L'Opinion Maroc - Actuali
Consulter
GRATUITEMENT
notre journal
facebook
twitter
youtube
linkedin
instagram
search


   
Conso & Web zone

Influenceurs Web : Des gouvernements oscillent entre investissement et rationnement


Rédigé par Y. E. le Dimanche 15 Mai 2022

Les expériences des pays du Moyen-Orient en matière de réglementation du statut des créateurs de contenu digital ou des “influenceurs du Web” varient entre les libérer parfois, et rationner leur situation et restreindre leur activité à d’autres moments.



Influenceurs Web : Des gouvernements oscillent entre investissement et rationnement
Le Centre de recherches et d’études avancées (future Center for Advanced Research and studies) surveille la manière dont les gouvernements du Moyen-Orient et de l’Afrique du nord réagissent aux créateurs de contenu digital, à la lumière du nombre croissant de ces influenceurs et de leurs abonnés.

Il y avait plusieurs façons pour les gouvernements de répondre à ces influenceurs., entre les gouvernements qui les considéraient comme une menace nécessitant des restrictions, d’autres qui réalisaient leur influence sociétale et cherchaient à en tirer profit en leur faveur, et un troisième qui regardait leurs bénéfices et travaillait pour les taxer.

Le Centre de recherche s’est arrêté aux modèles les plus remarquables de ces réponses comme suit : Premièrement : les Émirats Arabes Unis, qui ont accordé une attention particulière aux créateurs de contenu digital, en lançant la “New Media Academy”. La deuxième saison de leur programme “content knight”, en mai 2021, avait pour objectif de promouvoir le contenu numérique arabe, qualifier un groupe de créateurs de contenu arabes et développer leurs compétences en tant qu’influenceurs sur les plateformes digitales locales et mondiales.

En octobre 2020, “Kelna Al Emarat Association» a lancé une équipe de créateurs de contenu numérique, dans le but de promouvoir le contenu digital sur les plateformes de l’association d’une manière qui serve tous les segments de la société en fournissant du matériel scientifique, de sensibilisation et de divertissement utile, conforme à la spécificité de la culture, des coutumes sociales et de l’identité nationale. Cela est venu en reconnaissance de l’État et de ses institutions des développements constants des technologies modernes et de la technologie numérique d’une part, et d’un désir de responsabiliser la société et de diffuser les connaissances d’autre part.

Deuxièmement: l’Égypte, où l’administration fiscale égyptienne a exigé, en septembre 2021, que les créateurs de contenu, les blogueurs et les propriétaires de chaînes sur la plateforme “YouTube” se rendent à la commission fiscale “pour ouvrir un dossier fiscal afin de s’inscrire auprès de la commission compétente de l’impôt sur le revenu”, en plus de s’inscrire auprès du commandement compétent de la valeur ajoutée si leurs revenus atteignent 500 mille livres égyptiennes dans les 12 mois suivant la date d’exercice de l’activité.

L’administration fiscale égyptienne a publié deux guides, dont le premier comprend les règles de traitement fiscal pour le commerce électronique, l’éducation en ligne et les travailleurs indépendants en ligne (Freelancer), le second comprend des règles de traitement fiscal pour les créateurs de contenu, y compris les Youtubeurs, les blogueurs et les influenceurs.

Troisièmement : Le Maroc, le gouvernement du Royaume, représenté par le ministère du Tourisme, a embauché en avril 2022 des «influenceurs web “pour promouvoir le programme” (Forsa), qui cherche à soutenir les personnes de plus de 18 ans qui sont titulaires d’idées et de projets innovants.

L’objectif du programme, qui dispose d’un budget total de 1,25 milliard de dirhams pour 2022, est d’allouer des prêts sans intérêt jusqu’à un maximum de 100.000 dirhams par bénéficiaire. Lors du lancement de la plateforme digital Forsa, où les candidats sont censés déposer leurs candidatures, le gouvernement a adressé l’invitation pour la conférence officielle en priorité à un certain nombre d’influenceurs du web, ce qui a suscité un mécontentement chez les journalistes marocains.



Y. E.



Dans la même rubrique :
< >





🔴 Top News