Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Sport

Lahcen Chicha, le « diable du football »

Portrait posthume


Rédigé par Rachid MADANI le Jeudi 9 Avril 2020

Dans la série des portraits de nos sportifs



Lahcen Chicha, le « diable du football »
On l’appelait en Espagne « El Diablo de futbol ». Lahcen Chicha était toujours astucieux, malin, intelligent dans toutes ses actions de joueur professionnel. Il dribblait avec une maitrise incroyable et effectuait des passes magistrales qui faisait crier de joie et d’admiration le public « olé ! olé ! ». Les spectateurs faisaient de longues files pour le voir jouer. Il marquait les buts avec facilité dans toutes les positions.

De Taroudant à l’Europe

Né dans la petite localité du Sud, Taroudant, il jouait sous le protectorat dans la grande équipe l’USM de Casablanca qui évoluait au championnat français. Il avait pour coéquipiers la perle noire Larbi Ben Barek et le goal Marcel Domingo. Son entraineur de l’époque fut un autre « magicien » du football Helenio Herrera.

Après la crise économique qui avait secoué l’USM, le club casablancais était obligé de transférer ses meilleures vedettes. Helenio Herrera, Larbi Ben Barek et Marcel Domingo émigraient en France pour jouer. Lahcen Chicha, qui n’aimait pas l’émigration, préféra l’offre de l’intermédiaire le célèbre Babah du Wydad pour venir à Tanger signer au Moghreb Al Aksa présidé par Cherif Halhoul. Du passage du championnat français au championnat espagnol, les dirigeants tangérois redoutaient un problème d’adaptation. Mais le nouveau joueur fit la sensation de la Liga de troisième division professionnelle et fut le meilleur footballeur de la saison.

Convoité par plusieurs équipes d’Espagne, Lahcen Chicha quitta Tanger en direction de Tétouan pour signer avec l’Atlético.

Une anecdote sur sa vie racontée par ses camarades du club : à la sortie du stade Metropolino de Madrid après le match Atlético-Atletico de Tétouan, Lahcen Chicha rencontra un mendiant qui grelottait de froid. Il le couvrit par sa propre veste qui contenait de l’argent et surtout un passeport.

Cette aventure l’obligea à rester à la capitale d’Espagne pour attendre le laisser-passer provisoire pour retourner à Tétouan.

Après l’indépendance, le football amateur prit la place du professionnalisme avec la création du premier championnat marocain, l’Atletico de Tétouan fit la fusion avec l’Atletico de Ceuta avec le départ de tous les joueurs espagnols. Lahcen Chicha décida le retour à son lieu d’origine pour signer et triompher avec le Hassania d’Agadir. A la fin de sa carrière, il a connu une période difficile de pauvreté, il fut engagé comme chaouch à la Municipalité de la ville poste qu’il avait occupé jusqu’à sa mort.

Rachid MADANI