Menu
L'Opinion L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn


Edito & Chronique

L'Opinion : Promotion Covid, quel avenir ?


Rédigé par Anass MACHLOUKH le Lundi 5 Octobre 2020


Décrocher son diplôme est l’ultime aspiration de tout jeune qui franchit le portail de l’université. Obtenir son certificat de réussite est un motif d’orgueil et de fierté qui signifie qu’on a relevé le défi et parachevé tout un parcours d’apprentissage pour être finalement utile à la société. Chaque année, l’université marocaine accouche de plus de 100.000 jeunes diplômés qui peinent à trouver un emploi. Parfois arrivent-ils à l’obtenir par mérite, parfois par subterfuge. Cette année laisse augurer le pire ! La pandémie a terrassé l’économie marocaine, qui demeure meurtrie par la récession. Celle-ci ne semble pas en capacité d’absorber même le quart de ces diplômés qui arrivent sur le marché du travail pleins d’espoirs et avec beaucoup de projets à l’esprit. Ils devront proroger jusqu’à nouvel ordre, faute d’emplois qui se font de plus en plus rares. Faut-il compter sur le gouvernement taciturne de Saâd Dine El Othmani pour inverser la donne ? Et bien non. Ce dernier sombre dans les calculs comptables et veut préparer les nouveaux diplômés à la fatalité du chômage, qui culmine à 13%.

En dépit des déclarations sournoises de vouloir préserver les emplois, l’Exécutif a déjà brisé l’espoir en réduisant le recrutement dans la Fonction publique, ce qui durera peut-être jusqu’à 2023. De leur côté, les entreprises semblent plus préoccupées par le licenciement que par le recrutement, et ce, malgré le soutien du plan de relance. Que reste-t-il donc à cette pauvre promotion Covid qui arrive sur un marché du travail délaissé aussi bien par l’Etat que par les entreprises ? Encore faut-il recourir à l’initiative privée ou l’entrepreneuriat pour éviter le péril du chômage. C’est d’autant plus incertain qu’on n’a plus entendu parler du programme « Intilaka » depuis le début de la pandémie. Bref ! chers camarades, tenez bon et ne vous résignez pas au désespoir. 

Anass MACHLOUKH

  



Dans la même rubrique :
< >