Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Indice de prospérité Legatum : Classé 91ème au monde, le Royaume domine le Maghreb


Rédigé par A. CHANNAJE le Dimanche 21 Novembre 2021

Le Maroc occupe la 91ème place du classement général de l’Indice de prospérité de Legatum Institute sur 167 pays. Le Royaume obtient la 57ème place pour l’infrastructure et l’accès au marché.



Selon les conclusions de la 15ème édition de l’Indice de prospérité 2021, fraîchement publiée, sur la base de l’évaluation de douze critères, dont la sécurité, la liberté personnelle, la gouvernance, le climat de l’investissement, l’infrastructure, l’éducation, la santé…, le Maroc se classe à la 91ème place. Classé 93ème l’année précédente, le Royaume gagne ainsi 2 places dans ce nouveau classement. «Le Maroc est 91ème dans le classement général de l’indice de prospérité.

Depuis 2011, le Maroc a progressé de 8 places dans le classement », souligne le Legatum Institute, un think-thank indépendant basé à Londres, dans son rapport « The Legatum Prosperity Index : A tool for transformation ». « Le Maroc obtient les meilleurs résultats dans les domaines Infrastructure & Accès au marché et Sûreté & Sécurité, mais est le plus faible dans le Capital social. La plus grande amélioration par rapport à il y a dix ans est venue des conditions d’entreprise », précise la même source.

En effet, le Royaume obtient de bons résultats dans les domaines Infrastructure & Accès au marché (56ème), Sûreté & Sécurité (60ème), Environnement d’investissement (64ème), et Conditions d’entreprise (73ème). Des scores favorables sont obtenus également en matière de Gouvernance (85ème), de Santé (88ème), des Conditions de vie (92ème) et de Qualité économique (99ème).

Toutefois, le Maroc est en mauvaise posture en matière d’Education (110ème), de Liberté individuelle (11ème), d’Environnement naturel (126ème) et de Capital social (160ème).

Le Maroc, champion au Maghreb et 6ème en Afrique

Dans ce classement, le Maroc distance ses voisins de l’Afrique du Nord, à savoir la Tunisie qui arrive à la 96ème position dans le monde, Algérie (107ème), l’Egypte (121ème), la Mauritanie (153ème) et la Libye (154ème). Au niveau arabe, le Maroc est en 7ème position.

La première place revient aux Emirats Arabes Unis (41èmemondial), suivis du Qatar (46ème), de Bahreïn (56ème), du Kuweit (58ème), d’Oman (67ème), de l’Arabie saoudite (71ème) et de la Jordanie (86ème).

En Afrique, le Royaume décroche la 6ème position. Il est devancé par l’Afrique du Sud (85ème mondial et 5ème dans le continent), le Botswana (82ème), le Cap vert (80ème), les Seychelles (50ème) et l’île Maurice (45ème). L’indice de prospérité Legatum 2021 montre que, dans l’ensemble, le Danemark est le pays le plus prospère du monde, suivi de la Norvège et de la Suède. L’Amérique du Nord reste la région la plus prospère, suivie par l’Europe de l’Ouest et l’Europe de l’Est.

« Le Danemark est le pays le plus prospère en 2021, se classant parmi les dix premiers pour tous les piliers sauf un. Il dirige le monde dans le Capital social, avec des citoyens déclarant des niveaux élevés de confiance dans les institutions clés comme le système et les tribunaux (86 %) ainsi qu’une forte confiance interpersonnelle généralisée (74 %)», déclare la même source. En bas du tableau, se trouvent le Sud Soudan (167ème), la République Centrafricaine (166ème) et le Yémen (165ème).

La prospérité s’améliore en Afrique subsaharienne…

Après avoir vu la prospérité mondiale s’améliorer régulièrement entre 2015 et 2019, l’indice du think-tank britannique révèle que la prospérité s’est stabilisée pour la deuxième année consécutive. Il montre aussi que, pour la deuxième année consécutive, la prospérité stagne en Amérique du Nord et en Europe occidentale.

