Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

ICESCO: Pour une adaptation du modèle éducatif aux métiers de l’avenir


Rédigé par Nabil LAAROUSI le Mardi 13 Avril 2021

Organisé par l'Organisation du Monde Islamique pour l'Education, la Science et la Culture (ICESCO), le séminaire international a porté, entre autres, sur les compétences et les qualifications nécessaires au marché du travail de demain.



De nombreuses idées et points de vue sur les compétences futures nécessaires et les emplois qui prévaudront dans les années à venir ont été présentés lors du séminaire international, intitulé «Compétences et métiers de demain» que l'ICESCO a organisé en fin de la semaine achevée, en partenariat avec plusieurs organisations et organismes internationaux, dont l’UNICEF, l’ESCWA, l’OCDE et l’AUF.

Le séminaire, organisé en format hybride, a réuni des participants de grand calibre, notamment des experts et des universitaires dans les domaines de l'éducation, de la science, de la culture et de la prospective stratégique, dans le but de discuter plusieurs items, à savoir la valeur ajoutée des industries culturelles et créatives, l’impact de la 4ème révolution industrielle sur le marché de l’emploi, les compétences et qualifications nécessaires  à l’avenir … et la liste n’est pas exhaustive.

Ouvrant le bal des interventions, Salim AlMalik, Directeur général de l'ICESCO, a mis en relief le changement radical que connaît le monde du travail, notant que « 60% des emplois futurs n'existent pas aujourd'hui et que 14% des emplois d'aujourd'hui disparaîtront dans les deux prochaines décennies », selon plusieurs études récemment réalisées, en raison de l'automatisation, « d'où la nécessité de renforcer les capacités des jeunes pour l'avenir », a-t-il insisté, « puisqu'ils sont la force motrice des nations, raison pour laquelle l’ICESCO a placé la jeunesse au cœur de ses priorités d’action ».

Dans ce sens, le DG de l’ICESCO a souligné l’importance de la transition vers un modèle éducatif qui soutiendra les compétences des jeunes et des étudiants. Une idée qui se profile comme principal motivateur des partenariats de l’Organisation avec les universités et les établissements d’enseignement à l’international, et notamment des programmes de formation dans les domaines d’action de l’ICESCO en faveur des jeunes étudiants.

Système éducatif : de la nécessité d’inclure les nouvelles technologies

Tous les intervenants se sont accordés sur la nécessité de transformer le modèle d’éducation actuel, en y incluant de nouvelles méthodes d’enseignement proactives et en usant des nouvelles technologies, pour ainsi l’adapter aux besoins du marché d’emploi de l’avenir.

Pour sa part, Andreas Schleicher, Directeur de l'OCDE pour l'éducation et les compétences, a réaffirmé dans son allocution que « le nouveau modèle éducatif devrait être fondé sur la technologie et l'innovation », d'autant plus que le modèle actuel s’attache à des méthodes archaïques, « loin de pouvoir servir les intérêts des jeunes talents du monde islamique ». Il a également appelé à un travail d’orientation ciblé, en « aidant les jeunes à découvrir l'avenir et à identifier ses besoins en termes de compétences et d'expertise ».

Un constat appuyé par Ali Serhrouchni, directeur de HEM Rabat, qui a déclaré que « Le marché du travail qui était en période de transition souffre désormais du manque de compétences nécessaires ». Il a également souligné que « la technologie a changé les méthodes de travail et ouvert de nouvelles perspectives », tout en notant que « la diversité linguistique doit être prise en compte dans la préparation des jeunes aux emplois de demain ».

Giovanna Barberis, Représentante de l'UNICEF au Maroc, a, quant à elle, évoqué « l’impact profond de la numérisation sur un large éventail d'emplois » et l’importance d’élaborer les programmes éducatifs à venir en prenant  en compte cet élément. Après avoir passé en revue l’expérience de l’UNICEF dans la région MENA en matière de développement des compétences clés des jeunes de la région, Barberis a proposé l’adoption de nombreuses initiatives telles que les écoles de la deuxième chance et la promotion des compétences entrepreneuriales chez les jeunes.

Pour sa part, Abderrahman Tenkoul, Doyen de la Faculté des Sciences Humaines et Sociales de l'Université EUROMED, a insisté sur « la nécessaire d’incorporer des parties théoriques et pratiques dans les programmes, d'adopter des approches proactives pour faire face aux changements et défis futurs et de maintenir une formation durable pour suivre le rythme des emplois émergents ».