Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

L’Union Sacrée : Reconnaissance de la Marocanité pleine et entière du Sahara par les USA


Rédigé par la rédaction le Lundi 14 Décembre 2020

Dans un ultime geste d’amitié et de soutien envers le Maroc, le président américain sortant, Donald Trump, a signé un décret présidentiel instituant la reconnaissance historique des États-Unis d’Amérique de la souveraineté du Maroc sur son Sahara.



L’Union Sacrée : Reconnaissance de la Marocanité pleine et entière du Sahara par les USA
Ladite proclamation ayant valeur de décret présidentiel a été signée et promulguée le 4 décembre et rendue publique le jeudi 10 décembre, suite à une conversation téléphonique entre Sa Majesté le Roi Mohammed VI et Donald Trump, comme le confirme un communiqué du Cabinet Royal publié le même jour.

En ce jeudi mémorable et historique, le monde est surpris par un énième Tweet de Donald Trump dans lequel ce dernier annonce sa décision inédite de reconnaître la marocanité du Sahara, inédite dans l’Histoire des relations maroco-américaines. Décision qu’il explique par le fait que le Royaume ait été le premier pays à reconnaître l’existence des USA en tant que Nation souveraine et indépendante.

Changement de paradigme
Historique et significative, cette reconnaissance américaine de la souveraineté marocaine sur le Sahara introduit un changement de paradigme total dans ce conflit fomenté et entretenu par l’Algérie qui se retrouve ainsi plus que jamais isolée. En effet, et en plus de la reconnaissance de la souveraineté du Royaume sur son Sahara, l’Amérique ouvrira un consulat dans la ville de Dakhla dédié à la promotion «des investissements américains dans cette région et la promotion du développement économique et social, notamment en faveur des habitants du Sahara», souligne le communiqué du Cabinet Royal.

A cette occasion, SM le Roi Mohammed VI a exprimé, en son nom et au nom de l’ensemble du peuple marocain, au président américain sa profonde gratitude aux États-Unis d’Amérique pour cette prise de position historique, précise le communiqué.

Et d’ajouter que le Souverain a également transmis ses remerciements au président américain et à son équipe pour ce «soutien franc et sans ambiguïté à la marocanité du Sahara». Un soutien qui renforce le partenariat stratégique puissant entre les deux pays et le rehausse au niveau de véritable alliance qui englobe l’ensemble des domaines.

Constance des positions marocaines sur la Palestine
Au cours du même entretien, Sa Majesté le Roi et Son Excellence le Président américain ont échangé sur la situation actuelle dans la région du Moyen-Orient, précise-t-on de même source. À cet égard, le Souverain a évoqué «les positions constantes et équilibrées du Royaume du Maroc au sujet de la question palestinienne, soulignant que le Maroc soutient une solution fondée sur deux États vivant côte à côte dans la paix et la sécurité, et que les négociations entre les parties palestinienne et israélienne restent le seul moyen de parvenir à un règlement définitif, durable et global de ce conflit», ajoute le Cabinet Royal.

En sa qualité de Président du Comité Al-Qods, émanant de l’Organisation de la Coopération Islamique, Sa Majesté le Roi a souligné la nécessité de préserver le statut spécial de cette ville. Le Souverain a également insisté sur le respect de la liberté de pratiquer les rites religieux pour les adeptes des trois religions monothéistes, ainsi que sur le respect du cachet musulman d’Al-Qods Acharif et de la mosquée Al-Aqsa, conformément à l’appel d’Al-Qods/ Jérusalem signé par Sa Majesté le Roi, Commandeur des Croyants, et Sa Sainteté le Pape François, lors de la visite de Sa Sainteté à Rabat le 30 mars 2019.

Eu égard au rôle historique que le Maroc a toujours joué dans le rapprochement des peuples de la région et dans la promotion de la paix et de la stabilité au Moyen-Orient, et compte tenu des liens spéciaux qui unissent la communauté juive d’origine marocaine, y compris en Israël, à la personne de Sa Majesté le Roi, le Souverain a informé le Président américain que le Maroc entend accorder les autorisations de vols directs pour le transport des membres de la communauté juive marocaine et des touristes israéliens en provenance et à destination du Maroc ; reprendre les contacts officiels avec les vis-à-vis et les relations diplomatiques dans les meilleures délais ; promouvoir des relations innovantes dans les domaines économique et technologique dont, à cet effet, œuvrer à la réouverture des bureaux de liaison dans les deux pays, comme cela fut le cas antérieurement et pendant plusieurs années jusqu’en 2002.