Par contre, elle s’est améliorée pour la 11ème année consécutive en Afrique subsaharienne, Legatum Institute conclut également que la pandémie du Covid-19 a entraîné une forte détérioration de la qualité économique dans toutes les régions, l’Amérique du Nord étant la région connaissant la plus forte baisse. La prospérité mondiale a été affaiblie par la détérioration continue de nombreux aspects clés de la gouvernance, qui se sont détériorés pour la troisième année consécutive.

En outre, il y a eu une détérioration de la liberté d’expression et de la liberté de réunion dans toutes les régions, qui a été corrélée à l’affaiblissement de la responsabilité politique, ajoute l’ONG britannique.

…mais s’affaiblit aux États-Unis et au Canada

L’indice de l’ONG britannique révèle, par ailleurs, que les deux régions les plus prospères du monde ont été les principaux contributeurs au blocage de la prospérité mondiale : l’Amérique du Nord et l’Europe occidentale. En particulier, les États-Unis et le Canada ont vu leur prospérité s’affaiblir au cours des deux dernières années. « Alors que l’impact du Covid et les mesures prises qui en résultent ont entraîné la baisse de la prospérité depuis 2020, la détérioration de la gouvernance depuis 2019 a également contribué à la tendance à la baisse de la prospérité dans les deux pays », explique la même source.

Enfin, l’indice de prospérité 2021 de Legatum Institute révèle que la lumière vive dans un monde de prospérité stagnante a été l’Afrique subsaharienne avec ses progrès modestes mais constants, malgré une détérioration de la sûreté et de la sécurité du continent.

La prospérité de 40 pays sur 49 s’est améliorée au cours de la dernière décennie, et le taux d’extrême pauvreté a chuté dans la région, passant de 49,9 % à 42,3 % de la population. Une grande partie de ces progrès a été motivée par des améliorations constantes en matière de santé et d’infrastructure, estime le Legatum Institute.

«La suppression de la liberté de réunion et de la liberté d’expression des personnes commence à conduire à une prospérité limitée et rabougrie. Si nous voulons poursuivre sur la voie du passage de la pauvreté à la prospérité, les dirigeants du monde entier doivent donner aux individus les moyens et la liberté de tirer le meilleur parti de leurs talents. Il est également essentiel de veiller à ce que les dirigeants soient tenus de rendre des comptes, afin que ceux qui gouvernent le fassent dans le respect des principes de l’État de droit», commente Stephen Brien, directeur des politiques à l’Institut Legatum.

« L’indice de prospérité démontre clairement que ce n’est qu’en préservant les fondements de la prospérité — les intrants — que nous pouvons poursuive le chemin des progrès extraordinaires que nous avons vu au cours des 30 dernières années — les extrants — garantissant ainsi que tous les individus, les communautés et les nations sont capables d’accomplir leur unique potentiel », estime, de son côté, Philippa Stroud, PDG de Legatum Institute.

A. CHANNAJE


Les trois domaines essentiels à la prospérité

Le Legatum Prosperity Index analyse les performances des pays étudiés à travers 67 éléments axés sur les politiques, mesurés par 300 indicateurs au niveau des pays. L’indice nous permet de construire une image complète de la prospérité, dans ses dimensions institutionnelles, économiques et sociales. L’ambition de Legatum Institute est d’aider les dirigeants du monde entier à définir leurs programmes de croissance et de développement.

Les indicateurs utilisés dans l’Indice sont organisés en 12 piliers regroupés en trois domaines essentiels à la prospérité : • Sociétés inclusives : sûreté et sécurité, liberté personnelle, gouvernance et capital social ; • Économies ouvertes : environnement d’investissement, conditions d’entreprise, infrastructure et accès au marché, et qualité économique ; • Personnes habilitées : conditions de vie, santé, éducation et environnement nature.