Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

GMT+1 : le ras-le-bol populaire face aux impératifs économiques


Rédigé par Anass MACHLOUKH le Vendredi 14 Mai 2021

Après le retour provisoire à l’horaire normal à l’occasion du Ramadan, de nombreux Marocains se sont sentis soulagés d’un fardeau qui gênait leur quotidien, et appellent le gouvernement à en finir avec la GMT+1



GMT+1 : le ras-le-bol populaire face aux impératifs économiques
C’est incroyable comment une heure de sommeil de plus peut vous rendre de bonne humeur pendant toute la journée ! », s’est exclamée Narjis sur Facebook, manifestant son allégresse après le retour à l’horaire normal pendant le mois de Ramadan, prévu pour la soirée du samedi 15 mai. « Ils ont chamboulé notre heure biologique », renchérit Bouchra dans un commentaire. Ce sentiment de contrariété est partagé par de nombreux Marocains après la suspension de l’heure supplémentaire qui a été imposée de façon définitive par le gouvernement de Saâd Dine El Othmani en 2018, au milieu du refus d’une partie importante de la population. Un mécontentement qui se renouvelle à chaque retour à l’horaire naturel à l’occasion du mois sacré, d’autant que le gouvernement peine à convaincre les citoyens des vertus de pérenniser 60 minutes dans leur journée.

Calvaire psychologique ?

Une heure de sommeil en moins, une heure de jour en plus, tel est le calvaire que supportent plusieurs Marocains durant plus de deux ans. Une expérience mal vécue pour les salariés, les fonctionnaires et les enfants. En plus des troubles de sommeil dus aux fluctuations des rythmes circadiens, ces derniers devraient sortir pour vaquer à leurs préoccupations quotidiennes (travail, école,…etc.) très tôt et parfois dans l’obscurité, surtout durant les mois d’hiver et du début de printemps, redoutant ainsi les agressions et l’insécurité.

La différence s’est faite sentir dans le tempérament, bien que l’étude d’impact présentée par le gouvernement en 2019 fasse état d’une perturbation passagère de l’heure biologique, la GMT+1 resterait préjudiciable au bien-être des individus dans leur quotidien, ne serait-ce que dans leur perception. « On sent que notre journée devient réduite », nous confie Zakaria, 27 ans, qui travaille dans une société de maintenance informatique. Idem pour Khadija, ouvrière dans le quartier industriel de Casablanca, qui a subi des troubles de sommeil pendant des mois, lui causant un trouble pathologique d’humeur. Sur ce point, la déstabilisation de l’heure biologique est préjudiciable aux personnes atteintes de troubles psychotiques comme la bipolarité. Des patients qui se sont confiés à « L’Opinion » sous couvert d’anonymat estiment qu’ils ont beaucoup souffert de crises d’humeur pendant les changements d’horaire, au point de subir des crises de manie. Sur le plan psychologique, bien que nous sommes à court d’études scientifiques au Maroc, les avis divergent sur l’impact du changement de l’heure biologique. Selon Fairouz Ghali, psychologue, le corps humain finit par s’y adapter, bien qu’elle cause au début des dérèglements de sommeil et parfois des troubles d’humeur. « Les cycles de sommeil sont adaptés à chaque tranche d’âge et varient entre 7 et 8 heures », a-t-elle précisé, ajoutant que le climat du mois de Ramadan donne aux gens une impression de soulagement après le retour à l’horaire naturel. De son côté, le psycho-sociologue Mohcine Benzakour n’écarte pas l’hypothèse de troubles d’humeur causés par le passage à l’heure d’été.

Economie d’énergie : le manque de chiffres

Face aux récriminations de la population, le gouvernement s’attache aux vertus économiques de l’heure supplémentaire. L’économie d’énergie demeure l’un des arguments les plus avancés par l’Exécutif. Le département de la Réforme de l’Administration a fait état d’une économie de 0,3% de la consommation nationale annuelle. Toutefois, ce bilan date de 2019 et les chiffres de 2020 et 2021 ne sont pas communiqués, sachant que l’étude d’impact menée par l’Exécutif en 2019 préconise un suivi périodique de l’impact du maintien de l’heure d’été pendant cinq années. Contacté par nos soins, le département de Mohammed Benchaâboun nous a renvoyé au ministère de l’Énergie en tant que ministère chargé de faire le bilan énergétique de GMT+1. Ce dernier n’a pas répondu à nos sollicitations.

Bien-être ou efficacité économique ?

En effet, l’enjeu économique demeure très important pour le gouvernement, sachant que la décision prise en 2018 a été dictée par des raisons strictement économiques. En plus de la hausse de la productivité, argument si cher aux décideurs, il s’agit d’aligner l’économie marocaine sur l’horaire des pays partenaires du Royaume (surtout l’Union Européenne), en mettant fin au décalage horaire. En tout cas, c’est le prétexte du gouvernement, qui indique que cela a des répercussions positives sur la hausse de la demande intérieure et la reprise de certains secteurs. Or, aucune étude sérieuse n’est encore venue corroborer ce postulat. Par-delà les discours officiels, il est question d’adapter l’activité et l’horaire des usines, des entreprises et des filiales de groupes étrangers au Maroc à l’horaire des sociétés mères, nous explique une source parlementaire ayant requis l’anonymat, en précisant que cette adaptation était demandée depuis longtemps. L’industrie de l’offshoring reste l’un des plus grands bénéficiaires de cet alignement, sachant que les centres d’appel installés au Maroc sont alignés à l’horaire des pays européens (la France en particulier), où se trouvent leurs clients.

En définitive, la bataille ente les calculs économiques et le bien-être continue, le gouvernement n’en fait pas moins une trêve pendant le Ramadan, vu que le jeûne et le GMT+1 sont inconciliables.

3 questions à Mohcine Benzakour

GMT+1 : le ras-le-bol populaire face aux impératifs économiques

« Le changement d’heure biologique produit des effets négatifs »

Mohcine Benzakour, psycho- sociologue, a répondu à nos questions sur les conséquences du changement de l’heure biologique sur l’humeur des individus.

- Le Maroc a de nouveau retourné à l’horaire GMT, sachant qu’il va réappliquer le GMT+1 après la fin du Ramadan, ces changements ont-ils un impact psychologique ?

- En réalité, le sommeil est un produit du rapport de l’Homme à la nature, et notamment à la succession du jour et de la nuit. Des études ont prouvé que nous dépendons de ce système cyclique et il est indéniable que le changement de l’heure biologique a un impact sur l’état psychologique des gens, quoiqu’il diffère d’une personne à l’autre, selon la physiologie de chacun.

- Le passage d’un horaire à l’autre peut-il entraîner des troubles d’humeur majeurs ?

- Effectivement, bien qu’on n’ait pas une étude qui prouve cela au Maroc, celles faites dans des pays européens comme la France évoquent des effets négatifs sur l’humeur, qui demeure visiblement déstabilisée à chaque changement horaire.

- Les troubles d’humeur varient- ils selon les catégories d’âges ? Qu’en est-il des enfants par exemple ?

- Oui, les enfants réagissent particulièrement dans la mesure où ils sont perturbés dans leur activité matinale. Rappelons-nous que pendant l’hiver, ils vont à l’école alors qu’il fait encore sombre. En plus du sentiment d’anxiété, ils peuvent éprouver un sentiment de peur transmis inconsciemment par leurs parents qui craignent pour eux, sachant que beaucoup d’enfants vont tous seuls à l’école.

 

  


Dans la même rubrique :
< >