Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

La rentrée scolaire ou le lourd fardeau des parents


Rédigé par Anass Machloukh le Mardi 25 Août 2020

Les parents des élèves des établissements privés devront endurer le fardeau d’une rentrée très coûteuse ainsi que la crainte d’un nouveau conflit avec les patrons des écoles sur les frais de scolarité.



La rentrée scolaire ou le lourd fardeau des parents
Après une année scolaire particulièrement  troublée par la crise sanitaire et marquée par la querelle des écoles privées avec les parents d’élèves et l’échec de l’enseignement à distance, la pro­chaine rentrée s’annonce d’autant plus ambiguë que le ministère de tutelle a fait le choix de combiner entre l’enseignement présentiel et l’enseignement à distance.

Chaque année, la rentrée scolaire est pour un nombre de parents d’élèves des écoles privées un exer­cice onéreux d’autant que les éco­les exigent le payement des frais d’inscription comme condition de réinscription avant même le démarrage des cours, il s’agit des frais d’assurance et d’inscription. S’ajoute à cela la facture des four­nitures scolaires qui peut atteindre en moyenne 3000 dirhams pour un élève du privé, ce qui pousse certains parents à s’endetter pour acquérir les livres et les fournitu­res pour leurs enfants. En outre, le recours à l’enseignement à distance ne manquera pas de déclencher à nouveau une vieille querelle entre les parents et les patrons des éta­blissements privés.

Une année mouvementée

L’année scolaire écoulée fut l’année de l’anarchie par excellence du sec­teur de l’enseignement privé. Face au vide juridique, les parents des élèves se sont trouvés seuls face aux patrons des établissements privés dont la majorité refusait toute réduction des frais de sco­larité pendant les mois du confi­nement.

En outre, quelques-uns sont allés jusqu’à menacer de pri­ver les élèves des cours à distance, d’autres ont voulu astreindre les parents à s’acquitter de leurs paie­ments en omettant de délivrer les documents administratifs des élèves tels que les attestations, les convocations aux examens régio­naux etc…

Durant le confinement, les né­gociations entre les parents et les propriétaires des établissements privés ont aussitôt tourné à un dialogue de sourds. Quelques membres d’un comité de parents d’élèves d’une école privée à Rabat nous ont précisé que la direction était très rigide depuis le début des négociationss, ne faisant au­cun compromis et s’est bornée à la position du cas par cas, c’est-à-dire qu’ils ont traité des cas particu­liers des personnes touchées par la pandémie en demandant des justi­fications irréalistes ne serait-ce que pour leur accorder des réductions. Il en était de même dans plusieurs écoles dans plusieurs villes du Royaume.

En ce qui concerne les cours à distance, alors que le mi­nistère s’est réjoui de leur succès, ils n’ont pas profité à l’ensemble des élèves surtout en milieu rural. Pour le reste, ils ont suscité plu­sieurs interrogations quant à leur qualité. À ce sujet, le comité de cette école de Rabat nous confie que les cours n’ont pas réussi à at­teindre leurs objectifs parce que les moyens nécessaires n’ont pas étés fournis, l’utilisation de WhatsApp et le Zoom ne sont pas suffisants ni en quantité et ni en qualité.

Au milieu de ce désordre, les asso­ciations des parents d’élèves sont entrées en ligne pour demander l’intervention du ministère de tu­telle pour résoudre ce conflit. Or, le ministre de l’Education Saaïd Amzazi a fait preuve de résigna­tion en se contentant d’évoquer que son ministère n’a qu’une tu­telle pédagogique sur les écoles privées faisant allusion à la loi 06.00 qui ne permet pas au minis­tère de l’Education nationale d’in­tervenir dans les différends d’ordre financier.

Une rentrée coûteuse  pour les parents

Au-delà de l’incompréhension qu’a suscitée la récente décision du ministère, le coût de la rentrée représente un fardeau pour les parents d’autant plus que la rentrée coïncide avec la fin des vacances d’été. En effet, ces derniers payent les frais d’inscription à l’avance pour pouvoir réserver une place à leurs enfants pour l’année suivante. En général, les frais d'inscription varient entre 1500 et 4000 dirhams selon les écoles et les niveaux scolaires. « Les frais d’inscription pour la rentrée prochaine ne sont ni justifiables ni explicables, s’indigne Abdelouahhab JAMAI, parent d’élève d’un établissement privé. En somme, la rentrée scolaire peut coûter pour un parent jusqu'à 6000 dirhams, frais d’inscription et fournitures compris.

En définitive, la rentrée scolaire n’a jamais été aussi incertaine et imprévisible , à part l’incertitude sur la reprise des cours en présentiel, l’opinion publique a tendance à oublier que ça coûte énormément pour les parents des élèves des écoles privées. Ces derniers dont la majorité fait partie de la classe moyenne se trouvent dès le début de l’année au milieu d’une multitude de dépenses.

 

  


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 25 Septembre 2020 - 21:09 PLF 2021 : les cinq piliers recommandés par la CGEM

Vendredi 25 Septembre 2020 - 19:02 Les R’batis s’indignent des grèves des "mo9ata3a"