Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

IRESEN / UM6P : Le Maroc à l’assaut des bornes de recharge électrique


Rédigé par Siham MDIJI le Mardi 13 Juillet 2021

Après près de cinq ans de travail, le Green Energy Park (GEP) a inauguré, lundi dernier, une ligne de production de bornes de recharge pour véhicules électriques. Un produit 100% marocain qui illustre l’engagement du Royaume pour réussir la mobilité verte.



Ph. NIDAL
Ph. NIDAL
La mobilité durable fait partie intégrante des objectifs principaux du Royaume pour lutter contre le réchauffement climatique, la pollution de l’air et pour limiter les émissions de gaz à effet de serre. Au cours de ces dernières années, le Maroc a entrepris des efforts considérables qui se traduisent par la mise en place d’une panoplie de mécanismes financiers et techniques visant aussi bien à favoriser l’entrepreneuriat vert qu’à décarboniser son économie nationale. C’est dans ce contexte que le Green Energy Park (GEP) a organisé, lundi dernier, la cérémonie officielle d’inauguration d’une ligne de production de la borne de recharge pour véhicules électriques, baptisée iSmart. Un projet qui soutient la décarbonisation du secteur de la mobilité, de l’intégration industrielle et accompagne les entreprises ainsi que les particuliers.

Fruit de l’engagement de plusieurs partenaires dont l’Institut de recherche en énergie solaires et énergies nouvelles (IRESEN) et l’Université Mohammed VI Polytechnique (UM6P), ce projet 100% marocain est soutenu par les ministères de l’Énergie, des Mines et de l’Environnement et celui de l’Industrie, du Commerce et de l’Economie Verte et Numérique. « C’est la traduction de la philosophie que portent l’UM6P et l’IRESEN, à savoir la valorisation des projets de recherche et la mise sur le marché de produits développés par la recherche et la promotion des brevets ainsi que les inventions des chercheurs marocains », a déclaré Hicham El Habti, président de l’UM6P.

Cette ligne de production n’est, selon lui, que le début de plusieurs réalisations qui devraient arriver prochainement, soulignant que les résultats obtenus expliquent le travail assidu et l’implication d’une équipe motivée par le développement d’un écosystème industriel au Maroc.

Pour sa part, Badr Ikken, directeur général de l’IRESEN, a expliqué que cet écosystème de l’innovation permettra de répondre aux enjeux des changements climatiques, se félicitant de cette collaboration qui a permis de passer de la phase de la recherche et l’innovation à celle de l’industrialisation.

Production annuelle de 5000 bornes

Vu leur importance dans la mobilité écologique dans le milieu urbain, l’équipement des villes par les bornes de recharge électriques s’impose et devient une question fatidique. L’enjeu de la production devient de facto crucial. « D’une capacité de production de 300 bornes mensuellement, cette ligne permettra d’assurer la production des précommandes. Elle ambitionne à travers son extension d’achever une production annuelle de 5000 bornes à partir de fin 2022 », peut-on lire dans un communiqué. La même source a ajouté qu’elle permettra de garantir une multitude de services aux utilisateurs des véhicules électriques et sera proposée à un prix de vente à partir de 9500,00 MAD. Outre le fait que cette solution innovante est adaptée aux besoins des marchés marocain et africain, elle générera une vingtaine d’emplois directs au niveau de Benguerir et plus d’une centaine d’emplois indirects lors de la première année, at- elle fait savoir.

Par ailleurs, plusieurs conventions de partenariat visant à encourager la mobilité électrique durable à travers l’industrialisation de solutions marocaines et le développement d’un écosystème national en la matière, ont été signées entre GEP, l’IRESEN et des organismes ou sociétés nationaux et usagers de solutions technologiques.

L’importance du projet aux yeux du ministère de l’Energie

Interrogé par « L’Opinion » sur les efforts déployés par le ministère de l’Energie, des Mines et de l’Environnement en matière énergétique, Mohammed Ouhmed, directeur des Energies Renouvelables et de l’Efficacité Energétique au sein du ministère de tutelle, a déclaré que « cette initiative s’inscrit en droite ligne avec les orientations de la stratégie énergétique nationale qui vise à développer les énergies renouvelables et à promouvoir l’efficacité énergétique, notamment dans le secteur du transport ».

« Elle figure également dans la nouvelle vision que nous venons d’adopter pour la prochaine décennie 2020-2030 en matière de Recherche et Développement. Celle-ci vise à valoriser les projets de recherche et développement, le renforcement du positionnement de l’IRESEN aux niveaux régional et international et puis à focaliser son action sur des thématiques prioritaires pour notre modèle énergétique, dont la mobilité électrique », a-t-il poursuivi.

Il a ajouté qu’une série de mesures législatives, réglementaires et normatives ont été prises pour accompagner l’évolution du secteur de l’Energie, notamment celui des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique. Il a cité en particulier l’adoption par le Conseil de Gouvernement de l’amendement de la loi 13.09 sur les énergies renouvelables, l’introduction dans le circuit d’approbation du projet de loi sur l’autoproduction, ainsi que la publication du décret d’application de la loi 47-09 sur l’efficacité énergétique. Notre interlocuteur poursuit en soulignant l’intérêt accordé par notre pays au développement d’une feuille de route pour la production de l’hydrogène vert et pour la valorisation énergétique de la biomasse qui place le secteur du Transport comme l’un des secteurs cibles. M. Ouhmed a déclaré que « tout cet arsenal juridique ainsi que les efforts qu’entreprend l’Office National de l’Electricité pour le renforcement du réseau électrique national, permettront d’encadrer et d’accompagner cette dynamique de développement des applications des énergies renouvelables, notamment la mobilité électrique, pour laquelle la source d’énergie sera renouvelable ».

Il s’est, in fine, félicité du lancement de la première ligne marocaine de bornes de recharge électrique, « dont l’objectif est de promouvoir la mobilité électrique par le recours aux énergies renouvelables, pour se substituer au combustible fossile classique et ainsi réduire notre dépendance énergique ».

Siham MDIJI

Vers une mobilité plus verte
 
Les conventions de partenariat signées entre le GEP et Emove Vehicules Company, CENTRELEC, la Société d’aménagement Zenata, l’Agence Marocaine pour l’Efficacité Energétique, Yoom, la société ADELMA et la société Afri Mobility, s’assignent pour objectif le développement de solutions de mobilité légère. Ainsi, elles prévoient l’amélioration de conversion de la puissance, l’intégration de solutions de mobilité durable et des réseaux intelligents au niveau de l’Eco-cité de Zenata, le déploiement des bornes « iSmart » au niveau des villes du Maroc, en général, et des stations-services, en particulier. Outre cela, ces partenariats visent également la création de l’écosystème pour la production de la borne « iSmart » et le développement d’une borne à recharge rapide pour les véhicules électriques.
Ph. NIDAL

  


Dans la même rubrique :
< >