Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

L’ONSSA soupçonné de normalisation avec Israël


Rédigé par Hajar Lebabi le Lundi 26 Octobre 2020

Le soupçon de normalisation plane sur un accord conclu par l’Office National de Sécurité Sanitaire des produits Alimentaires (ONSSA), à Tanger, avec une société qui serait israélienne.



L’ONSSA soupçonné de normalisation avec Israël
Un accord de l'ONSSA, affilié au ministère de l'Agriculture, a suscité une vague de controverse à Tanger, après que des données aient été divulguées indiquant que le dossier était lié à une entreprise israélienne et que l'entreprise marocaine gagnante « n'était qu'une façade ».

Début septembre dernier, à la suite d’un appel d’offre, l'Office a annoncé la signature d'un contrat avec Palmonitor, pour l'aider à lutter contre le risque de charançon rouge du palmier dans la région Tanger-Tétouan Al-Hoceima. Il s’agit d’un accord d’une valeur d'environ 6 millions de dirhams.

La direction régionale de l’ONSSA de la région de Tanger-Tétouan-Al Hoceima a annoncé un appel d'offre national ouvert pour l'acquisition et le développement d'un système électronique de détection précoce pour explorer les larves de charançon rouge du palmier afin de lutter contre cet insecte qui a conduit à la destruction d'environ 1500 palmiers à Tanger.

Contactée par nos soins, une source de l’ONSSA a indiqué que le choix de l’entreprise a été fait conformément aux règles. Il ne s’agit pas d’un accord, mais d’un appel d’offre où a été choisie une société marocaine, soumise au droit marocain et basée à Casablanca.

Des données qui prêtent à confusion 

Parmi les données qui ont attiré l'attention du public figurait l'annonce faite par une société israélienne appelée « Agrint » dans un message sur son compte Linkedin. Sur cette publication, « Agrint » annonce qu'elle était concernée par l'accord, félicitant ainsi l’ONSSA, et Tanger en particulier, et louant sa décision de choisir sa technologie de capteur sur les palmiers de toute la ville.

Cette publication ne mentionnait pas Palmonitor, la société qui a remporté l’appel d’offre. Plus que cela, il suffit d’utiliser les moteurs de recherche pour se rendre compte qu’aucune activité de Palmonitor n’est mentionnée dans le domaine dans lequel la société a remporté l’appel d’offre. En revanche, les données indiquent que la technologie mentionnée dans le rapport de l'ONSSA appartient à la société « Agrint », basée en Israël, selon les références et les bases de données d'entreprises enregistrées en Israël.

Selon son site Web, « Agrint » annonce avoir développé la technologie « IoTree » qui s'appuie sur des capteurs qui fournissent une détection précoce de l'activité des ravageurs quelle que soit la taille de l'arbre ou celle des larves, indiquant qu'elle a adapté son capteur pour détecter le charançon rouge du palmier, un insecte qui cause des dommages catastrophiques aux palmiers du monde entier.

Palmonitor, quant à elle, publie sur son seul portail numérique la même vidéo d'introduction de la technologie susmentionnée - que la société israélienne « Agrint » affiche sur la page de son document fondateur -, et ce avec son logo en lieu et place de celui de la société israélienne.