L'Opinion Maroc - Actuali
Consulter
GRATUITEMENT
notre journal
facebook
twitter
youtube
linkedin
instagram
search





Actu Maroc

Le Conseil supérieur de l'Education recommande l'arabe et l'amazigh dans les « missions »


Rédigé par Kawtar Chaat le Jeudi 30 Décembre 2021

Dans le cadre de sa lecture du projet de loi n° 21.59 relatif à l'organisation de l'enseignement scolaire, le Conseil supérieur de l'Education, de la Formation et de la Recherche scientifique (CSEFRS), sollicité par le gouvernement pour audit et enrichissement, a dénoncé certaines dispositions relatives aux langues enseignées dans les missions étrangères.



Le Conseil supérieur de l'Education recommande l'arabe et l'amazigh dans les « missions »
Selon l'avis consultatif du CSEFRS, les dispositions du projet de loi susmentionné ne définissent pas les mesures et les politiques publiques à adopter dans le but de restructurer et organiser l'enseignement primaire, et la mise en œuvre des politiques de discrimination positive, une action qui vise à instituer des inégalités pour promouvoir l’égalité en accordant à certains apprenants un traitement préférentiel.
 
La pandémie de COVID-19 et l'adoption du mode d'enseignement à distance ont entraîné une détérioration significative des inégalités en matière d'éducation dans l'enseignement, provoquant la pire crise de l'éducation et des apprentissages. Conscient de cette situation, le Conseil a appelé la tutelle à prendre en considération la dimension numérique dans l'enseignement, et à mettre en place un cadre juridique qui définit les fondements de la  transformation numérique dans le domaine éducatif.
 
La même source a souligné parmi ses recommandations, qu'au vu des dispositions de la Constitution, et conformément aux pactes internationaux relatifs aux droits de l'Homme et aux droits de l'enfant ratifiés par le Maroc, et sur la base des exigences de la loi-cadre 51.17, il est nécessaire de « mettre en évidence l'engagement des missions étrangères au Maroc, établi dans le cadre d'accords bilatéraux de coopération internationale, en matière d'enseignement des deux langues officielles du Royaume, l'arabe et l'amazigh, à tous les élèves marocains qui y poursuivent leurs études ».
 
Le Conseil a également mis en avant l'impératif d'introduire dans ces établissements des matières qui initient les élèves marocains à leur Histoire, leur culture et leur identité nationale, conformément aux dispositions de ladite loi.
 
A cet égard, le Conseil a recommandé que le projet de loi comprenne des dispositions législatives qui définissent une politique publique d'éducation inclusive et les catégories de ses bénéficiaires, dont les enfants handicapés ou en situation particulière, notant qu'il est impératif d'accorder une attention particulière à ces catégories et leur garantir le droit à la scolarisation, la formation et une réadaptation appropriée conduisant à leur insertion dans la société.








🔴 Top News










 
Other