Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Interview avec Ana Habiba Dahbi : « Le bénévolat permet de donner plus de sens à notre vie en dehors du travail »


Rédigé par Kawtar CHAAT le Dimanche 19 Décembre 2021

La société civile joue des rôles multiples. Elle propose des politiques alternatives pour le gouvernement, le secteur privé et d’autres institutions. Ana Habiba Dahbi, experte en protection de l’enfance à l’organisation AIDA, nous livre la vision de son organisation pour une jeunesse meilleure.



Ph : El Mehdi
Ph : El Mehdi
- Pourquoi êtes-vous engagée pour les enfants et les jeunes spécifiquement ? Et qu’est-ce qui vous a poussée à vous investir avec les enfants en situation de rue ?

- Les enfants sont le pilier de la viabilité d’une société, nous avons ainsi relevé le défi de permettre à la jeunesse de réaliser son potentiel. La majeure partie des projets se centrent, outre la prévention qui est notre principe, sur la mise en marche des actions pour assurer la scolarisation des enfants en situation de rue et des enfants mineurs en conflit avec la loi. En effet, il est sûr qu’un milieu précaire et vulnérable fragilise davantage le jeune et peut le conduire à faire des actes répréhensibles, nous avons décidé ainsi d’opter pour l’approche du développement productif via l’aide aux jeunes à générer des ressources afin d’accompagner les communautés dans leur propre développement.


- Votre organisation propose souvent des prises en charge personnalisées de l’enfant à travers des programmes individuels d’autonomie, quel sont les différents domaines d’accompagnement ?

- Chaque aidant est unique et vit son rôle de façon différente. L’organisation propose des programmes psycho-éducatifs d’accompagnement ajustés aux besoins et aux problématiques de chaque bénéficiaire. Assuré par un psychologue et des professionnels experts, il permet d’aller à la rencontre des aidants, avec un suivi individuel et personnalisé, à leur domicile, pendant un an.


- Quel impact ont les politiques publiques et législatives sur l’insertion des jeunes en situation de vulnérabilité? Et comment promouvoir les initiatives relatives aux activités génératrices de revenus au profit de ces jeunes?

- Les politiques publiques et législatives constituent un cadre d’intervention pour la mise en place des appuis au développement des chaînes de valeur à haut potentiel de création d’emplois pour le bénéfice de la population jeune, et pour accompagner les jeunes en situation de vulnérabilité dans leur transition vers la vie active.

De notre part, nous essayons constamment, en coordination avec les acteurs institutionnels, d’oeuvrer pour la mise en place des programmes qui vont permettre aux jeunes en situation de vulnérabilité d’élaborer des activités génératrices de revenus et d’être économiquement indépendants.


- Quel est le rôle des bénévoles au sein de l’association ? Et quelles valeurs et qualités faut-il posséder pour devenir bénévole au sein de l’association AIDA ?

- Grâce à des actes de service pour les personnes dans le besoin et en travaillant aux côtés de personnes d’âges et de modes de vie différents, les enfants développent un sentiment d’empathie plus profond. Ces connexions pourraient même être ce qui motive les enfants à passer à l’action à l’avenir. Pour le cas des enfants en conflit avec la loi, cela permet de s’éloigner de la violence, réfléchir et élaborer des activités productives.

Au sein de notre organisation, ces jeunes sont appelés des agents de changement, ce sont des bénéficiaires qui sensibilisent aussi de leur part, et qui nous aident à toucher d’autres enfants en situation de vulnérabilité. Et même au niveau de l’élaboration des activités de l’association visant l’amélioration des capacités des acteurs du système de protection de l’enfant dans la lutte contre la radicalisation, et le renforcement des compétences personnelles et professionnelles des jeunes en situation d’exclusion sociale, nous avons remarqué que la réflexion faite par les jeunes était beaucoup plus poussée que ce qu’on pouvait faire.

L’approche du « pair éducateur » adoptée par notre association permet aux anciens enfants en situation de rue ou de vulnérabilité qui ont pu s’en sortir et retrouver leur place dans la société, de s’engager pour établir et maintenir un contact régulier avec ces enfants vivant dans la précarité pour qu’ils aspirent à un avenir meilleur, car ils connaissent leurs codes et leur langage.


- Qu’est-ce que votre bénévolat vous apporte d’un point de vue personnel ?

- Le bénévolat permet de donner plus de sens à notre vie en dehors du travail. Non seulement le bénévolat nous aide à nous sentir bien dans notre peau, mais il peut également faire avancer notre société.

Bien sûr, le travail bénévole fait du bien à la communauté qui nous entoure. Lorsque nous aidons quelqu’un dans le besoin ou que nous contribuons à résoudre un problème dans notre société, cela nous donne un sentiment d’accomplissement et d’épanouissement, car l’univers nous donne énormément de choses, c’est à nous de redonner.


Recueillis par Kawtar CHAAT

Portrait


Une femme engagée pour la protection de l’enfance
 
Depuis plus de 20 ans, date de son déménagement au Maroc, Ana Habiba Dahbi est devenue une figure incontournable de la cause de l’inclusion sociale au Maroc, notamment des enfants vivant dans la précarité et des jeunes en conflit avec la loi et ceux en contact avec la loi.

Son Association, à but non lucratif, a pour objectif principal de garantir la prise en compte des droits fondamentaux de l’enfant, à soutenir son développement physique, affectif, intellectuel et social et à préserver sa sécurité, sa moralité et son éducation dans le respect de ses droits.

Dès le début de son parcours universitaire, Ana Habiba Dahbi a décidé de faire son chemin vers l’engagement bénévole, au sein de nombreuses associations et ONG espagnoles non lucratives qui avaient pour but commun de garantir la prise en compte des besoins de base de l’enfant.

Cumulant une expérience de 35 ans en matière d’actions de prévention en faveur de l’enfant et de ses parents, Dahbi est désormais une experte dans le repérage et le traitement des situations de danger ou de risque de danger pour l’enfant. Une expertise couronnée par la présentation, le mois en cours, des résultats du projet lancé en 2019, par l’association Bayti et l’ONG espagnole AIDA, sur la prévention de la radicalisation des mineurs et des jeunes et la promotion de leurs droits fondamentaux.

 

  


Dans la même rubrique :
< >