Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

L'OCP fait appel des décisions ayant imposé des droits compensateur


Rédigé par la rédaction le Samedi 5 Juin 2021

Le Groupe OCP vient de faire appel auprès de la Cour fédérale du Commerce International des États-Unis (U.S. Court of International Trade) des décisions ayant abouti à l’imposition de droits compensateurs sur les importations sur le marché américain d’engrais phosphatés en provenance du Maroc.



 Cette procédure vise à contester les décisions infondées de la Commission Américaine du Commerce International (ITC) et du Département Américain du Commerce (DOC) portant respectivement sur le préjudice causé à l’industrie locale des engrais et le taux appliqué.

OCP interviendra également à l’encontre de la procédure en appel initiée par Mosaic visant à accroitre le niveau des droits appliqués.
Ces actions s’inscrivent dans la continuité des efforts menés par le Groupe OCP de s’opposer à l’application infondée de ces droits compensateurs, et dans la volonté de continuer à servir les agriculteurs américains en leur permettant de sécuriser un approvisionnement fiable et diversifié en engrais adaptés et de haute qualité.

Rappelons que la récente décision de l’USITC d’augmenter les droits de douane sur les produits phosphatés marocains n’a guère plu au « Heritage Foundation », think-tank américain conservateur très influent, spécialisé dans les politiques publiques, lequel a critiqué la décision de l’Agence américaine qui a augmenté les droits d’importation sur les engrais phosphatés marocains à hauteur de 19,97%, sur fond du différend qui a opposé l’OCP et le géant américain Mosaic. Ce dernier avait prétendu que les importations marocaines lui portaient préjudice à cause des subventions de l’Etat marocain à l’OCP. L’USITC lui a donné en partie raison jugeant que ces subventions nuisent à la compétitivité de l’industrie américaine des phosphates. Un argument contesté par « The Heritage Foundation » qui a critiqué le fait que le gouvernement américain ait pris cette décision sur la base de la demande d’une seule société.

  


Dans la même rubrique :
< >