Sa Majesté le Roi a souligné que ces mesures n’affectaient en aucune manière l’engagement permanent et soutenu du Maroc en faveur de la cause palestinienne juste et sa détermination à continuer à contribuer efficacement et de manière constructive à une paix juste et durable au Moyen-Orient. Un engagement que le Souverain a réitéré le jour même lors d’un appel téléphonique avec le Président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas.

La paix du levant au couchant
SM le Roi Mohammed VI et le Président américain ont évoqué les efforts déployés pour résoudre la crise au niveau du Conseil de Coopération du Golfe.«À cet égard, et partant des liens de fraternité solide, de cordialité sincère et d›appréciation mutuelle, unissant Sa Majesté le Roi Mohammed VI que Dieu l›assiste, et ses frères Rois et Emirs des pays arabes du Golfe, Sa Majesté le Roi a exprimé l›espoir que les développements positifs enregistrés conduisent à la réalisation de la réconciliation souhaitée. Ce qui sera à même de consolider la sécurité et la stabilité dans la région du Golfe, et de réaliser la sécurité arabe globale et le développement économique et social au profit des peuples de la région», souligne le communiqué du Cabinet Royal. «Eu égard aux relations spéciales et stratégiques liant le Maroc et les pays arabes du Golfe, Sa Majesté le Roi a exprimé sa reconnaissance pour le rôle important que les États-Unis ont joué dans les étapes décisives qui ont été franchies, réitérant Son soutien à la médiation koweïtienne en vue de mettre fin à ce différend», conclut le communiqué.
 

Encadré

Dakhla : Nouveau phare économique du Sahara
En concomitance avec la reconnaissance des Etats Unis de la souveraineté marocaine sur son Sahara, le président Donald Trump a annoncé l’ouverture d’un consulat à Dakhla, comme indiqué dans le communiqué du Cabinet Royal. En effet, cette extension de la représentation consulaire américaine au Sahara a un but purement économique sachant que l’Administration Trump entend concrétiser sa reconnaissance de la marocanité du Sahara en multipliant les investissements dans les provinces du Sud par le portail de la ville de Dakhla. Ce qu’a confirmé l’ambassadeur américain au Maroc, David Fischer : « Aux habitants du Sahara, je voudrais dire ceci : les Etats-Unis ouvriront un consulat dans la ville de Dakhla afin de soutenir et d’encourager les projets d’investissement et de développement qui vous apporteront des avantages tangibles », a-t-il déclaré.

Force est de constater que la ville de Dakhla, par son potentiel et ses ressources, pourrait devenir une nouvelle capitale économique des provinces du Sud. Les prémices sont déjà là, le projet gigantesque du Port Dakhla Atlantique serait capable de canaliser tous les échanges commerciaux par voix maritime vers le Sahara et l’Afrique subsaharienne. Outre cela, Dakhla pourrait être un nouveau hub énergétique aux côtés de Ouarzazate, puisqu’elle va abriter un immense parc éolien de 900 MW, qui sera construit par la startup américaine Soluna Technologies et AM WIND. Un investissement de 2,5 milliards de dirhams. La profusion annoncée des IDE américains laisse augurer un avenir radieux pour la ville de Dakhla qui serait en mesure de constituer une locomotive pour le développement de l’ensemble des provinces du Sud. Ce dont conviennent de nombreux économistes et experts marocains.

Reconnaissance américaine : Les réactions autour du monde

L’annonce simultanée de la reconnaissance américaine de la marocanité du Sahara et du rapprochement entre Rabat et Tel Aviv a été largement saluée, mises à part quelques réticences. 

Dès l’annonce du président Donald Trump, les réactions internationales se sont succédées, plusieurs pays occidentaux et du monde arabe ont salué cette initiative comme un chemin vers la paix, alors qu’une minorité de pays semble encore prudente.

