Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Le CICR se joint à la DGAPR pour lutter contre le Coronavirus


Rédigé par S.J le Mardi 21 Avril 2020

Suite à la propagation du Covid-19 dans certains établissements pénitentiaires, le CICR fait un don d’équipement à la DGAPR pour limiter les risques de contamination.



Opération de désinfection au sein de la prison de Taourirt (Ph. MAP)
Opération de désinfection au sein de la prison de Taourirt (Ph. MAP)
Alors qu'un premier « cluster » a été localisé dans la prison locale de Ouarzazate, et que plusieurs établissements pénitentiaires enregistrent de nouvelles contaminations au Covid-19, le Comité international de la Croix-Rouge (CICR), a décidé d’assister la Délégation Générale à l'Administration Pénitentiaire et à la Réinsertion (DGAPR) pour endiguer la propagation du virus.

« La DGAPR est consciente de la nécessité de l'application correcte et efficace de ces dispositions et déploie tous ses efforts pour épargner les pensionnaires et les agents » souligne M. Tamek, Délégué General de la DGAPR. Ainsi, afin de contribuer aux efforts de prévention mis en place dans les établissements pénitentiaires sous la responsabilité de la DGAPR, le CICR, à travers sa délégation de Rabat, fait un don de matériel d’hygiène et d’équipements de protection au profit du personnel et des pensionnaires des établissements pénitentiaires, indique un communiqué commun des deux institutions.

« Dans la crise sanitaire mondiale actuelle due à la propagation du COVID-19, le Comité international de la Croix-Rouge en tant qu’institution humanitaire, est particulièrement préoccupée par la santé des personnes privées de liberté dans le monde entier. Ainsi, Le CICR souhaite contribuer aux efforts de prévention mis en place dans les établissements pénitentiaires et notamment l’application renforcée des règles d’hygiène et de protection de base » affirme la cheffe de la délégation du CICR à Rabat, Mme Rania Machlab.

Ceci dit, la DGAPR avait annoncé dans un précédent communiqué que le personnel contaminé et les détenus seront soumis au protocole hospitalier mis en place par les autorités sanitaires et mettront le personnel non infecté en quarantaine, pour endiguer les risques de propagation.

  


Dans la même rubrique :
< >