Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Hamid Bentahar “l’ouverture définitive des frontières demeure la solution la plus efficace pour sauver le tourisme”


Rédigé par Anass Machloukh le Jeudi 15 Octobre 2020

Après l'arrivée des nouveaux touristes français à Marrakech, la réouverture de certains établissements hôteliers et la reprises des vols, le secteur touristique dans la ville ocre semble ressusciter d'une longue léthargie qui a duré les mois. Hamid Bentahar, président du Conseil régional du tourisme de la région Marrakech-Safi, nous livre sa vision.



160 touristes français sont arrivés à Marrakech, la Compagnie Ryanair a annoncé la reprise des vols en direction de la ville, ces signes constituent-ils le début d’une reprise du tourisme à Marrakech ?

L’arrivée des touristes français est une bonne nouvelle, mais la reprise du tourisme à Marrakech prendra du temps. La seule manière d’accélérer ce processus est l’ouverture des frontières, sachant que tous les vols qui s’effectuent maintenant sont des vols spéciaux.

Plusieurs compagnies aériennes ont envie de reprendre leurs vols à destination du Maroc, notamment vers Marrakech, et n’attendent que l’ouverture officielle des frontières. En effet, la procédure des vols spéciaux est avant tout paralysante vu que les compagnies aériennes ont besoin d’une visibilité à long terme pour pouvoir programmer leurs vols.

En gros, c’est un pas en avant qui va encourager les professionnels du tourisme, et même les partenaires étrangers, à reprendre leurs activités, mais nous attendons toujours l’ouverture officielle des frontières pour que la saison hiver démarre véritablement.

La suppression du test sérologique et la prolongation de la durée de validité du PCR, sont-elles fructueuses ?

Il est clair que l’allègement des restrictions d’entrée au territoire pour les étrangers a eu un impact visible, cela montre également que les voyageurs n’ont pas perdu l’envie de voyager, bien qu’ils aient été empêchés. Pour aller de l’avant, nous recommandons de ne plus exiger de faire les tests PCR au départ, mais à l’arrivée afin d’encourager les touristes qui n’auront plus de difficultés de se faire dépister et pourront le faire ici au Maroc sans pression. J'ajoute que le fait que les laboratoires privés puissent désormais effectuer les tests de dépistage et que les malades soient pris en charge à domicile sont une bonne chose, bénéfique dans ce sens.

Marrakech demeure toujours soumise aux restrictions de déplacement, comment peut-on relancer le tourisme dans ces conditions ?

En fait, les autorités locales sont mobilisées et nous travaillons ensemble pour faire tout ce qui est possible afin de faire revivre l’activité touristique. Actuellement, les monuments sont ouverts et, également, certains commerces et restaurants ont commencé à rouvrir leurs portes à la place Jamaâ El-Fna et dans plusieurs coins de la ville. 
 
S’agissant des hôtels de Marrakech, est ce qu’il y a une dynamique au niveau des réservations des chambres ?

On commence à constater un léger dynamisme, mais qui reste, en effet, timide par rapport à nos ambitions, mais on espère que ça va vraiment décoller si les autorités lèvent les restrictions des déplacements aussi bien vis-à-vis des pays étrangers qu’entre les villes parce qu’on parie également sur le tourisme interne.

- Le contrat programme pour tourisme, a-t-il été bénéfique aux opérateurs touristiques… notamment ceux de Marrakech ?

Oui, en partie, ce programme a permis de préserver les emplois, mais maintenant, il n’est pas en mesure de résoudre le problème à long terme. Le vrai défi est de booster le pouvoir d’achat des citoyens pour qu’ils puissent voyager et, encore, je répète qu’il faut impérativement rouvrir les frontières et relancer le trafic aérien si on veut vraiment sauver le secteur.