Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Hausse des contaminations : le SMSM propose des solutions


Rédigé par le Vendredi 14 Août 2020

La Société marocaine des sciences médicales (SMSM) a exposé ses principales recommandations pour contrer la hausse du nombre de cas et de décès auquel est confronté le pays.



C’est lors d’un webinaire, tenu mardi soir, que la SMSM a organisé un débat autour du thème « Situation épidémiologique Covid-19 préoccupante: la riposte », afin de trouver des solutions face à une « tendance à la hausse » des nombres de cas et de décès due à la pandémie du coronavirus.

A vrai dire, les efforts entrepris pendant ces cinq derniers mois dans cette guerre contre le virus semblent devenir vains. Suite à l’assouplissement des mesures de restrictions par les autorités et la réouverture des cafés, restaurants et commerces, en juin, les contaminations ne cessent de s’accumuler et la situation devient préoccupante.

Ces dernières semaines, le cap des milles contaminations quotidiennes est devenu la norme. Mercredi, un record de 1.499 contaminations a été officiellement enregistré.

D’ailleurs, ce jeudi, le directeur général de l'OMS, TedrosAdhanomGhebreyesus a souligné, lors d'une visioconférence depuis Genève, que « Le Maroc devrait faire plus, notamment pour inverser la tendance haussière que nous observons actuellement ».

En effet, le Maroc avait commencé à entreprendre plusieurs actions pour contrer cet accroissement inquiétant, notamment des restrictions de déplacements vers et depuis huit villes, et la fermeture des quartiers abritant des foyers à Casablanca, Tanger et Fès, l’instauration d’une amende de 300 à 1300dhs en cas de non-respect de la distanciation sociale et de non-port du masque, et l’inauguration de deux nouvelles unités de soin pour les personnes contaminées à Casablanca et Tanger.

La « riposte » du corps médical                                                                                                                        

Outre ces dispositions entreprises par les autorités marocaines, la SMSM a émis ses recommandations lors dudit webinaire tenu mardi, qui a connu la participation du ministre de la Santé, Khalid Ait Taleb, et duprésident de la SMSM, Moulay SaidAfif, entre autres.

Pour faire face à cette situation, la SMSM a recommandé de renforcer les efforts consentis de la part des médecins publics, militaires et privés, de faire appel aux ressources humaines et logistiques du secteur privé et de permettre à l'ensemble des médecins du secteur privé des différentes spécialités, dont la médecine générale, de la famille, de pharmacie, de participer aux phases de traitement des malades.

Aussi,les médecins généralistes seront invités à participer au protocole de traitement, et ceux qui souhaitent contribuer volontairement, aux côtés du secteur public, à faire face à l'augmentation des cas graves, seront encouragés.

En outre, l’une des recommandations essentielles de la SMSM est le déploiement des centres de santé dans les différents quartiers, en vue d’augmenter le nombre des espaces de dépistage pour une prise en charge urgente des patients afin d’éviter la détérioration de leur état de santé.

Dans un autre volet, le corps médical a préconisé l’élaboration d’un plan collectif pour accompagner les entreprises et les protéger contre le coronavirus, tout en garantissant la continuité de leur activitédans de meilleures conditions sanitaires, afin de pouvoir relancer l'économie et préserver l'emploi.

La SMSM a également insisté sur le rôle du médecin de travail dans la veilleà la santé et la sécurité professionnelles au sein des entreprises privées et à la protection des employés sur les lieux de travail.

D’autre part, pour les médecins de la SMSM, la Covid-19 doit être considérée comme une maladie professionnelle prise en charge par l'Etat, les caisses de maladie et assurances afin d'indemniser les malades.

Enfin, la SMSM a insisté sur l’imposition du strict respect des mesures de prévention et de sécurité individuelles et collectives pour éviter tout risque de contamination, en particulier dans le contexte actuel où 20% des malades du Covid-19 été admis aux centres de réanimation et de soin intensifs, ne souffrent d'aucune maladie chronique.