Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Conso & Web zone

Le Covid-19, un risque augmenté chez les fumeurs ?


Rédigé par Meryem EL BARHRASSI le Dimanche 17 Janvier 2021

Fumer augmente le risque de développer une forme grave du Coronavirus. Cela affaiblit le système immunitaire et affaiblit les poumons. Une étude récente révèle que le tabagisme augmentait le risque de souffrir de nombreux symptômes du Covid-19.



Le Covid-19, un risque augmenté chez les fumeurs ?
Une nouvelle bonne raison d’arrêter de fumer. Selon les conclusions d’une étude britannique, le tabagisme est associé à un risque accru de symptômes du Covid-19. De plus, les fumeurs sont plus susceptibles de se rendre à l’hôpital que les non-fumeurs. Le résumé de cette étude a été publié dans le magazine Thorax par des chercheurs du King’s College de Londres (Royaume-Uni). Cette recherche s’est intéressée au lien entre la gravité du nouveau Coronavirus et le tabagisme.

Pour parvenir à cette conclusion, les scientifiques ont analysé les données de l’application ZOE COVID Symptom Study. Parmi les participants à l’application, 11% étaient des fumeurs, soit une proportion inférieure à la population britannique globale de 14,7%, mais qui reflète les données démographiques de l’échantillon auto-sélectionné de l’étude ZOE COVID Symptom Study. Cette étude a pris en compte les données entre le 24 mars et avril 2020. Ainsi, plus d’un tiers des utilisateurs ont déclaré ne pas se sentir bien physiquement pendant cette période. Les fumeurs actuels étaient 14% plus susceptibles de développer les symptômes les plus répandus du virus, à savoir : la fièvre, la toux persistante et l’essoufflement.

 Nous sommes tous égaux devant le virus. Tout le monde a la même probabilité d’entrer en contact avec le Covid-19, il n’y a pas une catégorie de population qui est épargnée par ce premier contact », indique Dr Ilham Adouane, médecin infectiologue. « Par contre, les fumeurs portent beaucoup plus souvent les mains à leur bouche, qui peut constituer une porte d’entrée pour le virus », ajoute-t-elle.

Encore plus de symptômes pour les fumeurs
Selon la même étude, les fumeurs risquaient également davantage de souffrir de signes importants du virus que les non-fumeurs. En effet, les fumeurs étaient 29% plus susceptibles de signaler plus de cinq symptômes associés au Covid-19 et 50% plus susceptibles d’en signaler plus de dix dont la perte d’odorat, l’absence de faim, la diarrhée, la fatigue, la confusion ou des douleurs musculaires. Encore plus préoccupant, les fumeurs testés positifs pour le SRAS-CoV-2 étaient plus de deux fois plus susceptibles que les non-fumeurs d’aller à l’hôpital. « C’est assez logique. Vous avez une maladie qui touche le poumon et vous avez des fumeurs dont les poumons ne sont pas forcément en très bon état. Il y a incontestablement un risque pour eux de développer une forme grave de la maladie », constate Dr Adouane.

Parmi les facteurs qui fragilisent les fumeurs, l’infectiologue cite notamment l’insuffisance respiratoire : « Les poumons des fumeurs peuvent, sur le long terme, être vraiment abîmés. Ils sont beaucoup moins élastiques et moins souples, rendant la respiration plus compliquée. La fumée de cigarette a aussi tendance à détruire les petits cils qui font office de tapis roulant pour permettre à nos poumons d’évacuer les sécrétions. Quand ces cils sont altérés, ils remplissent moins bien leur rôle. Or, le Coronavirus amène le poumon à sécréter de manière importante. Le poumon va donc moins bien se défendre », détaille la spécialiste.

Une propension supérieure à transmettre le virus 
Par ailleurs, alerte Dr Adouane, fumer expose au Coronavirus d’une autre manière : en portant leurs doigts à leur bouche très fréquemment, les fumeurs prennent plus souvent que les autres le risque de se contaminer. Enfin, les fumeurs de cigarettes qui toussent plus que les autres prennent logiquement davantage le risque de contaminer leur entourage ou les personnes qu’ils croisent.

Au regard de ces conclusions, les chercheurs plaident pour la mise en place d’une stratégie de sevrage tabagique comme un élément probant pour lutter contre le virus. «Certains rapports ont suggéré un effet protecteur du tabagisme sur le risque de Covid-19. Cependant, les études dans ce domaine peuvent facilement être affectées par des biais dans l’échantillonnage. Nos résultats montrent clairement que les fumeurs courent un risque accru de souffrir d’un plus large éventail de symptômes du Covid-19 que les non-fumeurs», alerte le Dr Mario Falchi, chercheur principal et maître de conférences au King’s College de Londres.

Pas de données pour les vapoteurs
Les utilisateurs de cigarette électronique présentent-ils eux aussi un risque accru face au Coronavirus ? Si les données manquent encore sur le sujet, il semblerait en tout cas que les vapoteurs soient, comme les fumeurs d’ailleurs, davantage vecteurs de transmission, la vapeur recrachée véhiculant le virus. Devant ces conclusions, l›heure est, semble-til, plus que jamais à l›arrêt du tabac. « Quand on arrête la cigarette, en l’espace de quelques jours, on se refait une petite santé pulmonaire, même si on ne fait pas baisser tous les risques. Dès les premiers jours et premières semaines, on constate des bénéfices cardio-vasculaires sur la fonction du cœur et des vaisseaux. Sans oublier que, quand on arrête de fumer, une fois les premiers jours passés, le stress, l’anxiété et la dépression diminuent », indique Dr Adouane.  
Meryem EL BARHRASSI

  


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 4 Août 2021 - 17:04 Emmanuel Macron : Après président, influenceur