Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Interview avec Mohamed Yalouh, jeune inventeur : Une histoire de passion et de succès


Rédigé par Safaa KSAANI le Jeudi 7 Octobre 2021

L’inventeur marocain Mohamed Yalouh a à peine 16 ans et s’est illustré cet été en décrochant une médaille d’or, dans le cadre de compétitions internationales.



- Vous avez obtenu la médaille d’or pour votre invention « Aerial fluid disturbance method without parasiticloads for supersonic flight », lors de la compétition internationale des inventions et innovations pour les membres INV de la Fédération internationale des associations d’inventeurs (IFIA), organisée du 18 au 20 juillet. Pouvez-vous nous parler un peu plus en détail de votre invention ?

- L’idée derrière l’invention c’est de créer une méthode qui va permettre bien avant tout de compresser l’air plus efficacement dans un moteur à réaction mais aussi de perturber les ondes supersoniques sous l’effet d’une grande vitesse sans pour autant avoir besoin d’une entrée. Et il le fait d’une manière qui permet au moteur à réaction d’être beaucoup plus rentable. Et c’est vraiment toute l’idée derrière l’invention.


- Lors de cette compétition, sur quels critères les inventions ont été évaluées ?

- Parmi ces critères, l’utilité de l’invention, à quel point est-elle nouvelle, son niveau technologique, le droit de propriété intellectuelle, sa qualité, quel est le niveau de sa créativité, sa structure et comment la présente-t-on au jury. Le pitch est également pris en compte.


- Vous êtes le premier inventeur marocain qui reçoit le certificat «Inv» délivré pour les inventeurs les plus méritants par la Fédération internationale des associations d’inventeurs (IFIA). Comment, à votre âge, peut-on atteindre ce niveau ? Est-ce un don, ou le fruit de beaucoup de travail ? Quel mot avez-vous envie d’adresser aux jeunes qui sont passionnés d’inventions ?

- Personnellement, j’essaie d’affiner des compétences spécifiques que j’ai définies et que j’aspire à avoir. Il faut également être très curieux. Je pense qu’en fin de compte, il s’agit de la façon dont on s’oriente vers ce qu’on aime. Dans mon cas, j’ai suivi ma passion. Je vous avoue que réussir quelque chose est tout aussi délicieux qu’apprendre quelque chose de nouveau. Je veux dire par ceci : il faut faire les choses avec amour et passion et les faire avec diligence.


- La majorité de vos inventions sont en lien avec le domaine aéronautique. Un choix anodin ?

- A vrai dire, mes inventions sont liées à de nombreux domaines. Mais celles qui sont les plus médiatisées sont celles relatives à l’aéronautique. La raison en est que je suis passionné par les sciences et les mathématiques spécifiquement. J’essaie d’appliquer ce que j’apprends à l’école sur mes inventions. En ingénierie, les objets dynamiques m’intéressent le plus. Le domaine aéronautique est un domaine qui m’intéresse particulièrement parmi tant d’autres.


- Quel est votre ultime rêve ?

- J’épuise mon inspiration des sciences humaines et des sciences mathématiques et physiques. J’essaie de trouver un domaine qui complète à la fois une approche très humaine avec des outils très scientifiques. Donc un domaine qui complète à la fois les sciences mathématiques et la philosophie ou l’économie par exemple. Cela me permettra de créer de meilleures inventions. Qui sont plus utiles, plus percutantes, et qui ont une influence positive sur l’utilisateur.

Recueillis par Safaa KSAANI

Portrait


Le petit génie autodidacte
 
Mohamed Yalouh préfère se présenter comme un acteur du changement, malgré ses multiples inventions créées, alors qu’il a à peine 16 ans. “C’est parce que beaucoup d’idées que j’essaye de mettre en oeuvre consistent à apporter un changement positif à toutes les communautés du monde”, nous explique-t-il.

Ce jeune innovateur, né à Tétouan en 2005, vit actuellement à Abu Dhabi, aux Émirats Arabes Unis, où il fréquente l’American Community School of Abu Dhabi. Connu pour ses travaux en intelligence artificielle, apprentissage automatique et ingénierie, Mohamed Yalouh a déjà obtenu plus de huit médailles d’or lors de multiples compétitions internationales. Il a remporté le Concours international d’innovation d’invention au Canada (iCAN) en 2020. Le «moteur Hexa-Stroke» du jeune inventeur a été nommé l’invention avec la meilleure conception et la meilleure représentation conceptualisée.

Il a gagné de nombreux autres titres d’expositions d’innovation et de concours dans le monde entier, tels que l’International Innovation & Invention Competition à Taiwan. Il est également le premier inventeur marocain qui reçoit le certificat «Inv» délivré pour les inventeurs les plus méritants par la Fédération internationale des associations d’inventeurs (IFIA).

Mohamed est également très impliqué dans la promotion de l’inclusion des jeunes. Il a fondé Magnify, une organisation qui vise à rapprocher les solutions des jeunes des défis mondiaux par le biais de la recherche scientifique. “C’est une initiative dirigée par Microsoft, avec laquelle nous avons établi un partenariat. C’est vraiment excitant !”, s’est-il félicité.

S. K.
 

  


Dans la même rubrique :
< >