Menu
L'Opinion L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Tribune libre

L'accord maroco-israélien ... une calme lecture


Rédigé par Salem Al Ketbi le Jeudi 17 Décembre 2020


Dr.Salem Al Ketbi
Dr.Salem Al Ketbi
L'annonce officielle récente de la normalisation des relations entre le Royaume du Maroc et Israël s'est heurtée à un état de controverse dans les milieux médiatiques arabes et islamiques, ainsi qu'à travers les médias sociaux, une situation qui n'est absolument absente d'aucune décision ou acte politique qui a eu lieu dans la région du Moyen-Orient spécifiquement ces dernières années. La polarisation des opinions constitue le phénomène le plus marquant dont les médias sociaux arabes sont témoins, indépendamment de toute considération objective ou de tout calcul rationnel concernant tel ou tel sujet.
 
La polarisation, la polémique, les débats et les batailles verbales submergent donc de nombreuses scènes de politique, d'économie, voire des médias et du football dans notre région arabe, et c'est une réalité que personne ne peut nier, et sur cette base, le débat sur tout sujet, question ou décision concernant un pays ou l’autre constitue une scène récurrente. C’est ce qui s'est passé concernant la décision souveraine prise par les Émirats arabes unis avant d'établir des relations officielles avec Israël, et cela a également été répété – quoiqu’à un degré relativement plus léger - dans les cas bahreïni et soudanais, et enfin concernant le cas de la décision du Royaume du Maroc de faire un pas similaire à ce que d'autres pays arabes ont décidé.

Il y a un autre point qu'il faut souligner avec analyse et opinion avant d'aborder la décision marocaine d'établir des relations avec Israël, à savoir que de telles décisions à caractère stratégique très important sont des décisions souveraines des États, et cela a deux significations importantes, dont la première est qu'il s'agit de décisions liées à l'exercice des actes de souveraineté nationale des États, c'est-à-dire qu'elles représentent une affaire purement interne qu'aucune partie extérieure, qu'il s'agisse d'un État, d'un individu, d'un organisme ou d'une entité, ne peut interférer avec elles et tenter de les influencer de quelque manière que ce soit, et de telles décisions sont l'une des manifestations de l'indépendance de la décision nationale sur des questions et des sujets liés directement ou indirectement aux intérêts stratégiques des États et des peuples. . La seconde signification n'est pas distincte de la première, mais lui est plutôt étroitement liée, car elle se présente comme une description de sa nature et de ses déterminants, et par là nous entendons que les décisions souveraines sont prises selon des critères très précis et sensibles et après une étude approfondie des comptes de profits et pertes, que ce soit au niveau national ou au niveau des liens et alliances étatiques et des relations historiques organiques qui lient ces Etats à d'autres groupes d'États et de peuples, comme c'est le cas avec le groupe arabe, qui est lié par des liens historiques, nationaux, religieux et linguistiques et des points communs profonds qu'il est difficile d'abandonner par n'importe quel État, quel que soit le retour stratégique attendu.

Par conséquent, il n'est pas facile pour un observateur ou une personne intéressée de tirer des conclusions rapides lors de l'évaluation de telles décisions, ou de dire qu'elles sont venues en réponse à la pression d'une partie internationale ou régionale, ou à la recherche d'un retour politique ou économique, ou qu'elles négligent un certain élément, ou aspect ou dimension en matière de  politique étrangère de cet État, ses cercles de travail, ses intérêts, ses priorités, etc., ce sont - de par leur nature - des décisions très difficiles car complexes et comprennent un chevauchement de nombreuses variables et influences dans les relations régionales et internationales, et elles ont des conséquences et des répercussions, positives et négatives, ce qui entraîne que le fait de qualifier ces décisions de précipitées ou non est une affaire hâtive en soi, car certains semblent - dans ce cas - comme les personnes dépeintes par le proverbe arabe, ces personnes qui qualifient de « nageurs » ceux qui se tiennent simplement sur la plage se contentant d'exprimer ce qu'ils considèrent comme des conseils !

Et quand nous arrivons à l'accord du Royaume frère du Maroc concernant la normalisation des relations avec Israël, nous devons l'examiner - analytiquement et objectivement - à la lumière de plusieurs considérations, notamment qu'il ne s'agit pas de la première décision du genre dans le monde arabe, car il y a des mesures arabes similaires en place depuis le dernier quart du XXe siècle, ainsi que ce qui a été conclu ces derniers mois, y compris la position de l’Autorité palestinienne elle-même, qui est le seul représentant légitime du peuple palestinien, à établir des relations officielles avec Israël. L'autre considération est qu'il s'agit d'une décision souveraine qui appartient aux décisions susmentionnées de nature particulière prises par les États sur la base de comptes nationaux très étudiés, et par conséquent, personne ne devrait émettre des accusations de trahison ou toute autre accusation suspecte lors de l'examen ou des commentaires sur de telles décisions, et cela, bien sûr, ne nie pas qu’il soit permis d’être d’accord ou non avec ces décisions, comme est le cas pour toute politique, décision ou mesure prise par certains pays conformément aux impératifs de leurs intérêts nationaux.

Il y a aussi une autre considération, non moins importante que ce qui précède, à savoir que la décision du Royaume du Maroc d’établir des relations avec Israël n’était pas une subvention politique gratuite, ni sans motifs d’intérêts nationaux dont elle a émané. Tout comme la décision des Émirats arabes unis d’établir des relations avec Israël est venue comme une percée historique dans les eaux stagnantes, voire glacées, dans l’environnement rigide des négociations israélo-palestiniennes, et comme une réflexion originale loin des solutions traditionnelles pour faire avancer le processus de paix et tirer parti des opportunités de coopération disponibles avec Israël dans les domaines scientifique, technologique et économique d'une manière qui améliore les plans de compétitivité mondiale des Émirats arabes unis, la décision du Royaume du Maroc a également été accompagnée d'un retour stratégique très important, représenté par la reconnaissance par les États-Unis de la souveraineté du Maroc sur le Sahara. C'est une reconnaissance que la diplomatie marocaine cherche depuis longtemps, et qui répond à l'une des priorités nationales les plus importantes de l'État et du peuple marocains de préserver la souveraineté et l’intégrité territoriales, et quiconque n'apprécie pas l'importance d'une telle priorité, ne sait pas bien ce que la question du Sahara représente dans l'histoire et la conscience nationale marocaines.

Dans les relations internationales et dans le monde de la politique en général, le langage des intérêts ne doit pas être absent, et les émotions et les sentiments ne doivent pas dominer. En particulier, lorsque les intérêts se profilent et apparaissent à l’horizon pour une partie, elle doit donc amorcer leur récolte, tant que cela ne causera pas la perte d’une autre position, ne sera pas en conflit avec cette dernière, ou n’affectera pas négativement une autre question qui lui est prioritaire et qui est dans l'intérêt de ses dirigeants et de son peuple, et c'est exactement ce qui s'est passé en ce qui concerne la décision souveraine marocaine. La diplomatie marocaine a obtenu une victoire et un gain vital sans changer ni altérer sa position pour soutenir et appuyer la cause et le peuple palestiniens jusqu'à ce que ce peuple frère obtienne ses droits légitimes et établisse son État indépendant.

Dr. Salem Al Ketbi
 
 

  



Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 1 Août 2021 - 10:12 L'Humeur : Pégase en rase-mottes