Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

La pandémie cause une baisse sensible de la mobilité des Marocains


Rédigé par Anass Machloukh le Jeudi 22 Octobre 2020

Dans son rapport sur la mobilité de la communauté en relation avec la pandémie, Google fait état d’une baisse de la mobilité des Marocains dans les lieux publics durant les dernières semaines.



Google annonce une baisse des mouvements de population au sein des lieux communs entre le 6 septembre et le 18 octobre. Les Marocains ont baissé de 22% leur mobilité dans les commerces et loisirs par rapport au mois d'août. Par contre, les lieux d’alimentation (marchés et restaurants) et les pharmacies ont été plus fréquentés par les Marocains, indique le rapport de Google faisant état d’une hausse de 14%.

En ces temps de pandémie et de contagiosité élevée, la circonspection des Marocains est palpable du moment qu’ils fréquentent de moins en moins les parcs et les lieux de travail. Leur mobilité s’est manifestement réduite avec des taux respectifs de -20 % et -7%.

Par ailleurs, le rapport de Google ressort une baisse significative de l’usage des transports publics, sachant que la mobilité des Marocains dans les lieux de transports communs (gares de train, arrêts de bus et gares routières) a chuté de 23%. Ceci est dû à la fermeture de plusieurs grandes villes telles que Marrakech et Casablanca qui ne sont accessibles qu’avec une autorisation exceptionnelle de déplacement.

Si les Marocains ont baissé leur mobilité dans les espaces publics, ils l’ont, par contre, augmentée pourtant dans les environs de leurs lieux d’habitation. Google précise que les mouvements de déplacement des Marocains ont augmenté de 11% au sein de leurs lieux de résidence.

Rappelons que la situation épidémiologique ne cesse de s’aggraver ces derniers jours, le Maroc accumule jusqu’à présent 182.580 cas de contamination au Covid-19. Ceci a contraint les autorités à durcir les mesures sanitaires dans plusieurs villes, dont récemment Tétouan et Casablanca où le couvre-feu est prolongé jusqu’au 2 novembre.