhams, contre 50.000 dirhams précédemment.
 
Après la stagnation observée suite à la crise sanitaire, l'activité de microcrédit a commencé à se redresser au niveau national. Au premier trimestre de cette année, l'encours du microcrédit s'est élevé à 8,16 milliards de dirhams, en hausse de 9,77% par rapport à mars 2020, indique la Fédération marocaine des associations de microcrédit (FNAM).

  


Dans la même rubrique :
< >