Menu
L'Opinion L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn


Edito & Chronique

La recherche-développement dopée par la Covid


Rédigé par Saâd JAFRI le Jeudi 1 Octobre 2020


La recherche-développement dopée par la Covid
Parent pauvre de l’enseignement supérieur, alors qu’elle est censée en être l’essence même, la recherche développement doit une fière chandelle à la pandémie du Coronavirus pour l’avoir mise au cœur du débat national, faisant ainsi ressortir son importance stratégique en matière de sécurité sanitaire, mais aussi en matière d’autonomie industrielle, de compétitivité économique et commerciale ou encore en matière d’enseignement.

Suite à cette prise de conscience et au vu de la situation d’urgence que nous traversons, un appel à projets vient d’être lancé, pour une enveloppe de 170 millions de DH assumés par l’Etat et des partenaires privés comme l’OCP et l’UM6P, en plus des 40 millions de dirhams au titre d’un accord de partenariat avec l’Allemagne.

Ce qui nous fait un total de 210 millions de dirhams, soit 20 fois plus que les 10 millions de dirhams annoncés en début de pandémie par Saaïd Amzazi au profit d’une myriade de projets allant du scientifique à l’économique, en passant par le sociologique et le médical.

L’ambition affichée est de créer une nouvelle dynamique pour donner un coup de fouet à la recherche nationale. Si l’initiative paraît prometteuse, elle n’en demeure pas moins en deçà des attentes et des besoins réels. Le fait est que le Maroc a longtemps tergiversé en la matière, accusant un énorme retard qui le situe en queue de peloton des nations qui investissent le plus en la matière. L’Etat n’en est pas l’unique responsable puisque le privé, lui aussi, semble retenir son élan en contribuant chichement à la R&D. Les budgets alloués à celle-ci étant à 70% publics. Or, ces 70% constituent moins de 1% du PIB (0,8 % en 2017).

Déplorable, cet état des lieux de la R&D dans notre pays requiert la mise en place d’un plan de refonte du modèle de développement où la pierre angulaire serait le partenariat public-privé, conjugué avec la coopération internationale. Une réelle politique de développement de la recherche constitue en outre un solide rempart contre la fuite des cerveaux à l’étranger. Autrement dit, la R&D est tout bénef ! 
 
Saâd JAFRI
 

  



Dans la même rubrique :
< >