Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

[ Interview avec Younes El Jay, dessinateur et sculpteur ] Chaque artiste a sa propre mission sacrée


Rédigé par Safaa KSAANI le Dimanche 8 Août 2021

Younes El Jay, alias Dalsinky, est un artiste-peintre et sculpteur marocain qui a su imposer son style de l’autre côté de l’Atlantique. Comment est-il venu dans ce domaine ? Comment trouve-t-il de l’inspiration ? Les réponses dans cette interview.



- Vous êtes un jeune sculpteur et peintre marocain qui a réussi à vivre de son art et su imposer son style dans un pays où les artistes ne se font pas rares. Vous êtes plus connu sous le nom de Dalsinky. D’abord, que signifie ce nom d’artiste ?

- En fait, c’est un très proche ami italien qui a choisi ce prénom pour moi, que j’ai de suite adopté car il symbolise l’art que je fais. Dalsinky fait référence à deux parties, en l’occurrence la peinture et la sculpture (2D + 3D) ça donne 5, c’est un jeu de mots !

- Racontez-nous une journée type dans votre travail ? Quelles techniques utilisez-vous ?

- Je n’ai pas de routine particulière. J’aime toujours découvrir de nouvelles choses. Habituellement, je travaille dans mon atelier qui se trouve chez moi. Il se peut que j’y reste plusieurs jours après avoir réalisé complètement mon oeuvre d’art. La plupart de mes tableaux sont sur toile, et mes sculptures sont en argile. Je travaille aussi des sculptures en bronze et en métal sur commande. Je fais aussi des tableaux personnalisés avec de l’or et des diamants. Tout cela dépend du client.

- Où trouvez-vous toute cette inspiration ? Et comment avez-vous trouvé votre style ?

- Je suis une personne qui aime beaucoup la nature et la mer, dont je m’inspire beaucoup. La mer dégage une sensation de liberté et de purification d’esprit. La nature en général m’inspire énormément. J’aime particulièrement les animaux, et je crois fort que nous devons à tout prix protéger ces êtres vivants dont l’existence conditionne notre survie. Par ailleurs, j’ai trouvé mon style artistique depuis que j’étais au collège.

- Quelles sont vos influences ? Avez-vous des artistes de référence ? Si oui, pouvez-vous en citer quelques-uns?

- Mes clients m’appellent le Da Vinci nouvelle génération (Rires). Leonardo Da Vinci est parmi les artistes que j’aime beaucoup. Il était à la fois peintre, ingénieur, scientifique, sculpteur et architecte. Un profil et un parcours qui m’inspirent énormément. Faire beaucoup de choses en même temps est notre point commun. Aussi, j’aime beaucoup Banksy, qui transmet toujours des messages nobles à travers ses oeuvres d’art. Je pense que chaque artiste a une mission et des messages à véhiculer.

- Si vous étiez au Maroc, auriez-vous pu atteindre vos objectifs ?

- A vrai dire non : mais j’aime beaucoup le Maroc... Il représente beaucoup de belles choses pour moi. Je pense que si j’étais resté au Maroc, je n’aurais jamais pu atteindre mes objectifs. Aux États-Unis, tout artiste talentueux peut réaliser ses rêves.

- Quel regard portez-vous sur l’art au Maroc ?

- Le Maroc est connu depuis toujours par son riche patrimoine culturel et artisanal. Notre culture est exceptionnelle, mais, malheureusement, au Maroc, on ne donne pas assez d’importance et de motivation aux artistes pour aller de l’avant et être créatifs.

- A combien vos tableaux sont-ils vendus, en moyenne ?

- Je n’aime pas dire les prix (Rires). A vrai dire, le prix de chaque tableau dépend de nombreux critères, dont la durée de sa réalisation...

- Peut-on devenir milliardaire grâce à la peinture et la sculpture ?

- Oui, grâce à l’art, on peut devenir millionnaire en dollars et milliardaire en dirhams (Rires).
 
Recueillis par Safaa KSAANI

Repère

Des expositions aux messages nobles
 
A Los Angeles, l’artiste-peintre marocain Younes El Jaï remporte un franc succès et puise dans son vivier de talents qu’il cultive depuis son jeune âge. Actuellement, l’artiste, connu sous le nom de Dalsinky, travaille sur des sculptures exceptionnelles, qu’il n’a pas encore dévoilées à ses clients.

« C’est une surprise que je réserve à mes clients dans ma prochaine exposition à Los Angeles. Je vais également dévoiler ma nouvelle figurine qui sera intégrée dans toutes mes prochaines oeuvres d’art », dévoile Younes El Jaï. Dans le détail, cette nouvelle figurine portera un message d’espoir.

« Nous vivons dans un monde changeant, qui représente beaucoup de défis, notamment à cause de la pandémie du nouveau Coronavirus et du changement climatique. La nouvelle figurine consiste à donner de l’espoir », nous explique-t-il.

L’artiste donne également rendez-vous à ses clients et fans à Miami, précisément à la manifestation d’art contemporain « Art Basel », entre le 24 et le 26 septembre. En décembre prochain, son public découvrira sa nouvelle figurine, qu’il dévoilera dans une exposition artistique à Los Angeles.

Portrait

[ Interview avec Younes El Jay, dessinateur et sculpteur ] Chaque artiste a sa propre mission sacrée

Le sculpteur défenseur des animaux
 
Younes El Jaï s’est lancé dans la sculpture de précision avec des silhouettes très détaillées et très originales. Depuis le collège, où il a commencé à avoir un goût pour la peinture et la sculpture, il a rapidement acquis une maîtrise du sujet et apprécie de proposer des pièces délicates et fines.

En plus de la peinture, Dalsinky se détend en modelant, cette fois en argile, des statues qui sont aussi tout en légèreté. « Je travaille aussi des sculptures en bronze et en métal. Je fais aussi des tableaux personnalisés avec de l’or et des diamants. Tout cela dépend du client », nuance Younes El Jaï.

Zèbres, chevaux, cerfs, entre autres animaux, n’ont plus de secrets pour lui.
« J’aime particulièrement les animaux, et je crois fort que nous devons à tout prix protéger ces êtres vivants dont l’existence conditionne notre survie », nous confie-t-il.

Le petit secret de Dalsinky, qui a réussi à vivre de sa passion pour la peinture et la sculpture et a su imposer son style partout dans le monde, est de « faire ce qu’on aime, persister et être patient, car rien n’est facile dans cette vie. Un jour, nos rêves deviendront réels », tient-il à partager avec ceux et celles qui souhaitent se lancer dans la sculpture et la peinture.
 
S. K.