L'Opinion Maroc - Actuali
Consulter
GRATUITEMENT
notre journal
facebook
twitter
youtube
linkedin
instagram
search


Agora

L’humeur : Les dommages des hommages


Rédigé par Anis HAJJAM le Dimanche 19 Novembre 2023



L’humeur : Les dommages des hommages
Et maintenant évoquons ces torrents d’hommages qui s’abattent sur les multiples festivals de cinéma que compte, à bords perdus, le Maroc. A tort comme à travers, nombre d’entre eux sont abusivement réfléchis, flattant les récipiendaires jusqu’à leur faire croire qu’ils marchent sur le toit d’une profession qui éternue même quand elle ne s’enrhume pas. Les cas diffèrent certes, mais un goût de souffre se dégage d’une telle approche lorsque l’évènement jouit d’une portée internationale.

Au Royaume aux mille royaumes, les exemples sont légion. Lorsque les hommages ne sont pas posthumes, ils interviennent tôt dans les carrières et les parcours, à de justes et minimes exceptions. Le récent cas est édifiant. Lors de la dernière édition du Festival national du film de Tanger (FNFT), des réalisations de bonne facture jonchent la sélection officielle du long métrage de fiction. Professionnels et cinéphiles salivent en attendant le verdict d’un jury légitime et souverain. Le palmarès est sans appel. Six trophées dont le Grand prix vont à « Mon père n’est pas mort » du talentueux -parmi d’autres concurrents revendiquant un passé plus ou moins glorieux- Adil El Fadili qui signe sa première œuvre dans cette catégorie. Joie et effroi traversent variablement les efforts des uns et des autres. Et c’est ainsi de par le monde.

Dans le lot de la sélection tangéroise se positionne Faouzi Bensaïdi, méticuleux réalisateur et auteur pour l’occasion de « Jours d’été » reparti bredouille. Et c’est le trouble qui s’installe : dans la foulée de la non reconnaissance du FNFT, le Festival international du film de Marrakech diffuse un communiqué honorant Bensaïdi pour sa 20e édition à travers un hommage solennel. Timing malvenu de l’annonce ? Peut-être. Seulement, cet hommage de quelques minutes déploie des allures d’enterrement. Pourtant, l’avenir de Faouzi est loin d’être derrière lui. Un refus de sa part aurait suffi pour qu’il poursuive paisiblement sa belle aventure.    



Dans la même rubrique :
< >