Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

La DGAPR met fin à la quarantaine» pour une partie de ses fonctionnaires


Rédigé par S.J le Samedi 23 Mai 2020

A partir du 27 mai, les fonctionnaires des établissements pénitentiaires, relevant de 41 établissements reviendront à leurs mode de travail normal, sans quarantaine. Les autres suivront à partir du 10 juillet.



Dans le cadre de son plan de lutte contre la propagation du coronavirus et pour préparer le retour au fonctionnement normal au sein des établissements pénitentiaires, la Délégation générale à l’administration pénitentiaire et à la réinsertion (DGAPR) a annoncé, samedi, dans un communiqué, qu’elle compte arrêter le «système de travail par quarantaine», pour les fonctionnaires relevant de 41 établissements, et ce à partir du 27 mai 2020, suivis de 35 autres établissements à partir du 10 juillet. Cette décision prend en compte de la situation épidémiologique du Royaume, affirme la DGAPR, ajoutant que les établissements qui enregistrent toujours des cas positifs, ne sont pas concernés par cette décision.
 
La délégation générale a précisé également qu’il est susceptible d’appliquer de nouveau le système de quarantaine pour les fonctionnaires ou de le prolonger aussi longtemps que nécessaire. Ceci en fonction de l'évolution de la situation épidémiologique dans les différentes provinces et régions du Royaume.

Néanmoins, les fonctionnaires et les détenus doivent continuer à respecter toutes les mesures préventives dictées par les autorités compétentes, indique la même source.
 
Rappelons que dans le cadre du renforcement de la lutte contre la propagation du coronavirus dans les établissements pénitentiaires, un plan d’action a été élaboré par la DGAPR qui se poursuivra jusqu’à fin août prochain. Ce dernier est basé sur un ensemble de principes, dont le plus important est l’harmonisation des actions prévues avec les mesures gouvernementales, notamment en matière d’objectivité dans l’évaluation de la situation épidémiologique dans les villes et régions où sont basés les établissements pénitentiaires.

Ce plan d’action repose également sur l’adéquation avec la situation générale des prisons, en particulier sur le plan sécuritaire et sanitaire, et l’adoption de procédures propres aux établissements pénitentiaires qui recensent des cas d’infection au virus corona. Il prévoit donc un système de rotation des fonctionnaires en fonction de la nature des missions, avec la nécessité d’assurer le fonctionnement normal du travail dans les différentes installations des établissements pénitentiaires.