Menu
L'Opinion L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Edito & Chronique

L'Opinion : Histoires de voisinage


Rédigé par Majd EL ATOUABI le Dimanche 11 Juillet 2021


Être grands, stables, sereins, confiants et donc apaisés, c’est tout le mal que puisse espérer le Maroc à ses proches voisins, qu’ils soient situés au Nord, au Sud ou à l’Est. Un voisinage stable étant nécessairement synonyme de paix, de prospérité partagée et de respect mutuel. Sauf qu’en ces temps troubles du Coronavirus et en raison de la conjonction d’un certain nombre de facteurs défavorables, endogènes et exogènes, aux rejaillissements socioéconomiques et forcément politiques, le voisinage du Royaume n’a jamais été aussi volatil et incertain qu’il ne l’est actuellement.

A l’Est, la grande Algérie, empêtrée dans l’engrenage d’une «Soft-Révolution» qui menace ruine à tout moment, n’arrive toujours pas à se débarrasser de l’emprise d’un régime militaire agonisant qui cherche désespérément noises à ses voisins pour créer diversion. Au Sud, une Mauritanie hésitante et non confiante, qui peine à solder le lourd héritage de plusieurs décennies d’aliénation et d’alignement impuissants sur les positions de cette même Algérie qu’elle croyait la plus forte parmi ses puissants voisins.

Au Nord, une Espagne, plus que jamais fragilisée par la crise pandémique et économique, dirigée par un Exécutif faible car extrait au forceps des entrailles d’une coalition contre-nature, a dernièrement rechuté dans la légendaire animosité mêlée d’émotivité qui a souvent caractérisé ses relations avec le Maroc au cours de l’Histoire.

Ultimes symptômes de cette succession de contractions, de part et d’autre de nos frontières, le débarquement en l’espace d’une semaine de Sabri Boukadoum et d’Arancha Gonzalez Laya, les ministres des Affaires étrangères de l’Algérie et de l’Espagne qui ont pour point commun d’avoir conjointement trempé dans l’affaire scabreuse de l’infiltration puis l’exfiltration d’Espagne du criminel, tortionnaire et violeur, Brahim Ghali.

Mais tandis que l’Espagne a privilégié le pragmatisme et l’apaisement en remplaçant sa défaillante et controversée diplomate en chef au passif plus commercial que diplomatique par un diplomate de carrière, l’Algérie, elle, a choisi le pourrissement en ressortant de son sarcophage le foncièrement anti-Marocain Ramtane Lamamra avec pour principal objectif de maintenir la tension et la pression sur le Maroc concernant son intégrité territoriale. Si seulement nous pouvions choisir nos voisins !
 
Majd EL ATOUABI

  



Dans la même rubrique :
< >