Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

[Interview avec le SG du Département de l’Énergie et des Mines] Nouveau cap pour un nouvel élan du secteur minier


Rédigé par Oussama Abaouss le Lundi 28 Juin 2021

Secrétaire Général du Département de l’Énergie et des Mines, Mohammed Ghazali répond à nos questions à propos du Plan Maroc Mines (PMM) 2021-2030 présenté le 21 juin.




- Pourquoi le Plan Maroc Mines 2021-2030 a-t-il été lancé avant la fin de la stratégie de développement du secteur minier 2013-2025 ?
 
- Il y a lieu de préciser que toute stratégie de développement doit nécessairement faire l’objet d’évaluation et d’adaptation d’une manière continue. Dans ce cadre, et après six années de la mise en place de la stratégie de développement du secteur minier 2013-2025, une évaluation à mi-parcours de ladite stratégie a été réalisée en 2019, et ce, au vu des évolutions technologiques qu’a connues l’industrie minière à l’échelle internationale et des opportunités offertes par le secteur minier au niveau national.
Cette évaluation a permis d’établir un diagnostic de l’état d’avancement des projets réalisés dans le cadre de cette stratégie, de dresser un inventaire des actions à développer et des ajustements à introduire en vue d’accélérer sa mise en oeuvre. C’est dans cet objectif que la réflexion pour l’élaboration du « Plan Maroc Mines » (PMM) a été enclenchée.


-Quelle est la valeur ajoutée apportée par le Plan Mines 2021-2030 ?

- Ce Plan, qui a capitalisé sur les acquis accomplis dans le cadre de la stratégie 2013-2025, a porté les ajustements nécessaires et appropriés en tenant compte de la convergence des intérêts des différentes parties prenantes afin d’impulser un nouveau souffle et répondre aux nouveaux enjeux du secteur minier national. Le PMM répond donc aux changements et aux tendances du marché international pour favoriser notre secteur et lui permettre de jouer un rôle avancé sur le marché minier et industriel.

Le PMM, ainsi défini, pose les bases d’une approche globale visant le développement d’un secteur minier performant et compétitif à l’horizon 2030, oeuvrant pour une industrialisation intégrée et une croissance durable afin de positionner le secteur minier national en tant que locomotive du développement responsable et durable à l’échelle locale, régionale et nationale, alliant bonne gouvernance, intégration économique, respect de l’environnement et principe de la durabilité et des droits des populations.


- De quelle manière le PMM 2021-2030 compte-t-il renforcer le caractère responsable et durable du secteur minier ?

- Cette question très importante constitue l’un des piliers du Plan Maroc Mines. En effet, ce pilier a mis en place des outils et des dispositifs pour l’identification et la quantification des efforts déployés et fournis par les acteurs miniers en termes de responsabilité sociale et environnementale et pour l’exploitation rationnelle et durable des substances minérales.

Certes, dans les mines, on exploite des substances non-renouvelables et, de ce fait, quel que soit le volume de ses réserves, la mine connaîtra sa fermeture soit par épuisement des réserves, soit par la non-rentabilité des exploitations. Ainsi, le Plan Maroc Mines a mis l’accent sur les dispositions législatives et réglementaires et les incitations fiscales à même de favoriser le développement d’une industrie de valorisation des substances minières et la création de la valeur ajoutée locale.

D’un autre côté, il est très important de préciser la particularité du secteur minier. En effet, et à l’opposé des autres projets, la mine ne choisit pas son lieu de localisation. Elle s’implante là où les travaux d’exploration géologique ont montré l’existence d’un gisement. Ce sont généralement des zones montagneuses, éloignées des agglomérations et pratiquement dépourvues de toute infrastructure de base.

Pour son fonctionnement, la mine a besoin de routes, d’eau, d’électricité, de télécommunication et également d’infrastructures socio-éducatives (écoles, dispensaires, économats, etc.) pour le bien-être des femmes et des hommes qui y travaillent. Toutes ces infrastructures et services sont mis à la disposition des populations situées au voisinage des sites miniers dans le cadre de la démarche de la responsabilité sociale de l’entreprise (RSE) avec des programmes sociaux au profit des populations riveraines, portés par des structures telles que les fondations, les coopératives, les associations et les collectivités locales.

À noter aussi que les opérateurs miniers sont également alignés sur les bonnes pratiques en termes d’efficacité énergétique, de rationalisation de l’utilisation de l’eau et de bonne gestion des écosystèmes et des déchets.


- Comment le PMM pourra-t-il renforcer le rôle de l’industrie minière dans le développement durable local et régional ?

- En dépit de leur importance, les actions de citoyenneté des entreprises minières (illustrées précédemment, ndlr) ne sont pas assez valorisées et médiatisées.

