Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

La situation inquiétante des migrants à l’ère du coronavirus

Pandémie


Rédigé par Hajar LEBABI le Mercredi 22 Avril 2020

Le coronavirus a imposé des mesures de confinement strictes. Du coup, l’avenir de milliers de migrants et de demandeurs d’asile est plus qu’incertain.



La situation inquiétante des migrants à l’ère du coronavirus
Il est juste que les préoccupations collectives soient, d’abord et avant tout, pour les personnes qui courent le risque de mourir du COVID-19. Cependant, il est important de rappeler que cette pandémie est également en passe d’exacerber les vulnérabilités de certains des 272 millions de migrants dans le monde. Les personnes déplacées à l’intérieur des pays et au-delà des frontières sont particulièrement menacées. Cette situation a attiré l’attention du Forum Social Maghreb (FSM), qui a adressé une série de recommandations aux Etats du Maghreb pour protéger les migrants en cette période de pandémie.

Que ce soit en Europe ou au Maghreb, les camps de séjour et les camps de rétention sont surpeuplés. Les sans-papiers sont obligés de vivre en collectivités, soit dans les forêts, soit dans des espaces informels, sans mesures d’hygiène. Ceci constitue un danger pour la vie des personnes qui s’y trouvent, et aussi un risque pour l‘ensemble de la population parce qu’ils ne peuvent pas respecter le confinement et les mesures sanitaires.

Pour plus d’implication des Etats

Face à cette situation tragique et qui risque d’être incontrôlable, si des mesures fortes et courageuses ne sont pas prises, le Forum Social Maghreb appelle les Etats à prendre les mesures nécessaires. Dans ce sens, les pays doivent mettre en place les différents mécanismes de protection de personnes en danger prévues dans le cadre du droit international humanitaire. Sur le plan communicationnel, les Etats doivent communiquer de manière transparente sur la situation des migrants dans chaque pays et particulièrement sur leur situation sanitaire en cette période de pandémie.

Le FSM met également l’accent sur l’importance de fermer d’urgence les différents centres de rétention (formels ou informels) des migrants sans papiers au Nord comme au Sud de la méditerranée. Les pays du Maghreb doivent lancer, conjointement et de manière concertée, une initiative maghrébine, déclinée au niveau national afin d’instaurer un climat de confiance. En cette période, il est important de rassurer ces populations migrantes, réfugiés et demandeurs d’asile, et de formaliser leur prise en charge, afin que leur droit à la santé, au même titre que les nationaux, soit garanti. Il est également important de prendre des mesures courageuses et la responsabilité historique pour une opération exceptionnelle de régularisation de migrants présents sur le territoire maghrébin.

Il est du devoir et une obligation pour les Etats de garantir et respecter le droit des migrants, des demandeurs d’asile, des réfugiés, à la santé et à la protection sociale.

Hajar LEBABI

3 questions à Karim Lahbib

Karim Lahbib
Karim Lahbib
« Tout Etat a la responsabilité de protéger les migrants sur son territoire »

Membre du Comité de Suivi du Forum Social Maghrébin, Kamal Lahbib, nous livre ses réflexions sur la situation des migrants en cette période.

- Comment jugez-vous la situation des migrants, sur le plan national et international, en cette période de pandémie?

- Catastrophique ! Comme il a été relevé par l’Organisation Internationale pour les Migrants (OIM) et le HCR, les trois quarts des réfugiés et de nombreux migrants à travers le monde se trouvent dans des régions en développement où les systèmes de santé sont souvent insuffisants et déjà surchargés. On estime à environ 272 millions le nombre de migrants internationaux dans le monde.

Ces populations vivent dans le déni total des droits, dans des conditions de promiscuité, dans des centres qui n’offrent aucune mesure de protection. A titre d’exemple, et comme le confirme l’UNICEF, les centres de détention dirigés par les milices en Libye, ne sont rien d’autres que des bagnes, des prisons, où sévit le vol à main armée. Pour des milliers de migrantes et d’enfants, la prison est synonyme de l’enfer : viols, violence, exploitation sexuelle, faim et abus répétés y sont monnaie courante.

- Quels sont les défis qui se présentent face à ces migrants ?

- Survivre, face à la pandémie, reste le plus grand défi. Les migrants, même avec les mesures de confinement, de fermeture des frontières, vont défier la mort pour circuler et aller à la recherche d’un hypothétique El Dorado.

- Quelle est la responsabilité des Etats ? que doivent-ils faire ?

- Tout Etat a la responsabilité de protéger les migrants qui se trouvent sur son territoire. Certains Etats ont pris des mesures de régularisation en cette période de pandémie. C’est ce que nous demandons aux divers pays du Maghreb. Les Etats devraient cesser toute arrestation, déplacement ou refoulement des migrants en situation administrative irrégulière. Ils ont l’obligation de généraliser les mesures prises pour leurs citoyens qui ne bénéficient d’aucune couverture sociale, de leur procurer un logement décent et permettre aux associations d’apporter leur soutien humanitaire aux migrants.

Recueillis par H. L.