L'Opinion Maroc - Actuali
Consulter
GRATUITEMENT
notre journal
facebook
twitter
youtube
linkedin
instagram
search



International

L'UE propose de renforcer son industrie de défense face à la menace russe


Rédigé par L'Opinion avec AFP Mardi 5 Mars 2024

La Commission européenne a proposé mardi de renforcer drastiquement l'industrie de défense de l'UE face à la menace russe, afin aussi de rendre les Européens moins dépendants des Etats-Unis dans la production d'armements.



Après deux ans de guerre en Ukraine et des décennies de coupes dans les budgets de défense, les Européens doivent désormais "passer à la vitesse supérieure", a affirmé mardi devant la presse le commissaire européen Thierry Breton, en charge des industries de défense à Bruxelles.
 
La Commission souhaite ainsi que d'ici 2030, "50% des équipements" militaires commandés par les Etats membres soient fournis par l'industrie européenne, a dit la vice-présidente de la Commission, Margrethe Vestager.
 
Aujourd'hui, 68% des achats d'armement réalisés dans l'UE au profit de l'Ukraine se font auprès de fabricants américains, a précisé de son côté M. Breton.
 
"Nous devons prendre davantage de responsabilités pour notre propre sécurité, tout en restant, bien entendu, totalement engagés dans l'Otan", a soutenu Mme Vestager.
 
Deux ans après l'invasion russe de l'Ukraine, les Européens éprouvent les plus grandes difficultés à livrer les armes que Kiev ne cesse de réclamer pour affronter les forces russes.
 
Ils avaient promis de fournir un million d'obus d'ici à la fin mars, mais n'en seront pas capables. Un peu plus de la moitié devrait être livrée à l'échéance fixée.
 
L'Union européenne pourra en fabriquer deux millions l'an prochain, a toutefois assuré mardi M. Breton. Cette augmentation de capacité doit maintenant être reproduite pour d'autres types d'armement, selon lui. "L'objectif, c'est de produire mieux, de produire plus vite et de produire européen", a résumé l'ancien ministre français.
 
La nouvelle stratégie de défense européenne, présentée mardi, sera dotée d'un budget initial de 1,5 milliard d'euros.
 
"Ce n'est pas beaucoup d'argent", a reconnu Mme Vestager. Mais cette somme servira d'incitation, de bonus pour les Etats membres à chaque fois qu'ils voudront mettre leurs ressources en commun pour acquérir ou développer la production d'armes en Europe, a-t-elle ajouté. "Le véritable financement viendra des Etats membres", a-t-elle ajouté.
 
Les pays de l'UE ont dépensé 58 milliards d'euros l'an dernier pour acquérir des armes, a indiqué de son côté le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell. Le budget de l'UE ne va pas "remplacer" les budgets nationaux pour atteindre cette somme, a-t-il souligné.

Le but est de rattraper le retard et de rendre l'industrie européenne aussi compétitive que sa rivale américaine. Bruxelles propose donc aux 27 un "mécanisme européen" de ventes d'armes proche du modèle américain.
 
Les Etats-Unis disposent d'une réserve stratégique d'armements leur permettant de répondre à une demande urgente. Ils fabriquent un peu plus que ce que le contrat d'armement prévoit afin de constituer ce stock mobilisable très rapidement si nécessaire et sans appel d'offres.
 
L'idée est qu'à terme les Européens fassent la même chose en se regroupant à cinq ou six pour constituer une réserve dans un équipement spécifique, afin de rendre les industriels européens aussi réactifs que leurs rivaux américains.
 
Ensuite, il faut donner de la visibilité aux industriels européens en favorisant des commandes fermes sur le long terme, a expliqué un responsable européen.
 
L'idée serait de reproduire ce qui a été fait pendant le Covid avec les vaccins, c'est-à-dire un contrat-cadre, par lequel la Commission avance l'argent, permettant aux pays européens de relancer leur industrie afin de répondre à ce contrat, selon ce même responsable.
 
Le succès de cette initiative "dépendra maintenant énormément de la réaction des Etats membres", a souligné mardi Jan Pie, secrétaire général de l'Association des industries de sécurité et de défense en Europe. "La rapidité et les ressources financières seront cruciales pour sa mise en oeuvre", a-t-il poursuivi.
 
Thierry Breton avait un moment évoqué le chiffre de 100 milliards d'euros pour atteindre les objectifs fixés, tout en reconnaissant mardi qu'il faudra encore "travailler" pour convaincre les Européens à dépenser une telle somme.
 
En attendant, la Commission suggère d'utiliser les revenus générés par les avoirs russes gelés en Europe pour augmenter ce budget initial de 1,5 milliard d'euros. Quelque 200 milliards d'euros d'avoirs russes de la Banque centrale de Russie ont été gelés en Europe.



Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 14 Juillet 2024 - 17:51 Palestine : Hamas arrête les négociations







🔴 Top News