L'Opinion Maroc - Actuali
Consulter
GRATUITEMENT
notre journal
facebook
twitter
youtube
linkedin
instagram
search


   



International

Guerre en Ukraine : L’enlisement d’un conflit


Rédigé par L'Opinion le Mercredi 18 Mai 2022

La guerre en Ukraine entre dans une «phase prolongée» et pourrait enclencher d’autres conflits. Les Russes continuent de fortifier les positions qu’ils occupent.



Ph : AFP
Ph : AFP
Oleksiï Reznikov a appelé ce mardi les alliés occidentaux de l’Ukraine à plus de coordination dans les livraisons d’armes à Kiev, «pour libérer nos territoires le plus vite possible». Le ministre ukrainien de la Défense Oleksiï Reznikov a affirmé hier mardi que la guerre avec Moscou entrait dans une «phase prolongée», les Russes cherchant le contrôle total de la région du Donbass et à occuper le Sud. «La Russie se prépare à mener une opération militaire à long terme», a-t-il déclaré devant les ministres de la Défense de l’Union européenne (UE) et le secrétaire général de l’Otan, Jens Stoltenberg.

Selon Oleksiï Reznikov, les troupes russes fortifient actuellement leurs positions dans les territoires qu’elles occupent dans les régions de Zaporijia et de Kherson, afin de «passer en mode défensif si nécessaire». «À l’heure actuelle, les principaux efforts du Kremlin se concentrent sur les tentatives d’encercler et de détruire le regroupement des forces armées ukrainiennes dans les régions de Donetsk et de Lougansk», dans l’Est du pays, partiellement aux mains de séparatistes prorusses, a-t-il poursuivi.

Oleksiï Reznikov a également cité comme objectif de Moscou la «création d’un couloir terrestre reliant la Russie à la Crimée», péninsule qu’elle a annexée en 2014, et l’occupation de «la totalité du Sud de l’Ukraine». Le ministère ukrainien de la Défense a de son côté indiqué dans son rapport du soir mardi que les forces russes menaient des «offensives le long de la totalité de la ligne de contact» dans la région de Donetsk, et partiellement dans celle voisine de Lougansk.

La France va intensifier ses livraisons d’armes à l’Ukraine

D’autre part, un communiqué de l’Elysée fait état de l’intention de la France d’intensifier ses livraisons d’armes à l’Ukraine « dans les jours et semaines qui viennent». Au terme d’un entretien téléphonique entre le président Emmanuel Macron et son homologue ukrainien, Volodymyr Zelensky, l’hôte du palais de l’Elysée « a réaffirmé sa pleine détermination à répondre à toutes les demandes d’appui exprimées par l’Ukraine, notamment en matériel de défense, en carburant, en aide humanitaire, en soutien économique et financier, et pour lutter contre l’impunité », assure la Présidence française.

Au cours de la discussion, Emmanuel Macron a assuré au président ukrainien « que les livraisons d’armes par la France se poursuivront et gagneront en intensité dans les jours et semaines qui viennent, de même que l’acheminement d’équipement humanitaire ». « Les deux présidents ont également évoqué les garanties de sécurité que la France pourrait apporter à l’Ukraine dans le cadre d’un accord international, afin d’assurer le respect de la souveraineté et de l’intégrité territoriale du pays », poursuit le communiqué.

Stockholm et Helsinki officialisent leurs demandes pour l’Otan

Par ailleurs, la Finlande et la Suède ont soumis, hier mercredi, leurs demandes d’adhésion à l’Otan et des consultations étaient en cours entre les alliés pour lever l’opposition de la Turquie à l’intégration des deux pays nordiques dans l’Alliance. « C’est un moment historique à un moment critique pour notre sécurité », a déclaré le secrétaire général de l’Otan, Jens Stoltenberg, qui a reçu les demandes d’adhésion présentées par les ambassadeurs de deux pays.

« Nous espérons conclure rapidement » le processus, a-t-il ajouté. Des consultations étaient en cours mercredi au sein du Conseil atlantique pour tenter de lever l’opposition de la Turquie au lancement du processus d’adhésion, a-t-on appris de source diplomatique. Ankara peut le ralentir en refusant l’ouverture des discussions au sein du Conseil atlantique, première étape de la procédure. La Turquie peut ensuite bloquer en refusant de signer les protocoles d’adhésion et enfin refuser de ratifier l’adhésion. L’unanimité des 30 membres de l’Alliance est impérative pour les adhésions. « Tout est possible », a confié un diplomate européen. « Mais, à l’Otan, on trouve toujours des solutions », a-t-il ajouté.

Une adhésion qui nécessite réaction et représailles

Lundi dernier et lors de sa participation au sommet de l’Organisation du traité de sécurité collective à Moscou, Poutine a indiqué que la Russie n’a pas de problèmes avec la Finlande et la Suède, soulignant que leur adhésion à l’Otan ne constitue pas une menace, mais nécessite une réaction et des mesures de représailles, rapporte le site Internet de la chaîne Russia Today. Il a expliqué que l’expansion de l’Otan à travers ces pays ne crée pas de menace directe pour la Russie, mais que l’expansion des infrastructures militaires dans ces zones «conduira certainement à des mesures de représailles, basées sur les menaces qui pourraient peser sur Moscou».

Ces déclarations de Poutine sont premières du genre, dans lesquelles il admet qu’il «n’a aucun problème» avec l’adhésion de la Finlande et de la Suède à l’Otan. Moscou a mis en garde à plusieurs reprises les pays frontaliers contre l’adhésion à l’Otan et a estimé que toute décision à cet égard menacerait sa sécurité et constituerait une expansion illégale de l’Otan.

 


La Russie quitte le Conseil de la Baltique
 
Estimant que les Occidentaux « monopolisent le Conseil des États de la mer Baltique (CEMB) pour leurs objectifs conjoncturels », Moscou a annoncé mardi son retrait du Conseil. Ce départ de la Russie du Conseil des États de la mer Baltique signe la fin de 30 ans de coopération régionale, estime Florent Parmentier, secrétaire général du Centre de recherches politiques de Sciences Po (Cevipof).

Pour le chercheur, la Russie – sa diplomatie actuelle – part du principe qu’il n’est plus nécessaire aujourd’hui d’essayer de coopérer avec les Européens, quels que soient les sujets. Avec le Conseil des États de la mer Baltique, on a un départ qui illustre la volonté de rompre les liens, mais qui n’est pas très significatif en termes d’impact.

Par ailleurs, ce retrait fait suite à la guerre initiée par la Russie en Ukraine, mais aussi par la volonté de rapprochement de la Finlande et de la Suède avec l’Otan. Or, ce que considère la Russie, c’est qu’elle est tout simplement – dans ce cadre là – entourée de membres de l’Otan et donc que sa présence n’y est plus ni vitale ni importante pour elle-même.
 



Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 2 Octobre 2022 - 15:23 Ouragan Ian : Au moins 44 morts en Floride







🔴 Top News










 
Other