Du côté occidental, les réactions ont été plutôt positives, l’Union Européenne, par la voix du Chef de sa diplomatie Josep Borel, a salué « des étapes importantes », dans les relations avec l’Etat hébreu tout en réaffirmant le soutien de l’UE aux efforts des Nations Unies en vue de parvenir à une solution politique au conflit du Sahara. Une position partagée par la plupart des capitales européennes, y compris l’Espagne, dont le Journal El Pais a fait état d’un « coup dure pour le Polisario ». Même son de cloche du côté du Royaume Uni, dont le ministre des Affaires étrangères Dominique Raab s’est félicité de l’entente entre Rabat et Tel Aviv, « deux pays partenaires du Royaume Uni », a-t-il déclaré, ajoutant que son pays continue de soutenir le processus onusien pour le règlement définitif du dossier du Sahara. En effet, toute Résolution de l’ONU ne peut sortir du cadre du plan d’autonomie proposé par le Maroc en 2007, considéré crédible et réaliste par la majeure partie de la communauté internationale. 

Pour sa part, la France s’est félicitée de l’annonce de Donald Trump, dont l’ambassadrice à Rabat s’est déclarée réjouie du rapprochement de « deux partenaires stratégiques », en l’occurrence le Maroc et l’Etat hébreu. Le Quai d’Orsay a loué également l’attachement du Maroc à la cause palestinienne et notamment à la solution des deux Etats, une position que la reprise des relations avec Tel Aviv ne saurait infléchir. En outre, la diplomatie française semble alignée, quoiqu’indirectement, à la position américaine sur le dossier du Sahara en renouvelant son soutien au plan d’autonomie proposé par le Maroc.

Sonnés par le coup de massue asséné par la décision américaine de reconnaître la souveraineté marocaine sur son Sahara, Algérie et Afrique du Sud qui sont les véritables pivots du camp anti-marocain se sont terrés dans un silence assourdissant deux jours durant, avant que l’Algérie ne se ressaisisse dans les dernières heures de la soirée de samedi en ressassant, par les voix toutes en tremolos de ses dirigeants sur la sellette, ses habituelles balivernes et sornettes désormais et plus que jamais inaudibles. Par contre, le monde arabo-musulman semble largement soutenir le Maroc. 

Mise à jour

En attendant Google, l’Administration américaine adopte la carte entière du Maroc
Les Etats-Unis ont adopté, samedi 12 décembre, une « nouvelle carte officielle » du Maroc intégrant le territoire du Sahara au cours d’une cérémonie organisée à l’ambassade américaine à Rabat.

«C’est la représentation tangible de la proclamation puissante faite il y a à peine deux jours par le président Trump - reconnaissant la souveraineté du Maroc sur le Sahara occidental», a déclaré l’ambassadeur David Fischer avant de signer la «nouvelle carte du gouvernement américain pour le Royaume du Maroc».

Cette carte est la «représentation tangible» de la proclamation audacieuse faite par le Président Donald Trump il y a deux jours, qui reconnaît la souveraineté du Maroc sur son Sahara, a-t-il indiqué. Il a, en outre, souligné qu’il compte offrir cette carte comme présent à Sa Majesté le Roi Mohammed VI, en signe de reconnaissance du leadership “audacieux” du Souverain et Son soutien continu et précieux en faveur de l’amitié profonde entre les Etats Unis d’Amérique et le Royaume du Maroc.

L’ambassadeur américain a, par la suite, signé la carte complète du Maroc que le gouvernement américain a officiellement adoptée. Rappelons que celui-ci a indiqué lors d’un point de presse au lendemain de la décision historique des États-Unis de reconnaître la souveraineté pleine et entière du Maroc sur son Sahara, que : «La semaine prochaine, nous envisageons de faire une série d’annonces qui vont consolider le partenariat stratégique USA-Maroc en matière de développement économique et de commerce, tout en renforçant le rôle du Maroc en tant que leader économique sur le plan régional».

Dossier réalisé par la rédaction

  


Dans la même rubrique :
< >