Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Hausse des factures d’eau et d’électricité : les explications d’Aziz Rebbah


Rédigé par Anass Machloukh le Lundi 21 Décembre 2020

Depuis des mois, la hausse des factures d’eau et d’électricité continue de susciter la colère des citoyens dans plusieurs villes du Royaume. Malgré les efforts fournis par le gouvernement, le problème semble toujours d’actualité. Le ministre de l’Energie et des Mines, Aziz Rebbah a été interrogé à ce sujet par les députés.



Hausse des factures d’eau et d’électricité : les explications d’Aziz Rebbah
Des factures d’eau et d’électricité jugées « extravagantes » ont poussé plusieurs citoyens et des associations à manifester leur colère vis-à-vis des autorités publiques dans plusieurs villes du Royaume notamment à Marrakech. Alors que le pays est en pleine crise sanitaire, cette hausse subite a pris une propension si problématique qu’elle est devenue omniprésente dans les débats au Parlement.

Interrogé sur cette facturation excessive, surtout dans les zones servies par des sociétés de gestion déléguée, par Lahcen Haddad, député du Parti de l’Istiqlal, lors de la séance des questions orales tenue ce lundi à la Chambre des représentants, Aziz Rebbah, ministre de l’Énergie, des Mines et du Développement durable a expliqué que le système de facturation par tranches adopté en 2014 est toujours en vigueur sans qu’aucune dérogation ne soit appliquée par l’Office national d’Electricité et de l’Eau potable (ONEE). 

Alors que les citoyens se plaignent de l’inadéquation entre la consommation indiquée sur les compteurs et celle prise en compte dans les factures, le ministre a rappelé que la facturation se fait sur la base d’un contrôle en deux mois, sachant que la facture du premier mois est calculée sur une estimation de la moyenne de consommation quotidienne, alors que celle du deuxième mois est établie sur observation effective du compteur. A cet égard, les députés ont exigé que le contrôle soit mensuel au lieu qu’il se fasse sur 60 jours.

S’agissant de la hausse des factures, la tarification sélective (celle-ci prévoit des frais supplémentaires en cas de hausse de la consommation), ne s’applique que pour les foyers dont la consommation est supérieure à 150 KW par heure. En revanche, 80,9% des ménages ne sont pas concernés par cette tarification, a fait savoir M. Rebbah.  

Plus de 36.000 réclamations ont été reçues en 2020, dont 3000 sont des plaintes de surfacturation, a-t-il indiqué, rappelant que 80% des dossiers sont d’ores et déjà traités par les services de l’ONE avec un dédommagement des personnes victimes de factures excessives.
Par ailleurs, vu que la propagation de la vague de froid dans les zones rurales, surtout dans les montagnes, les habitants de ces zones étant confrontés au coût élevé de l’énergie de chauffage, le ministre de tutelle s’est engagé à songer sérieusement à leur permettre de bénéficier d’un tarif préférentiel.

Rappelons que la question de la hausse du coût d’eau et d’électricité a poussé les députés à former une commission d’enquête qui s’est réunie le 14 décembre pour jeter la lumière sur la situation pécuniaire de l’Office national l’électricité et l’eau et lever le voile sur le mode opératoire du calcul des factures.

(Vous pouvez regarder l'intervention du Ministre à partir de la 57ème minute dans la vidéo ci-dessous). 


  


Dans la même rubrique :
< >