Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Sport

La peur des sportifs à Afghanistan


Rédigé par Rachid MADANI le Lundi 30 Août 2021



"La peur est sur le visage de tout le monde". Ce sont les mots d'un jeune journaliste sportif afghan qui s'est adressé à l'AIPS depuis sa ville natale, où il vit avec sa famille au milieu du chaos, du désespoir et de l'incertitude accrus qui ont submergé son pays à la suite de la prise de contrôle des Talibans. Il s'appelle Abdul.
                                            Balayage des Talibans
Une à une, les grandes villes sont tombées aux mains des Talibans à une vitesse fulgurante et des dizaines de milliers de personnes ont fui leurs maisons.
La capitale Kaboul a également succombé aux insurgés islamistes après que le président Ashraf Ghani a fui le pays, laissant les habitants perplexes face à un avenir incertain. Les Talibans ont repris le contrôle de l'Afghanistan.
 Le groupe a déclaré « la guerre est finie », mais le peuple n'a aucune confiance aux paroles. De nombreux Afghans ont inondé l'aéroport de Kaboul pour tenter de fuir le pays et tandis que certains ont réussi à monter à bord de l'avion militaire américain, certains se sont désespérément accrochés à l'avion en mouvement avec des séquences vidéo effrayantes montrant des Afghans tombant à mort après le décollage.
 
                                           La peur !
 « Les Talibans ont dit qu'ils ne feront de mal à personne, mais les gens ont toujours peur. Un groupe de femmes à Kaboul a également manifesté pour leurs droits », a déclaré Abdul. "Les gens ont plus peur" de rester en Afghanistan. "Des milliers de personnes sont toujours rassemblées autour de l'aéroport de Kaboul, essayant de quitter le pays", a-t-il déclaré. Depuis que les Talibans ont pris le pouvoir pour la dernière fois, de nombreuses filles et femmes ont pu aller à l'école et trouver un emploi, mais leur droit à l'éducation et à d'autres opportunités est désormais gravement menacé.
                                           Zakia Khudada
L'athlète afghane de taekwondo Zakia Khudadadi, qui devait devenir la première femme de son pays à participer à des Jeux Paralympiques cette année et qui devait arriver à Tokyo, est toujours bloquée à Kaboul après la prise de contrôle des Talibans. Elle se cache dans la peur et a également peur pour la sécurité de sa famille dans sa ville natale, Herat. Mais elle n'abandonne pas un rêve pour lequel elle a travaillé de nombreuses années et a appelé la communauté internationale à l'aide.  Dans une vidéo obtenue par Reuters, Khudadi, qui est née avec un handicap et a franchi des obstacles redoutables pour se démarquer en tant qu'athlète malgré le manque de financement et de soutien, a déclaré : « S'il vous plaît, je vous exhorte tous, des femmes du monde entier, des institutions pour la protection des femmes, de toutes les organisations gouvernementales, pour ne pas laisser les droits d'une citoyenne afghane dans le mouvement paralympique être enlevés, si facilement... J'ai beaucoup souffert . Je ne veux pas que mon combat soit vain et sans résultat".                                                                                            Abdul a déclaré : « À mon avis, les médias internationaux ont caché le fait que la communauté internationale n'a en aucune façon aidé les Afghans. Depuis le 15 août, tous les pays ont commencé à s'efforcer de fermer leurs ambassades en Afghanistan. La situation générale en Afghanistan est pas bonne.                                                                                        
                                        Evènements sportifs
 
Concernant le sport, il a déclaré que "l'équipe nationale afghane de cricket s'entraîne actuellement à Kaboul mais il reste à voir, cependant, si chaque sport continuera". Il a ajouté: "Aucun événement sportif n'a eu lieu depuis le 15 août, mais un match de cricket est prévu aujourd'hui,  pour marquer l'anniversaire de l'indépendance de l'Afghanistan. Je vérifierai là-bas pour voir si le journalisme sportif est pleinement autorisé". Abdul a déclaré que le nom de la télévision publique afghane a été changé en Shariat Ghag Radio et, jusqu'à présent, les femmes journalistes ont été autorisées à travailler. Cependant, deux journalistes de médias privés ont été battus par les Talibans alors qu'ils couvraient une manifestation à Nangarhar ».  Les Talibans sont partout, a-t-il expliqué, et lorsqu'on lui a demandé s'il avait peur pour son avenir, il a répondu : « Nous, nous luttons pour un avenir meilleur pour notre pays ».  Le chef de mission afghan basé à Londres aux Jeux Paralympiques de Tokyo, Arian Sadiqi, est extrêmement attristé par la situation dans son pays. Khudadi et son coéquipier Hossain Rasouli n'ont pas pu quitter Kaboul pour Tokyo avant que les Talibans ne prennent le contrôle du pays. Sadiqi, qui a fui l'Afghanistan la dernière fois que les Talibans étaient aux commandes, a déclaré à ABC News : « Les sportifs étaient vraiment excités avant la situation. Ils s'entraînaient partout où ils le pouvaient, dans les parcs et les arrière-jardins. Khudadi aurait été la première joueuse de taekwondo afghane à y participer. C'était l'histoire en marche. Elle était très passionnée par la compétition. Elle aurait été un excellent modèle pour le reste des femmes du pays.

NB : Enfin, Zakia Khudadadi et Hossain Rasouli, arrivés au Japon samedi soir, sont prêts à participer aux Jeux paralympiques, après avoir quitté leur pays aux mains des Talibans depuis le 15 août
                                                                                                      
 
 

  


Dans la même rubrique :
< >