L'Opinion Maroc - Actuali
Consulter
GRATUITEMENT
notre journal






Actu Maroc

Interview avec Wissal Akki : « Le tourteau d’Argan n’est pas estimé à sa juste valeur »


Rédigé par Safaa KSAANI le Jeudi 2 Juin 2022

Un groupe de dix étudiants de l’EMI a lancé le projet «ArgaCare ». Ce dernier porte sur la valorisation du tourteau d’Argan et permet, entre autres, l’amélioration de la situation des femmes oeuvrant dans le domaine.



- Pouvez-vous d’abord nous parler des tenants et aboutissants de ce projet ?

- ArgaCare est un projet social qui rend hommage à l’arganier en valorisant le tourteau d’Argan en tant que matière première pour la fabrication de produits cosmétiques biologiques et écologiques. Communément utilisé pour l’alimentation du bétail, le tourteau n’est pas estimé à sa juste valeur. Pour cela, notre but est de valoriser ce sous-produit en offrant des produits innovants et de qualité. A travers sa stratégie de vente multi-niveaux, notre projet vise à intégrer les femmes ouvrières dans nos segments de commercialisation en leur offrant une nouvelle source de revenu.


- A travers ce projet, quels objectifs vous assignez-vous sur les plans régional et national ?

- Nous avons pour objectifs la commercialisation de nos produits à travers des points de ventes au niveau régional et national, et éventuellement toucher le marché international par le biais de sites web et de réseaux sociaux. Le but étant d’élargir notre population cible et avoir plus de visibilité. Au fur et à mesure que la production et les ventes augmentent, nous procéderons à l’extension de notre gamme.


- L’ONG envisage l’intégration des femmes ouvrières dans les segments de commercialisation à travers « ArgaCare ». Devant quelles difficultés se trouvent ces ouvrières pour mettre en valeur et vendre leur production locale ?

- A travers l’intégration des femmes ouvrières dans nos segments de commercialisation, suivant une approche stratégique de vente multi-niveaux, ArgaCare constituerait une nouvelle source de revenu pour ces dernières. Nous envisageons d’incorporer les associations locales d’Argan en tant que partenaires clés pour être plus proches encore de notre population cible et de notre clientèle.

Il convient de noter que les femmes ouvrières travaillent généralement dans le cadre des coopératives qui visent la production en masse, par des moyens et machines traditionnels et des produits classiques, qui ne sont pas forcément innovants, et qui sont omniprésents dans le marché.


- Quels sont les différents moyens d’exploitation du tourteau ou résidu de l’extraction de l’huile d’Argan ?

- L’arganier est implanté profondément dans la vie quotidienne des populations rurales riveraines. En effet, même après l’extraction de l’huile d’Argan, le résidu de cette extraction garde son utilité, grâce à ses actions antivirales, antifongique, analgésique et anti-tumorale, le tourteau d’Argan est utilisé sur un plan cosmétique par les femmes de ces régions en des masques et mélanges de beauté faits maison et médical comme remède aux maux de tête. De plus, le tourteau est majoritairement utilisé comme aliment pour les bovins soumis à l’engraissement, vu sa richesse en glucides et protéines.


- Le chantier de l’exploitation du tourteau est-il assez développé au Maroc ? Intéresse-t-il des investisseurs nationaux et internationaux ?

- Ce chantier n’est pas assez développé au Maroc. En effet, vu la récence des études techniques portant sur les avantages cosmétiques du tourteau d’Argan, des exploitations pareilles du tourteau d’Argan sont inexistantes dans le marché cosmétique actuel.

D’autre part, partout dans le monde, la gamme bio fait une percée dans le domaine des cosmétiques vu qu’elle rassure et séduit la clientèle qui est de plus en plus sensible aux produits responsables, meilleurs pour la santé et l’environnement, et mieux assimilés par la peau et moins agressifs. ArgaCare se lance ainsi dans un marché prospère, en l’occurrence le monde de la bio-cosmétique, avec une invention unique en son genre.

Notre marque se montre donc plus qu’intéressante pour les différents investisseurs, nationaux et internationaux. La meilleure preuve en est l’occupation d’ArgaCare de la première place lors du Hackathon international : « EU-Africa The Journey » dans la catégorie de « Vulnerable Populations ».
 
L’exportation de ces produits est généralement bénéfique à l’économie du pays, et à celle des populations des régions du Sud en particulier

- Quels sont les effets économiques de la marchandisation des produits de l’arganier, dont le tourteau ?

- Le Maroc est un pays qui s’intéresse beaucoup à l’économie agricole, et la marchandisation des produits de l’arganier est l’un de ses secteurs clés. La production de l’huile d’Argan, des produits cosmétiques qui en dérivent, ne se fait qu’au Maroc. L’exportation de ces produits est généralement bénéfique à l’économie du pays, et à celle des populations des régions du Sud en particulier, en leur procurant une nouvelle source de revenu.


- La valorisation du tourteau d’Argan est une activité qui s’érode ou, au contraire, qui s’améliore ? Si elle s’érode, c’est par manque de recherche scientifique dans ce domaine ou d’intérêt ?

- La valorisation du tourteau d’Argan est une activité, ou innovation qui en est encore à ses balbutiements. On ne peut juger si elle s’améliore ou s’érode puisque les finalités techniques de recherche scientifique liée à cette activité sont très récentes (datant de moins d’un an). Cependant, vue l’orientation du marché cosmétique vers tout ce qui est bio et écologique, la valorisation des résidus naturels, et plus précisément du tourteau d’Argan, verra sûrement, avant peu, un immense intérêt et une grande part du marché cosmétique.



Recueillis par Safaa KSAANI