Par conséquent, le Plan Maroc Mines, qui vise l’amélioration de l’image du secteur minier marocain et le renforcement de son impact social et son caractère responsable et durable, intégrera les outils et les dispositifs à même de mettre en relief, d’une manière structurée, le rôle majeur de l’industrie minière dans le développement local et régional à travers : le soutien et l’accompagnement des grands opérateurs pour les petites et moyennes entreprises minières (PME) et les très petites entreprises minières (TPE) locales pour le renforcement du contenu local ; la mise en place d’espaces de concertations selon une démarche participative et la création d’un comité consultatif pour la prévention et la résolution de conflits socio-environnementaux ; la consolidation et le renforcement de la prise en compte du référentiel du développement durable et de la RSE par le secteur minier, conformément à la Constitution du Royaume, aux engagements internationaux du Maroc, à l’arsenal législatif et réglementaire, notamment la loi-cadre n°99-12 portant charte nationale de l’environnement et du développement durable ainsi que la Stratégie Nationale de Développement Durable ; la prise en compte du volet du développement communautaire et de la RSE, et son extension au concept de contenu local, dans le cadre de la contractualisation entre l’Etat, les Régions et les populations locales ; la mise en place d’un Fonds Minier ; le repositionnement stratégique de l’Office National des Hydrocarbures et des Mines en tant qu’acteur de référence et locomotive du secteur ; la création d’un laboratoire national minier afin d’accompagner les acteurs du secteur en mettant à leur disposition une plateforme de tests avec des technologies de pointe d’analyse et des essais permettant de déterminer les méthodes à suivre pour l’exploitation et la valorisation des produits miniers, ce qui permettra en même temps de préserver la souveraineté du Royaume en matière d’informations acquises ; et, enfin, la création de la commission des minerais stratégiques.
 

Les opérateurs miniers sont également alignés sur les bonnes pratiques en termes d’efficacité énergétique et de rationalisation de l’utilisation de l’eau
 

- Le PMM 2021-2030 s’inscrit-il dans la perspective des recommandations et vision du Nouveau Modèle de Développement ?

- Bien que le Plan Maroc Mines (PMM) ait été élaboré avant la présentation du nouveau modèle de développement, il tient compte des Orientations Royales pour le développement et l’émergence de façon intégrée et inclusive des secteurs d’activités économiques. Grâce à cette vision stratégique, aux piliers et aux axes de développement préconisés mis en place d’une manière participative pour l’implémentation de ce Plan, ce dernier s’inscrit parfaitement dans le cadre de la vision et des recommandations du nouveau modèle de développement nouvellement mis en place.

En effet, le Plan Maroc Mines vient pour mettre tous les dispositifs législatifs et réglementaires et les outils à même de développer le caractère du secteur minier en tant que pôle de développement régional par excellence à côté de son caractère, non plus à démontrer, de catalyseur du développement économique national. Cela a été favorisé par l’appropriation de ce plan par l’ensemble des parties prenantes qui ont illustré leur volonté d’agir ensemble pour développer et assurer de manière coordonnée le développement d’un secteur minier national performant et compétitif capable de jouer son rôle en tant que pilier de développement économique et social à l’échelle locale, régionale et nationale.

Dans ce cadre, le Plan Maroc Mines a mis en place tous les ingrédients en mesure de développer la chaîne des valeurs de l’industrie minière, le développement des minerais stratégiques et favoriser la préférence des produits nationaux.
 
Oussama ABAOUSS


Stratégie minière

Vers une « industrialisation intégrée et une croissance durable »
 
La construction participative de la nouvelle vision stratégique du secteur minier a permis de dégager six enjeux majeurs qui impactent le développement du secteur minier national : la dynamisation de la recherche et de l’exploration minières ; le renforcement de la professionnalisation des opérateurs miniers ; l’adaptabilité de l’organisation du secteur ; la valorisation de l’image du secteur et l’amélioration de son acceptabilité sociale et de son impact sur le développement local ; la disponibilité du capital humain qualifié et la capitalisation du savoir nécessaire au développement et à la pérennité du secteur minier national ; et, enfin, l’adaptation du cadre juridique et des moyens financiers et fiscaux aux spécificités du secteur.

Le Plan Maroc Mines 2021-2030 pose les bases d’une approche globale visant le développement d’un modèle compétitif à l’horizon 2030 oeuvrant pour une industrialisation intégrée et une croissance durable, et s’articule autour de quatre piliers stratégiques : le développement d’un tissu d’acteurs compétitifs, refonte de l’organisation institutionnelle du secteur, renfoncement de l’impact social et du caractère responsable et durable du secteur minier, et l’adaptation du cadre législatif et des moyens financiers et fiscaux aux nouvelles ambitions du secteur.

Ces piliers sont déclinés en 21 axes de développement, traduits en 58 leviers et 127 actions. Les différentes actions et mesures de soutien du PMM sont transcrites dans un plan d’actions précis étalé sur la période 2021-2030.
O. A.

  


Dans la même rubrique :
< >